Cette fois-ci, le passage de témoin entre les frérots, devrait être réel, en fin de saison au RWDM. Sauf imprévu, évidemment, car la semaine passée, rien n'était encore fixé de manière définitive, sur le papier, entre les différentes parties.
...

Cette fois-ci, le passage de témoin entre les frérots, devrait être réel, en fin de saison au RWDM. Sauf imprévu, évidemment, car la semaine passée, rien n'était encore fixé de manière définitive, sur le papier, entre les différentes parties."Mais j'ai bon espoir que tout rentrera dans l'ordre", souligne Manu. "Même si rien n'est jamais acquis définitivement dans ce milieu. En réalité, l'idée du manager, Patrick De Cock, était de nous associer tous deux, Emilio et moi, dans la gestion du club molenbeekois: mon frangin comme entraîneur et moi en tant que directeur sportif, à la place de Freddy Smets. Mais faute de certitudes, Emilio avait pris langue dès la reprise avec le FC Malines et, ayant donné sa parole à Aad De Mos, il n'était plus possible pour lui de revenir sur sa décision. Notre rêve de travailler ensemble, un jour, est donc postposé. Mais on y arrivera tôt ou tard, c'est sûr et certain". "Smets s'est mis lui-même hors-jeu"En attendant de reprendre les rênes, le 1er juillet prochain si tout se passe conformément aux prévisions, Manu Ferrera a d'ores et déjà procédé à des retouches au sein des Coalisés en dégommant Redouane Charei et Manu Assado, qui s'occupaient de la Réserve. A leur place militent désormais Marc Wuyts (déjà en fonction, comme adjoint, depuis le début de la saison) et l'ancien footballeur gantois Willy Quipor, qui était l'acolyte de Manu Ferrera à l'Eendracht Alost, au départ de l'exercice actuel. Ce duo devrait seconder efficacement le futur entraîneur dont la tâche ne se limitera pas au seul terrain, puisqu'il s'occupera aussi des transferts du club. "Jusqu'à présent, cette tâche était dévolue à Freddy Smets", explique Manu Ferrera. "Mais depuis l'arrivée de Patrick De Cock, il s'est en quelque sorte mis lui-même hors-jeu en affirmant qu'il ne désirait pas collaborer sous ses ordres. Personnellement, cette association ne me dit rien qui vaille non plus. C'est un secret public que Freddy Smets n'a pas voulu que du bien à Emilio, loin s'en faut. Dans ces conditions, je ne nous vois pas bosser ensemble. A Alost, déjà, j'avais dû composer avec un manager sportif, Filip Persoons pour ne pas le nommer, qui me cherchait constamment des poux dans la tête. Une fois, cela suffit. Je ne tiens plus à vivre cette situation. Dès lors, la direction sait fort bien à quoi s'en tenir". Il n'y a pas que dans l'organigramme du club que Manu Ferrera entend apposer sa griffe. Dans le noyau aussi, il compte effectuer un très sérieux élagage. A l'heure actuelle, le club molenbeekois compte 45 joueurs sous contrat. Le futur homme fort veut tout bonnement réduire cette proportion de moitié, afin d'avoir un titulaire et une solution de rechange pour chaque poste. Cette coupe dans l'effectif, assortie plus que vraisemblablement des ventes d' Alex Kolotilko et d' IbrahimKargbo, devrait permettre au RWDM de réaliser une campagne positive sur le plan de l'import-export l'été prochain. "Beaucoup d'Alostois veulent m'accompagner au RWDM""A l'Eendracht Alost, cette année, je n'avais pas déboursé le moindre franc pour attirer une demi-douzaine de joueurs", observe-t-il. "Il ne devrait pas en aller différemment à Molenbeek, d'autant plus que les aménagements à apporter au groupe sont réellement minimes. En vertu, ou non, du départ de l'attaquant russe, un ou deux renforts seront nécessaires dans ce secteur. Et le même raisonnement est valable en défense, si l'arrière sierra-leonais en venait à quitter le club. A cette nuance près qu'un joueur a d'ores et déjà été engagé dans cette perspective: l'arrière central Georges Arts, que j'ai eu sous mes ordres à Alost". Le solide défenseur des Noir et Blanc ne sera peut-être pas le seul à converger vers le stade Edmond Machtens. Un autre nom avait déjà été couplé à celui du RWDM dans un passé récent: celui de l'avant Damir Stojak. Mais le Yougoslave s'était débiné car, à ses yeux, l'avenir du club molenbeekois ne présageait rien de bon avec ses problèmes de licence et de non-paiement des joueurs. Une situation qui n'était pas sans présenter de similitudes avec celle qu'il a connue à l'Eendracht Alost récemment. "Pour avoir discuté avec eux au moment de la mise en liquidation de ce club, je sais que Damir Stojak, au même titre que d'autres, ne souhaite rien tant que m'accompagner au RWDM", précise Manu Ferrera. "Je ne suis pas insensible à ce que certains pourraient m'apporter à Molenbeek. Mais je comprends que des garçons prêtés comme Eric Joly ou Dimitri de Condé ne veulent pas troquer la proie pour l'ombre. A Gand et à Lommel, ils sont sûrs que rien ne peut leur arriver de fâcheux. Mais dans la mesure où la plupart des clubs ne sont guère mieux lotis financièrement que nous, en D1, nous aurons une équipe compétitive la saison prochaine". L'objectif avoué de Manu Ferrera au cours des trois années de contrat qu'il devrait, logiquement, honorer à Molenbeek, sera de stabiliser le RWDM parmi l'élite. En profondeur, il vise à promouvoir tant et plus la percée des jeunes par un système de vases communicants entre l'équipe fanion, les doublures et les juniors. "Les réservistes ne seront plus que des jeunes formés dans le sérail", dit-il. "Tous les week-ends, ils seront renforcés par ceux qui n'entrent pas en ligne de compte en Première. Ceux qui feront les frais de cette opération, chez les doublures, coulisseront automatiquement en juniors. De la sorte, chacun, à son niveau, fera partie d'une formation compétitive. C'est essentiel pour progresser".Bruno Govers,"La plupart des clubs de D1 ne sont pas mieux lotis que le RWDM"