COACH - Jorge Luis Pinto

C'est un groupe difficile mais ça doit justement nous motiver et nous aider à nous surpasser. De nos trois adversaires, l'Angleterre est la plus explosive. Sa technique est un peu moins bonne, ce qui nous permettra de nous montrer sur le plan offensif. L'Italie est difficile à manier. Je me rappelle le Mondial 1982 : elle avait pris un départ désastreux mais elle a quand même été sacrée Championne du Monde. J'admire l'Italie : elle développe un football compact, son organisation est stricte et elle recèle de nombreux talents individuels. Elle laisse généralement l'initiative à l'adversaire. Dans le passé, c'est comme ça qu'elle a obtenu des résul...

C'est un groupe difficile mais ça doit justement nous motiver et nous aider à nous surpasser. De nos trois adversaires, l'Angleterre est la plus explosive. Sa technique est un peu moins bonne, ce qui nous permettra de nous montrer sur le plan offensif. L'Italie est difficile à manier. Je me rappelle le Mondial 1982 : elle avait pris un départ désastreux mais elle a quand même été sacrée Championne du Monde. J'admire l'Italie : elle développe un football compact, son organisation est stricte et elle recèle de nombreux talents individuels. Elle laisse généralement l'initiative à l'adversaire. Dans le passé, c'est comme ça qu'elle a obtenu des résultats. L'Uruguay semble faire appel à du sang frais. Le sélectionneur a quand même choisi les joueurs dans lesquels il croit, en se disant qu'ils presteront mieux que les jeunes. C'est une formation rugueuse au sein de laquelle Luis Suarez et Edinson Cavani sont extrêmement importants. Quand on a une équipe qui marque facilement, tout est plus facile. Les trois ! Nous allons devoir trouver le moyen de les museler. Avec beaucoup de discipline tactique et un marquage strict, nous devons y parvenir. Notre organisation est au point. Les journalistes s'intéressent généralement aux footballeurs capables de déterminer un match d'un éclair mais je n'aime pas devoir attendre ce moment. Je préfère travailler avec des défenseurs et des médians présents pendant 90 minutes. Dans un tournoi, la régularité peut mener plus loin qu'un exploit individuel. Par exemple, pour nous, la vista et le contrôle de Michael Umana et l'engagement de Giancarlo Gonzalez sont au moins aussi cruciaux. La responsabilité est plus importante. Je vais subir toute la pression, de la presse, des supporters. Si le Costa Rica est mauvais, ce sera ma faute, pas celle des joueurs. Nous n'avons encore jamais gagné contre ces trois adversaires. Pourvu que ça arrive au Brésil !Bon à savoir? Bryan Ruiz, le capitaine de 28 ans du Costa Rica, dispute son premier Mondial. Il a été présélectionné il y a huit ans mais a ensuite été jugé trop jeune pour une Coupe du Monde. ? Il a déclaré que le Costa Rica ne venait pas pour le plaisir de jouer mais " pour écrire une page d'histoire ". ? Il est un des trois Costaricains qui ont débarqué à Gand en 2006 et c'est lui qui a eu le plus de succès. Randall Azofeifa est parti en Turquie et Roy Myrie, victime de blessures, a sombré dans l'anonymat. ? Il a été Joueur de l'Année à Gand en 2009 et Joueur de l'Année à Twente l'année suivante. Il a gagné le titre, la Coupe et la Supercoupe avec les Hollandais. ? En 2009-2010, il a marqué 24 buts pour le FC Twente. Seul Luis Suarez l'a précédé au classement des buteurs. ? En deux saisons et demie à Fulham - il a été loué six mois au PSV -, il n'est jamais parvenu à s'imposer réellement. ? Il doit son surnom de La Comadreja (la fibre) aux traits de son visage et à ses slaloms sur le terrain. ? Son père, Ricardo Ruiz, a quitté sa famille quand Bryan était tout petit. Il préfère donc ne pas être confronté au nom de famille Ruiz. ? Il a été élevé par son grand-père, Papi, chauffeur de taxi à San José, la capitale du Costa Rica. ? Il a eu un fils, Mathyas, de son mariage éphémère avec Jocelyn." Si le Costa Rica est mauvais, ce sera ma faute. "