Lundi 16 février : mentally fit

La première journée de la semaine, Carlos Rodriguez la débute au tennis club de Géronsart, le fief de Justine Henin. Pendant deux heures, il entraîne sa joueuse qui souffre d'une laryngite contractée quelques jours plus tôt et l'oblige à prendre des antibiotiques. " Nous ne passons pas beaucoup de temps en Belgique ", explique l'entraîneur. " Alors quand nous y sommes, j'essaie de la voir profiter le plus possible de son chez elle. C'est pourquoi nous avons préféré Géronsart au Sportpaleis ". L'entraînement dure deux heures et prend fin à 10 h 30. Après quoi, Justine suit un entraînement physique, juste à côté du club namurois.
...

La première journée de la semaine, Carlos Rodriguez la débute au tennis club de Géronsart, le fief de Justine Henin. Pendant deux heures, il entraîne sa joueuse qui souffre d'une laryngite contractée quelques jours plus tôt et l'oblige à prendre des antibiotiques. " Nous ne passons pas beaucoup de temps en Belgique ", explique l'entraîneur. " Alors quand nous y sommes, j'essaie de la voir profiter le plus possible de son chez elle. C'est pourquoi nous avons préféré Géronsart au Sportpaleis ". L'entraînement dure deux heures et prend fin à 10 h 30. Après quoi, Justine suit un entraînement physique, juste à côté du club namurois. De retour chez lui, Carlos rejoint la salle de fitness du château du Lac à Genval où, quatre fois par semaine quand il est en Belgique, il vient faire son heure et demie de jogging sur tapis. Vers 14 h 30, le Belgo-Argentin rentre chez lui. Après une bonne douche, il se rend à l'école pour y rechercher son fils aîné, Manuel. Sa journée n'est pas terminée pour autant. A 16 h 30, Rodriguez entame une autre (et nouvelle) occupation : le coaching d'entreprise. " Il s'agissait d'une première prise de contact dans le cadre d'une formation destinée à aider des patrons d'entreprise à gérer leur stress ", expose le coach tout-terrain. " Le programme s'intitule Mentally fit et son chef d'orchestre en Belgique n'est autre qu' Alain Goudsmet, un ancien entraîneur de tennis qui a, notamment, travaillé à l'AFT. Je suis fort intéressé par ce domaine et je pense que cela peut m'aider dans mon travail avec Justine. J'essaie d'élargir ma vision du problème en me disant que cela me permettra de me renouveler. Je suivrai bientôt une autre formation de deux jours et demi à l'ICHEC, à Bruxelles ". A son retour à son domicile de Rixensart, Carlos Rodriguez donne le bain à ses enfants, Manuel mais aussi Matteo, le petit dernier, une activité qu'il saute trop souvent durant l'année, voyages obligent. La journée démarre très tôt pour le coach de Justine. Carlos a rendez-vous au garage pour l'entretien de sa voiture. Deux heures sont nécessaires pour remettre son véhicule en état et dès qu'il se réinstalle au volant, c'est pour mettre le cap sur l'Association Francophone de Tennis, galerie Louise à Bruxelles, où l'attend la comptable. Pendant un long moment, Rodriguez va éplucher toutes ses notes de frais depuis le 25 décembre, date à laquelle il s'est envolé pour la Floride avant de rejoindre l'Australie. " C'est un travail fastidieux ", n'hésite pas à déclarer l'entraîneur qui se sent nettement plus à l'aise sur un court. " Tout y passe : les notes d'hôtel, de restaurants, de taxis s'il y en a et bien d'autres encore. Et il y a intérêt à tout retrouver car les comptes doivent êtres précis. Vous imaginez la paperasse que cela fait après trois mois de voyages ininterrompus ! " Une fois cette tâche fastidieuse achevée, la mi-journée est consacrée à un entretien avec Marc Delpierre, le psychologue auquel fait régulièrement