IWC sature le ciel

Au dernier salon de la Haute Horlogerie de Genève, IWC disposait d'un stand reproduisant l'intérieur d'un porte-avions. Une construction à la hauteur de son ambition actuelle : saturer le ciel avec ses montres de pilote. Au total, ce n'est pas moins d'une douzaine de nouveaux modèles qui font leur apparition au sein de trois lignes distinctes. Il s'agit des Spitfire et des montres d'aviateur classique, complètement réactualisés, et d'une gamme inédite baptisée Top Gun en hommage aux as de la force aéronavale américaine. L'une de ses déclinaisons, la Top Gun Miramar, s'annonce déjà comme le leader naturel de la formation.

En version Grande Montre d'Aviateur, Montre d'Aviateur et Chronographe, le look rude de ses boitiers en céramique grise inaugure un nouveau genre chez IWC : une famille de montres au design militaire, sans doute promise à un grand succès.

Breitling, fournisseur de la Royal Air Force

Fournisseur de la Royal Air Force dès 1936, Breitling est aussi à l'origine de plusieurs dispositifs qui ont permis au chronographe d'évoluer jusqu'à sa forme définitive. Sa collection continue à s'appuyer sur ces deux piliers, en y ajoutant désormais des mouvements automatiques certifiés chronomètre (COSC) entièrement manufacturés sous son toit. C'est le cas de celui qui anime le plus récent modèle de sa collection best-seller, la Chronomat 44 GMT.

Celle-ci ajoute aux fonctions habituelles du chronographe, la possibilité d'afficher simultanément l'heure dans trois fuseaux horaires. Deux s'affichent sur le cadran, le troisième sur le rehaut de la lunette tournante. Son utilisation est grandement facilitée par l'ingénieux dispositif imaginé par Breitling. Il suffit de tirer la couronne et de la faire tourner vers l'avant ou vers l'arrière par crans d'une heure pour se caler en un clin d'£il sur l'heure et la date du lieu où l'on arrive -en conservant l'heure du domicile sur 24 heures et sans perdre la précision de la minute !

Bell & Ross inspiré par l'horizon artificiel

Bell & Ross fut justement la première marque à populariser ce look. Elle continue cette année à surfer sur le succès de " l'instrument de bord transformé en montre-bracelet ". Après le radar, c'est maintenant l'horizon artificiel qui inspire le cadran d'une nouvelle BR01.

Avec Zenith, le voyage débute au premier regard

L'aéronautique aura également joué un rôle important dans l'histoire de Zenith. En 1904, Blériot portait une montre de cette marque lorsqu'il fut le premier à traverser la Manche. Par la suite, cette manufacture produisit la montre d'aéronef Type 20 qui a équipé de nombreux avions. Puis, elle a fourni l'Armée de l'air italienne dans les années 60. C'est à cette époque qu'est née la collection Pilot qui ressurgit cette année pour faire revivre cette grande histoire faite de montres et d'avions. On y découvre une réédition de la montre Aéronef Type 20, dont le boîtier atteint le diamètre respectable de... 57,5 mm ! De son côté, la Pilot Big Date de 42 mm revisite l'esthétique simple et fonctionnelle d'un chronographe de 1960.

Enfin, le raccord avec le présent est assuré par la Pilot Doublematic. Cette montre de 45 mm de diamètre, animée par un mouvement de chronographe automatique El Primero, offre l'indication d'un second fuseau horaire. Les 24 fuseaux sont matérialisés par les noms de grandes villes. Le voyage commence déjà en regardant ce cadran.

PAR PATRICK DELAROCHE

Au dernier salon de la Haute Horlogerie de Genève, IWC disposait d'un stand reproduisant l'intérieur d'un porte-avions. Une construction à la hauteur de son ambition actuelle : saturer le ciel avec ses montres de pilote. Au total, ce n'est pas moins d'une douzaine de nouveaux modèles qui font leur apparition au sein de trois lignes distinctes. Il s'agit des Spitfire et des montres d'aviateur classique, complètement réactualisés, et d'une gamme inédite baptisée Top Gun en hommage aux as de la force aéronavale américaine. L'une de ses déclinaisons, la Top Gun Miramar, s'annonce déjà comme le leader naturel de la formation. En version Grande Montre d'Aviateur, Montre d'Aviateur et Chronographe, le look rude de ses boitiers en céramique grise inaugure un nouveau genre chez IWC : une famille de montres au design militaire, sans doute promise à un grand succès. Fournisseur de la Royal Air Force dès 1936, Breitling est aussi à l'origine de plusieurs dispositifs qui ont permis au chronographe d'évoluer jusqu'à sa forme définitive. Sa collection continue à s'appuyer sur ces deux piliers, en y ajoutant désormais des mouvements automatiques certifiés chronomètre (COSC) entièrement manufacturés sous son toit. C'est le cas de celui qui anime le plus récent modèle de sa collection best-seller, la Chronomat 44 GMT. Celle-ci ajoute aux fonctions habituelles du chronographe, la possibilité d'afficher simultanément l'heure dans trois fuseaux horaires. Deux s'affichent sur le cadran, le troisième sur le rehaut de la lunette tournante. Son utilisation est grandement facilitée par l'ingénieux dispositif imaginé par Breitling. Il suffit de tirer la couronne et de la faire tourner vers l'avant ou vers l'arrière par crans d'une heure pour se caler en un clin d'£il sur l'heure et la date du lieu où l'on arrive -en conservant l'heure du domicile sur 24 heures et sans perdre la précision de la minute ! Bell & Ross fut justement la première marque à populariser ce look. Elle continue cette année à surfer sur le succès de " l'instrument de bord transformé en montre-bracelet ". Après le radar, c'est maintenant l'horizon artificiel qui inspire le cadran d'une nouvelle BR01. Avec Zenith, le voyage débute au premier regard L'aéronautique aura également joué un rôle important dans l'histoire de Zenith. En 1904, Blériot portait une montre de cette marque lorsqu'il fut le premier à traverser la Manche. Par la suite, cette manufacture produisit la montre d'aéronef Type 20 qui a équipé de nombreux avions. Puis, elle a fourni l'Armée de l'air italienne dans les années 60. C'est à cette époque qu'est née la collection Pilot qui ressurgit cette année pour faire revivre cette grande histoire faite de montres et d'avions. On y découvre une réédition de la montre Aéronef Type 20, dont le boîtier atteint le diamètre respectable de... 57,5 mm ! De son côté, la Pilot Big Date de 42 mm revisite l'esthétique simple et fonctionnelle d'un chronographe de 1960. Enfin, le raccord avec le présent est assuré par la Pilot Doublematic. Cette montre de 45 mm de diamètre, animée par un mouvement de chronographe automatique El Primero, offre l'indication d'un second fuseau horaire. Les 24 fuseaux sont matérialisés par les noms de grandes villes. Le voyage commence déjà en regardant ce cadran. PAR PATRICK DELAROCHE