Non, le championnat de France n'est pas plié. Montpellier est toujours dans le sillage de Bordeaux. Même Lille, Lyon et Marseille sont revenus dans le coup. Pourtant, il y a un mois, Bordeaux semblait voguer tranquillement vers son deuxième titre d'affilée. Oui mais voilà, les Girondins ont concédé à domicile le nul face Boulogne, ont chuté face à Rennes, avant d'être éliminés en Coupe par Monaco. La victoire dimanche soir face à Saint-Etienne a mis fin à cette série négative. Reste qu'au niveau du jeu les Mauves ne rassurent pas. " En terme de points, ce n'est pas bon ", s'est défendu Laurent Blanc. " Quand vous prenez quatre points sur neuf, vous n'êtes pas dans la moyenne. Mais est-ce que c'est possible de...

Non, le championnat de France n'est pas plié. Montpellier est toujours dans le sillage de Bordeaux. Même Lille, Lyon et Marseille sont revenus dans le coup. Pourtant, il y a un mois, Bordeaux semblait voguer tranquillement vers son deuxième titre d'affilée. Oui mais voilà, les Girondins ont concédé à domicile le nul face Boulogne, ont chuté face à Rennes, avant d'être éliminés en Coupe par Monaco. La victoire dimanche soir face à Saint-Etienne a mis fin à cette série négative. Reste qu'au niveau du jeu les Mauves ne rassurent pas. " En terme de points, ce n'est pas bon ", s'est défendu Laurent Blanc. " Quand vous prenez quatre points sur neuf, vous n'êtes pas dans la moyenne. Mais est-ce que c'est possible de rester dans la moyenne de 2009 ?" Pour Blanc, si Bordeaux fléchit, c'est surtout une question de mental. Les joueurs se sont crus arrivés trop vite. De plus, le vestiaire commence à se disperser. Les évocations des transferts de Marouane Chamakh à Arsenal et de Blanc à la tête des Bleus ont quelque peu déstabilisé le groupe. " Le foot, c'est un sport collectif ", ajoute Blanc. " Alors, je ne suis pas dupe, tout le monde, moi y compris, réfléchit à son cas personnel. Mais il ne faut pas le laisser passer devant tous les objectifs. " La défense est également pointée du doigt. Véritable coffre fort en 2009, elle a pris l'eau à Rennes et à Monaco. Les piliers que sont Marc Planus, énervé au début du mois de ne pas encore avoir été convoqué pour une reconduction de contrat, et Michaël Ciani ont connu un léger passage à vide. De plus, Alou Diarra, blessé, laisse des trous dans l'entrejeu. Résultat : la meilleure défense de Ligue des Champions et de L1 a laissé des brèches. Or, comme l'attaque, à l'image de Yoann Gourcuff, qui comme la saison passée baisse de rythme en février, peine à trouver le chemin des filets, la machine a donné quelques signes d'enrayage. " On a demandé aux latéraux d'apporter énormément offensivement. Or, comme la défense est davantage perméable, on a resserré les boulons, on est revenu à nos bases défensives et on laisse les avants faire leur boulot ", explique le latéral droit, Mathieu Chalmé. CAMEL MERIEM, sans contrat depuis juin dernier, s'est engagé avec l'Aris Salonique. C'est son ancien coéquipier à Monaco, Vassilis Zikos qui l'a renseigné. COUPE : Marseille et Bordeaux sont les principales victimes. Lens et Monaco sont les tombeurs des deux grands. Toulouse a été sorti par Brest (Ligue 2) et Rennes par le modeste club de CFA Quevilly. Le PSG, Auxerre, Saint-Etienne sont qualifiés. Certains clubs disputaient les 1/8e de finale, d'autres les 1/16e. MAROUANE CHAMAKH, l'attaquant marocain qui aurait choisi Arsenal pour la saison prochaine, fait partie des listes du MoDem pour les élections régionales. BRUNO DUPUIS, directeur sportif de Boulogne-sur-Mer, qui avait donné un coup de boule au directeur de la communication du PSG, Bruno Skropeta, a été suspendu pour une durée de trois ans. MAMADOU SAKHO, jeune défenseur central du PSG, a insulté et giflé un journaliste du Parisien. ALY CISSOKHO est impliqué dans un micmac d'agents après avoir donné un mandat exclusif à trois représentants, dont l'ancien attaquant de Lens Roger Boli. FERNANDO MORIENTES, l'attaquant de Marseille, fait partie du onze de base de ce que France Football a nommé les boulets de L1. Y font partie également Vincent Planté(Saint-Etienne), Dario Simic et Patrick Muller (Monaco), Cleber Anderson (Lyon), Diego Placente (Bordeaux), Sofiane Feghlouli (Grenoble), Dejan Milovanovic (Lens), Fodé Mansaré(Toulouse), Toifilou Maoulida (Lens) et Mateja Kezman (PSG). Un peu l'histoire des grands salaires qui restent sur le banc. STÉPHANE VANDE VELDE