La première saison de Mons en D1 a produit un résultat final inespéré. Il y a un an, personne ne s'attendait à ce que cette toute nouvelle équipe termine dans la première moitié du classement. Les explications de ce très bon championnat : la rapidité avec laquelle des inconnus de D2 ont fait leur trou ( Gorniak, Douai, Berquemanne, La Placa), l'intégration rapide de nouveaux joueurs ( Joly, Suray, Rivenet, Ciobotariu) et la résurrection de Roussel.
...

La première saison de Mons en D1 a produit un résultat final inespéré. Il y a un an, personne ne s'attendait à ce que cette toute nouvelle équipe termine dans la première moitié du classement. Les explications de ce très bon championnat : la rapidité avec laquelle des inconnus de D2 ont fait leur trou ( Gorniak, Douai, Berquemanne, La Placa), l'intégration rapide de nouveaux joueurs ( Joly, Suray, Rivenet, Ciobotariu) et la résurrection de Roussel. Parmi tous ces joueurs, seul Roussel a quitté Mons. Marc Grosjean va donc continuer à travailler avec un effectif fort semblable et cela devrait permettre à son équipe de confirmer. Grosjean voudrait par ailleurs voir un Mons plus offensif, que son 4-5-1 de départ se transforme encore plus régulièrement en 4-3-3. Il envisage aussi de passer au 4-4-2 s'il trouve un attaquant spécifique capable d'épauler le nouveau venu Gomis. Van de Putte, assez régulier la saison dernière, sera-t-il titulaire en début de championnat ? C'est pour ainsi dire la seule inconnue à l'heure actuelle. Un nouveau gardien est arrivé durant l'été, et il donne des soucis de sélection au coach : Willockx. Il a été, par moments, très brillant, durant la campagne de préparation. La ligne arrière est connue. De droite à gauche : Gorniak, Douai, Ciobotariu, Casto. Dans ce compartiment, seul le poste de back gauche a posé problème l'année dernière. Casto, synonyme d'expérience, doit effacer cette lacune. La collaboration entre les deux défenseurs centraux est très efficace, avec un petit qui reste toujours derrière (Douai) et un grand qui monte sur les phases arrêtées (Ciobotariu). Sur les flancs, Gorniak et Casto sont susceptibles d'aller expédier l'un ou l'autre bon centre de temps en temps. Dans ce secteur aussi, on ne trouve qu'un seul nouveau. Lui aussi à gauche : Gadiaga, sur qui le Lierse ne comptait plus. A ce poste également, l'équipe a connu pas mal de soucis la saison dernière. Grosjean y a donné la chance à plusieurs joueurs (même de purs droitiers), mais sans jamais rencontrer le succès espéré. Il pense que Gadiaga est en mesure de combler le manque. Sur l'autre flanc, La Placa est synonyme d'efficacité offensive. Ce fut le Monsieur Assists de Mons la saison dernière : 11 passes décisives alors qu'il ne fut pas aligné en début de saison ! L'entraîneur attend aujourd'hui de lui qu'il prenne davantage ses responsabilités en zone de conclusion, qu'il prenne conscience qu'il est aussi capable de tromper lui-même les gardiens adverses. Le duo de médians défensifs a fait ses preuves pendant un an : Suray (au rôle presque uniquement défensif) et Joly (point de repère et plaque tournante) fonctionnent parfaitement ensemble. Joly a tout : la mentalité, la technique, la frappe de balle, la vision du jeu. Il est médian défensif sur le papier mais se transforme très souvent en authentique meneur de jeu. Devant ce duo, Rivenet sort lui aussi d'une excellente saison. Il voit clair et sait donner de bons ballons. C'est l'inconnue. Que vaut Gomis, le Sénégalais que l'on connut autrefois à Lommel ? L'homme hérite d'une fameuse responsabilité : faire oublier Roussel. Il devrait, comme celui-ci durant toute la saison dernière, être le seul véritable attaquant de Mons. Il présente en tout cas des similitudes avec Roussel : c'est un pur joueur d'axe, bon de la tête. Si Marc Grosjean déniche un attaquant susceptible d'épauler Gomis, il fera parfois jouer son équipe en 4-4-2. Ce deuxième avant pourrait être La Placa, qui serait alors remplacé sur la droite de l'entrejeu par Rivenet. Cela permettrait à Joly, dans l'axe, d'avoir encore un peu plus de liberté de man£uvre. Il serait en tout cas incompréhensible que, malgré le départ du buteur maison, Mons ne nourrisse pas des ambitions plus élevées qu'il y a un an, quand le seul objectif était le maintien. n