éLa saison passée, les Liégeois avaient bataillé en tête de la D1 jusqu'en décembre avant de lâcher la roue d'Anderlecht et d'assister au retour de Bruges. Au lieu de décrocher une place en Ligue des Champions, le Standard, troisième, se contenta d'un billet pour la Coupe de l'UEFA. Mais n'était-ce pas l'objectif en début d'exercice ? N'ayant pas les débouchés économiques d'Anderlecht et de Bruges, le Standard a cédé quelques bijoux de sa couronne sur le marché des transferts afin de faire rentrer de l'argent dans les caisses. Mais les mouvements de départs et d'arrivées compliquent toujours la tâche d'un coach. Un avantage : le Standard de Dominique D'Onofrio gardera la même structure tactique que la saison passée.
...

éLa saison passée, les Liégeois avaient bataillé en tête de la D1 jusqu'en décembre avant de lâcher la roue d'Anderlecht et d'assister au retour de Bruges. Au lieu de décrocher une place en Ligue des Champions, le Standard, troisième, se contenta d'un billet pour la Coupe de l'UEFA. Mais n'était-ce pas l'objectif en début d'exercice ? N'ayant pas les débouchés économiques d'Anderlecht et de Bruges, le Standard a cédé quelques bijoux de sa couronne sur le marché des transferts afin de faire rentrer de l'argent dans les caisses. Mais les mouvements de départs et d'arrivées compliquent toujours la tâche d'un coach. Un avantage : le Standard de Dominique D'Onofrio gardera la même structure tactique que la saison passée. Ce secteur a été modifié de fond en comble. La cage sera à nouveau défendue par Vedran Runje. Même si Fabien Carini avait bien fait son travail la saison passée, Runje a plus de charisme, de présence et d'atouts. Il faisait l'unanimité à Marseille, où les supporters l'admiraient : tous avaient compris que Runje avait dû déblayer afin que Fabien Barthez puisse retrouver sa place en équipe nationale. A droite, Eric Deflandre prendra la place d' Onder Turaci parti à Fenerbahçe. Le Diable Rouge est revenu de France avec un paquet de souvenirs, d'expériences, de grands moments et trois titres sous le bras. Ces acquis seront rudement utiles au Standard. Deflandre mettra plus souvent le nez à la fenêtre qu'Onder Turaci. Sans GonzaloSorondo et Joseph Enakharire, privé de préparation pour être rentré trop tard d'Afrique, le Standard manquait de présence aérienne. Il a trouvé la solution en recrutant Ogushi Onyewu à La Louvière. L'arrière américain, d'origine nigériane, a de la présence, de la taille, du poids et une impressionnante rentrée en touche. Gonzague Vandooren et Ivica Dragutinovic complètent cette ligne. La saison passée, le Standard a souffert des absences pour blessures d' Almani Moreira. Sans lui, le ballon ne passait pas harmonieusement entre les lignes. Le jeu était le plus souvent long et aérien. Qui remplacera le petit médian portugais s'il ne retrouve pas son aisance ? Derrière lui, Roberto Bisconti, cité en Turquie, continuera à passer les ballons dans sa machine à laver. Régulateur du jeu défensif, cet international de fraîche date pourra continuer à compter sur Jonathan Walasiak. Sans faire de bruit, le Borain devrait accentuer sa progression. A gauche, le problème est plus délicat. Miljenko Mumlek est plus un homme d'axe. Aleksandar Mutavdzic sera-t-il enfin abandonné par la poisse ? Là, tout est à refaire. Il y a un an, Sambegou Bangoura et Alexandros Kaklamanos avaient été accueillis à grands renforts de qualificatifs. Les deux compères furent à la hauteur jusqu'à la venue d' Emile Mpenza. Leur ciel s'est-il bouché à partir de ce moment-là ? Il est tentant de le croire. Il était évidemment logique que l'équipe pense et réagisse en fonction d'Emile. Bangoura et le colosse de Rhodes n'ont pas pu changer de vitesse, intégrer cette nouvelle donne et en tirer un profit. De plus, le Guinéen était constamment en voyage pour les besoins de son équipe nationale. Tous deux sont désormais en situation de défi. Ils ne peuvent plus s'autoriser une saison aussi mièvre que celle de la saison passée. Le Standard devra apprendre à vivre sans E1000 qui s'y est bien relancé après ses galères à Schalke 04. Cette relance souligne la qualité du travail du staff technique et médical du Standard. Pour remplacer sa flèche noire, le Standard a enrôlé le Montois Wamberto. Au cas où le Standard devra varier son jeu offensif, JiriNiemi l'y aidera et le jeune MemeTchite a beaucoup fait parler de lui durant la campagne de préparation. Que ce soit à Anderlecht ou à Bruges, personne n'accorde une cote de choix au Standard dans la course au titre. Partout, on souligne les chambardements qui ont secoué le groupe. A noter cependant que le staff technique n'a pas changé d'un iota. Tous les membres de ce staff se connaissent et s'apprécient. Dominique D'Onofrio gardera les mêmes caps tactiques. Mais quid si la sauce ne prend pas ? Que se passera-t-il si l'attaque ne répond pas à l'attente ? Le Standard sera-t-il alors obligé de chercher de nouveaux renforts ? La saison passée, les Liégeois s'étaient spectaculairement imposés sur les terres d'Anderlecht. Le jeu était léché, complet, offensif, spectaculaire. Les Rouches semblaient relancés avant de s'éteindre, de marquer le pas, de manquer de personnalités. Le problème est récurrent depuis 20 ans. Les Rouches parviendront-ils à franchir ce cap cette saison ? Ils pourront répondre à cette question en championnat et sur la scène européenne. Pierre Bilic