Soyons clair : contrairement à ce qui a été dit et écrit depuis que Pierre-Yves Hardenne a rencontré Justine Henin, il n'a jamais été demandeur de voyager et de vivre dans l'opulence. D'ailleurs, lorsqu'il est tombé sous le charme de la joueuse de tennis, en 1999, il n'avait jamais entendu parler d'elle.
...

Soyons clair : contrairement à ce qui a été dit et écrit depuis que Pierre-Yves Hardenne a rencontré Justine Henin, il n'a jamais été demandeur de voyager et de vivre dans l'opulence. D'ailleurs, lorsqu'il est tombé sous le charme de la joueuse de tennis, en 1999, il n'avait jamais entendu parler d'elle. " A l'époque, je ne m'intéressais vraiment pas au monde du tennis. J'étais un assez bon judoka et je commençais à peine à frapper la balle. C'est d'ailleurs lors d'un tournoi juge-arbitré par le père de Justine que je l'ai rencontrée. C'est elle qui remettait les prix aux vainqueurs des différentes catégories et nous avons commencé à parler. Lorsqu'elle m'a dit qu'elle avait gagné le tournoi Junior de Roland Garros, cela ne m'a guère impressionné car je n'avais aucune idée de la valeur de cette compétition ". Ce manque de références tennistiques n'empêchera cependant pas les deux jeunes tourtereaux de vivre un amour grandissant au cours des semaines et des mois qui suivirent leur première rencontre. Très vite, Justine ressentira d'ailleurs les bienfaits de cette idylle. " Je ne me suis pas rendu compte directement qu'il serait l'homme de ma vie mais le rencontrer m'a remise en selle. Il s'est en fait passé beaucoup d'événements quasiment en même temps : ma rencontre avec Pierre-Yves, la naissance du fils de Carlos Rodriguez, mon coach, l'arrêt de ma collaboration tennistique avec Thomas mon frère, et le début de mes moins bonnes relations avec certains de mes proches. Grâce à Pierre-Yves, j'ai pris confiance en moi. C'était la première fois que je tombais vraiment amoureuse. Et puis, comme j'évoluais dans un contexte familial de plus en plus tendu, je manquais d'affection. Je ne peux pas affirmer aujourd'hui que, du jour au lendemain, j'ai retrouvé mes marques grâce à cet amour partagé mais il ma remise sur le bon chemin ". Petit à petit, en effet, Justine va prendre le contrôle de sa vie et de sa carrière. Consciente que celle-ci ne prendrait un véritable envol que si elle quittait le giron familial, elle prit cette terrible décision en février 2000, au terme du tournoi indoor de Paris. " Je ne souhaitais plus vivre avec des conflits larvés ou des problèmes relationnels. J'ai voulu mon indépendance et j'ai commencé à régler ces problèmes en prenant des décisions claires et sans appel qui, si elles ne plaisaient pas à tout le monde, étaient capitales pour mon avenir. Quand j'ai quitté la maison, j'ai ressenti un soulagement énorme, comme si je sortais de prison et j'ai tout de suite su que je n'y remettrais jamais les pieds. Je tiens cependant à préciser que personne ne m'a forcée à prendre cette décision, ni Pierre-Yves, ni quelqu'un d'autre. Il s'agissait d'un choix personnel que j'assume pleinement et sereinement ". S'ensuivirent quelques mois douloureux, pendant lesquels le couple Henin-Hardenne va trouver refuge dans la famille de Pierre-Yves avant de s'installer dans un appartement commun et de convoler en justes noces en novembre 2002. De 2000 à 2002, les résultats ne vont cesser de progresser. Après un début d'année 2000 compliqué (le temps d'assumer les décisions), Justine va en effet s'affirmer, atteignant la demi-finale de Roland Garros en 2001 et la finale de Wimbledon quelques semaines plus tard. Ce n'est cependant qu'après le mariage qu'elle s'installera au sommet, triomphant à Paris et New York en 2003, soit l'année qui suivait son mariage. " Mon mariage a vraiment beaucoup changé ma vie. Il m'a donné confiance car j'ai une situation familiale plus stable. Personnellement, je pensais que le fait de me marier ne changerait pas grand-chose. Pourtant, je me rends compte qu'il s'agissait d'un pas déterminant pour moi, parce que cela m'a permis de mettre de côté pas mal de souvenirs ". S'il est incontestable que cette union sera très positive pour la professionnelle Henin, elle sera plus perturbante pour son époux. Lequel, dès le début de sa relation avec la championne, signifia à sa promise qu'il préférerait travailler et ne pas trop voyager avec elle. " Si rester dans l'ombre ne me dérange pas du tout, je ne supporte pas d'être inactif. Or, quand je voyage avec Justine, je n'ai pas grand-chose à faire ", disait-il. Déjà meurtri par ce sentiment d'être inactif, Pierre-Yves a également été beaucoup critiqué par d'aucuns qui voyaient en lui un profiteur. Or, on peut affirmer ici que, depuis 2000, il a régulièrement demandé à Justine d'arrêter de la suivre partout. A tel point qu'il y a deux ans, déjà, au terme de l'US Open, le couple vécut une crise importante. Interrogé par un journaliste du groupe Sud Presse, Pierre-Yves confia qu'il en avait assez de voyager et qu'il aimerait rester davantage en Belgique. Mais Justine, en femme aimante et professionnelle aguerrie, savait trop que la présence de son mari à ses côtés était capitale pour sa vie privée mais, également, pour continuer à être performante. Elle demanda donc expressément à sa moitié de continuer à l'accompagner et à lui apporter cet équilibre dont elle a tant besoin. Vu de l'extérieur, évidemment, cela donne l'impression que Pierre-Yves Hardenne ne fait rien de ses journées et profite de l'argent gagné par son épouse. Mais, comme dans tous les couples, il est impossible de connaître la part prise par chacun dans le travail de l'autre. Et, dans ce cas-ci, seule Justine peut apprécier l'importance de la présence de Pierre-Yves. Reste désormais à savoir ce que la fin potentielle de ce mariage pourra avoir comme conséquences tennistiques. Et là, à vrai dire, on n'est pas trop inquiet. L'histoire montre que Justine a toujours réussi à traverser les épreuves. Après quelques semaines ou mois de remise en questions, elle va certainement se re-concentrer sur sa carrière et briller encore de mille feux. Pour le reste, ce divorce - si divorce il y a - laissera forcément des traces du point de vue humain. Mais cela vaut pour tous les couples qui se séparent, pas uniquement pour ceux formés par des gens connus. Note : les citations entre guillemets sont pour la plupart issus de la biographie " Le bonheur au bout du court " paru aux éditions Luc Pire.BERNARD ASHED