L'AFC Tubize fondé en 1990 porte le matricule n°5632. " Mes meilleurs souvenirs sont liés aux montées ", affirme VincentLangendries. " Mais, ce qui me marque aujourd'hui, c'est la transformation des infrastructures. Lorsqu'on a échoué dans le tour final 2004, le stade Leburton avait une tribune de 300 places assises et de 400 places debout. Si le club était monté, il n'aurait sans doute pas pu se conformer aux normes dans les délais. Aujourd'hui, c'est un petit stade coquet qui a accueilli des m...

L'AFC Tubize fondé en 1990 porte le matricule n°5632. " Mes meilleurs souvenirs sont liés aux montées ", affirme VincentLangendries. " Mais, ce qui me marque aujourd'hui, c'est la transformation des infrastructures. Lorsqu'on a échoué dans le tour final 2004, le stade Leburton avait une tribune de 300 places assises et de 400 places debout. Si le club était monté, il n'aurait sans doute pas pu se conformer aux normes dans les délais. Aujourd'hui, c'est un petit stade coquet qui a accueilli des matches de l'Euro 2007 pour -17 ans. Mais le club a conservé le même esprit. Rayons joueurs, parmi ceux que j'ai côtoyés, il y a KhalidKarama : j'ai toujours été subjugué par ce qu'il était capable de réaliser, techniquement. YvesBuelinckx, également : avoir pu évoluer, en 1re Provinciale, aux côtés d'un joueur qui allait être transféré au Club Bruges, c'est une grande fierté. Avoir pu être coaché par son père, ThéoBuelinckx, fut aussi très enrichissant : il transmettait sa grinta aux joueurs. Emotionnellement, j'ai vécu un moment fort très récemment, lorsque j'ai vu mon père les larmes aux yeux après la victoire contre Overpelt-Lommel alors que l'AFC avait été mené 0-1. Ce soir-là, pour la première fois, le public a joué un rôle en portant l'équipe vers la victoire. Un déclic s'est produit ". " Les joueurs qui m'ont marqué sont à peu près les mêmes que pour mon fils ", renchérit RaymondLangendries. " Il y a StéphaneAdriaens, qui a joué à Tubize jusqu'à 40 ans, en D3 : c'était un joueur au comportement professionnel exemplaire dans un club encore très amateur. Il y a aussi SamuelRemy, avec qui j'entretiens une relation très particulière. Lorsqu'on me l'a amené une première fois, alors qu'on était en D3, je lui ai dit : - Tun'espasfaitpourjouercheznous, tuestropfortpourlaD3. Jetesouhaitebonnechance... ailleurs ! Il est parti en Autriche, où il n'a pas été payé, et est revenu chez nous. C'est une autre caractéristique de Tubize : les joueurs reviennent souvent, à l'image de GrégoireNeels cette saison. Je me souviens aussi d'un moment très particulier : la seule descente du club, de D3 en Promotion. On était monté en D3 un an plus tôt, mais on avait mal préparé cette ascension. Lorsque la relégation fut acquise, je me suis tourné vers Théo Buelinckx et je lui ai dit : - Tapedansmamain, turestesl'entraîneuretonremonteraenD3avectoi ! Cela s'est réalisé. Malheureusement, après 12 ans de fidélité, nous avons dû nous séparer de Théo. Il l'a très bien accepté. De part et d'autre, on avait compris qu'un changement était nécessaire. Quand un règne s'éternise, on court des risques. Et on n'a pas voulu courir le risque de devoir se séparer en étant fâchés ".