COACH - Hong Myung-Bo

Tous les matches seront difficiles mais le plus important sera le premier, contre la Russie. Le résultat aura un gros impact sur les deux matches suivants. C'est évidemment pareil pour les trois autres équipes. Les matches d'ouverture déterminent généralement la tendance. L'essentiel est d'être en confiance, de croire en l'équipe comme en les qualités des joueurs.
...

Tous les matches seront difficiles mais le plus important sera le premier, contre la Russie. Le résultat aura un gros impact sur les deux matches suivants. C'est évidemment pareil pour les trois autres équipes. Les matches d'ouverture déterminent généralement la tendance. L'essentiel est d'être en confiance, de croire en l'équipe comme en les qualités des joueurs. Nous employons les quelques jours qui restent à insuffler confiance aux plus jeunes joueurs, moins expérimentés. Notre équipe nationale a déjà prouvé qu'elle était capable de réaliser de grandes choses, donc je ne vois pas pourquoi nous devrions être inquiets ou apeurés. Nous avons travaillé d'arrache-pied ces derniers mois. Petit à petit, notre assurance a grandi. Nous sommes pleins d'espoirs pour le Mondial car nous poursuivons un objectif commun : prester de notre mieux. C'est peut-être une description bien vague de nos attentes mais je veux attendre les derniers entraînements et le match contre la Russie avant d'émettre des objectifs concrets. Je pense que le Brésil va gagner. L'Europe est peut-être le centre du football mondial mais au terme d'une longue saison éprouvante, les footballeurs qui évoluent dans les grands championnats européens vont être fatigués. Jouer en Amérique latine constitue une expérience nouvelle. Nous avons déjà organisé un stage là-bas en janvier, pour les joueurs qui se produisent dans notre championnat domestique. Cela nous a donné une meilleure idée de ce qui nous attend au Brésil. Le football occupe une part considérable de ma vie, surtout depuis que je suis sélectionneur. Parfois, je rêve de mener une vie normale : avant d'être nommé à la tête de l'équipe nationale en juin 2013, j'étais avant tout un mari et un père de famille. Je suis responsable de ma famille mais hélas, il y a déjà eu trop de moments durant lesquels je n'ai pu assumer ce rôle.Bon à savoirHeung-Min Son a émigré en Allemagne à seize ans et s'est affilé au Hamburger SV. Il a battu le record de Manfred Kaltz, vieux de plus de trente ans, en octobre 2010, en devenant le plus jeune buteur de tous les temps d'Hambourg. Il est l'achat le plus coûteux de l'histoire du Bayer Leverkusen, qui a versé dix millions d'euros l'été dernier. Il a refusé une sélection en équipe olympique pour les Jeux de Londres 2012. La Corée du Sud a atteint le cap des demi-finales. Il est le fils de l'ancien international sud-coréen Woong-Jung Son. Il a été élu Footballeur de l'Année en Corée en 2013. Il est resté six mois sans club à 17 ans, quand le HSV ne lui a pas proposé de contrat pro mais après un brillant Mondial en U17, le club hanséatique a changé d'avis. En 2011-2012, la saison de son éclosion, il a été le meilleur homme d'Hambourg. On voyait son visage sur tous les panneaux publicitaires de la cité hanséatique. On le surnomme le Müller coréen et le Ronaldo coréen. Il partage une maison avec ses parents à Leverkusen. " Je me sens mieux quand ma mère est près de moi ", a déclaré le fiston." Notre équipe nationale a déjà prouvé qu'elle pouvait réaliser de grandes choses. "