appel le clan Henin. Vers 13 h 30, Rodriguez est de retour à la maison pour manger un petit bout sur le pouce. Fort à cheval sur la nutrition de sa championne, Rodriguez fait également très attention à ce qu'il ingurgite. A 16 heures, le coach et Justine se sont donné rendez-vous à Wilrijk pour un entraînement physique de trois quarts d'heure. Ensuite, la n°1 mondiale tapera la balle jusqu'à 18 h 15 avant de regagner l'hôtel officiel du tournoi, situé dans le centre d'Anvers. C'est dans sa chambre que Carlos préparera une importante réunion qui doit avoir lieu en soirée avec le staff médical de Justine. Objectif de la réunion : le tournoi d'Anvers mais c'est aussi, et surtout, l'ensemble de la saison qui sera passé en revue. La réunion aura lieu au restaurant de l'hôtel et s'achèvera peu après 23 h 30. Y participent, outre Rodriguez, Louise Vien, la kiné de la WTA en poste à Anvers, Frédéric Mouffe, le kiné de Justine en Belgique, Patrick Weyns, le podologue, Maurice Joris, le biomécanicien et Serge Messens, un chirurgien spécialiste de l'épaule. Un représentant d'Adidas (pour la confection des chaussures) devait être présent mais a eu un empêchement de dernière minute. " Deux réunions de ce genre sont prévues par an ", insiste Carlos. " Une en début d'année et une autre à la mi-saison, normalement avant Roland-Garros. Elles sont fondamentales à la bonne santé de Justine ". Qui a dit que les joueuses de tennis détestent se lever tôt ? Carlos Rodriguez a fixé rendez-vous à Justine à 7 heures à la réception de l'hôtel. Une navette officielle du tournoi les emmène au Palais des Sports où la championne s'entraîne de 7 h 30 à 9 h. De l'aveu de Rodriguez, Justine joue le plomb et ratiboise son sparring-partner qui n'a pas l'habitude de voir le jour se lever. C'est la première fois que Henin foule la moquette du Sportpaleis. La surface présente très peu de différences avec celle en place de Wilrijk. A midi, Carlos est de retour à Rixensart à l'école de Manuel. L'après-midi se déroule au football club de Limal où le gamin enfile ses jambières et ses chaussures à crampons sous les yeux de son paternel. De retour à la maison, celui-ci rédige encore quelques rapports du programme Mentally fit avant de rejoindre Justine pour une ultime visite chez un médecin à Rixensart. C'est au terme de cette consultation que la joueuse va mûrir sa décision d'annoncer son forfait pour le tournoi. Comme pratiquement tous les matins de cette semaine, Carlos Rodriguez démarre sa journée en emmenant son fils à l'école. Juste après, il reçoit un coup de fil de sa joueuse qui lui signifie qu'elle ne jouera pas à Anvers ! " J'accepte sa décision parce que de toute façon, concernant sa santé, je n'ai rien à lui dire. C'est elle, et elle seule, qui décide ce qu'il y a lieu de faire ", expose Rodriguez. A partir du moment où sa joueuse s'est retirée du tournoi, l'entraîneur est, comme il le dit lui-même, en stand-by. " J'ai profité du temps libre qui m'était ainsi accordé pour aider ma femme à la maison. Nous sommes en train de récolter les papiers nécessaires pour la déclaration fiscale de 2003. Cela nous a pris toute la matinée. Justine m'a téléphoné d'Anvers pour me dire comment s'était déroulée sa conférence de presse où elle a expliqué son forfait. Après quoi, elle rentrait à Géronsart pour y subir une séance de kiné respiratoire ". C'est en compagnie de ses deux enfants que Carlos Rodriguez passe le restant de l'après-midi : " Cela a permis à mon épouse Elke de s'occuper un peu d'elle-même. Elle en a profité pour faire un peu de fitness ". Florient Etienne" Concernant sa santé, je n'ai RIEN à LUI DIRE "