Cette saison, tu seras consultant pour des matches européens (Champions League, Liga,...). Comment tu te prépares ?

En fait, c'est presque plus facile de commenter des grands clubs comme Barcelone ou le Real car tu connais déjà les joueurs. Il faut juste être attentif aux réservistes et aux jeunes du noyau. Chez Belgacom, on a la chance de recevoir un mail avec des statistiques : les précédentes confrontations entre les équipes, le nombre de buts marqués, etc. J'essaie d'isoler les trois hommes les plus dangereux et de tout connaître sur les attaquants (taille, pied préféré,...) mais aussi de voir si les arrières ont tendance à rester en défense ou bien débor...

En fait, c'est presque plus facile de commenter des grands clubs comme Barcelone ou le Real car tu connais déjà les joueurs. Il faut juste être attentif aux réservistes et aux jeunes du noyau. Chez Belgacom, on a la chance de recevoir un mail avec des statistiques : les précédentes confrontations entre les équipes, le nombre de buts marqués, etc. J'essaie d'isoler les trois hommes les plus dangereux et de tout connaître sur les attaquants (taille, pied préféré,...) mais aussi de voir si les arrières ont tendance à rester en défense ou bien débordent sur leur flanc, etc. En Europa League, nous avions également de larges dossiers bien fournis en infos. Je suppose que ce sera la même chose en Champions League. Quand je commentais l'Europa League sur AB3, j'avais l'habitude de regarder le match précédent de l'adversaire du club belge. Lors du duel Anderlecht-AZ, cela m'avait été utile pour voir les points forts et faibles des Néerlandais, analyser la construction de leurs buts, etc. Michel Lecomte veut absolument que je sois présent chaque lundi. Mais Belgacom n'a pas envie. J'aimerais travailler pour les deux car, pour moi, ce ne sont pas des concurrents. Mais je pense que ce sera difficile. Par contre, c'est OK pour La troisième mi-temps en radio. Je trouve même qu'on devrait donner une demi-heure de plus à Erik Libois ! Merci mais c'est difficile de réagir par rapport à ce que les gens disent. Je pars du principe que c'est une émission de débat qui doit amener du contenu. Quand j'interpelle Abbas Bayat ou Roland Duchâtelet sur le plateau, ce n'est pas pour les attaquer mais pour qu'ils fournissent des explications. C'est leur devoir car ce sont des personnalités publiques. Libre à eux de répondre ce qu'ils veulent. Pareil pour les entraîneurs : je déteste quand ils refusent de parler tactique. Même si je n'étais pas fan de lui, Ariel Jacobs venait toujours à l'interview. Bob Peeters est très agréable et a de l'humour. Par contre, il a plus souvent des conflits avec les journalistes flamands. Quand il n'est pas d'accord avec leur analyse, il les interpelle. Je pensais que Laszlo Bölöni était un gentleman mais j'ai été déçu. Jacky Mathijssen attendait parfois cinq secondes avant de répondre, comme s'il voulait te faire comprendre que ta question était merdique. Il s'excusait souvent de son comportement en dehors de l'antenne. Une fois, c'est bon mais quand cela se répète c'est clairement de la mauvaise foi ! En pleine interview, Bölöni, toujours lui, est venu prendre Mehdi Carcela par le bras, du temps où il y avait ces discussions sur le choix de l'équipe nationale belge ou marocaine. Momo Dahmane a aussi mis un drapeau de Bruges sur moi pendant que je questionnais un de ses coéquipiers. PAR SIMON BARZYCZAK