Après deux saisons pénibles, le NAC va avant tout essayer de rester en dehors de la zone rouge, sous la direction de son nouvel entraîneur, Ernie Brandts (50 ans, ex-Germinal Ekeren). L'ancien défenseur est toujours très clair et n'hésite pas à se faire dur.
...

Après deux saisons pénibles, le NAC va avant tout essayer de rester en dehors de la zone rouge, sous la direction de son nouvel entraîneur, Ernie Brandts (50 ans, ex-Germinal Ekeren). L'ancien défenseur est toujours très clair et n'hésite pas à se faire dur. L'ex-international a été plutôt surpris lors de ses premiers jours de travail. Il a affronté des conditions qui feraient exploser le coach d'une équipe amateur au parc De Wisselaar, sur lequel il a dû se rabattre lors des premières semaines, le terrain d'entraînement, situé à côté du stade, n'étant pas encore en ordre. Les buts n'étaient pas prêts, le petit terrain ressemblait à un champ et le gazon n'avait pas été tondu. " Je ne vais pas pleurer là-dessus ", a-t-il déclaré à Voetbal International. " Je ne vais pas gaspiller mon énergie dans des choses négatives que je ne puis changer. Je suis d'un naturel positif ". Cette mentalité doit lui être utile car les problèmes ne manquent pas. Le NAC a terminé respectivement 15e et 16e les deux dernières saisons, ce que Breda considère comme un scandale. Pour éviter la répétition de ce scénario, le club a changé de cap. D'anciens joueurs, Earnest Stewart (directeur technique) et Jeffrey van As (chef du scouting) travaillent à l'avenir, dans l'ombre et soutiennent Brandts. Sa première mission est de ramener la discipline. Depuis deux ans, les footballeurs de Breda n'ont pas vraiment obéi à ses prédécesseurs, Ton Lokhoff et Cees Lok. Ils ont plus souvent piétiné le règlement qu'autre chose, ce qui a provoqué un chaos complet. Les anciens se sont irrités du comportement des jeunes, des joueurs se sont adressés des gestes peu courtois et lors des playoffs, la majeure partie de l'équipe a quitté ses positions. L'ancien adjoint et entraîneur des jeunes du PSV a déjà remarqué que ses joueurs ont du mal à tirer un trait sur le passé. " Ils hésitent quand j'essaie de leur expliquer mon style de jeu. Parfois, ils n'osent tout simplement pas s'exécuter mais je ne fais pas de concessions. Je sais ce que je veux et cela se passera comme ça, pas autrement. C'est pour ça que nous nous entraînons beaucoup. J'insiste sans relâche sur une série de choses. Nous voulons nous appuyer sur une solide organisation, capable de maintenir le nul. Le système est établi : 4-3-3, avec l'angle de l'entrejeu en bas. Mais quand c'est nécessaire, je n'alignerai qu'un médian créatif. Individuellement, tout est en ordre. Les joueurs doivent cependant encore apprendre à évoluer en groupe ". Il compte pour cela sur les nouveaux, Edwin Zoetebier (36 ans, PSV), Gert-Jan Tamerus (25 ans, Heracles) et Edwin de Graaf (26 ans, Feyenoord). Brandts affirme préférer se mêler à ses joueurs mais il sait aussi que ce n'est pas toujours possible. " Quand il le faut, je n'hésiterai pas à prendre des mesures impopulaires. J'exige qu'on suive ma ligne de conduite. La discipline est affaire de détails. Ainsi, je veux que les maillots soient toujours rentrés dans le short pendant les matches. Je retire immédiatement du terrain les joueurs coupables de gestes déplacés ". F. VANHEULE