Le moment-clef, dans l'ascension de l'AS Eupen, se situe en octobre 2008, lorsque le club en pleine déconfiture sportive (cinq points et lanterne rouge en D2) filait vers la D3 mais croisa la route du représentant d'investisseurs italiens, Antonino (son prénom officiel, mais il se fait appeler Antonio) Imborgia. " Lorsque j'ai décidé d'investir à Eupen, on m'a traité de fou ", lance-t-il. " Un petit club, dans une petite ville : que pouvais-je aller faire là ? Mais les résultats m'ont donné raison. Ces caractéristiques m'ont facilité la tâche. Personne ne croyait trop en la réussite du projet, et j'ai pu m'y atteler sans subir trop de pression. "
...

Le moment-clef, dans l'ascension de l'AS Eupen, se situe en octobre 2008, lorsque le club en pleine déconfiture sportive (cinq points et lanterne rouge en D2) filait vers la D3 mais croisa la route du représentant d'investisseurs italiens, Antonino (son prénom officiel, mais il se fait appeler Antonio) Imborgia. " Lorsque j'ai décidé d'investir à Eupen, on m'a traité de fou ", lance-t-il. " Un petit club, dans une petite ville : que pouvais-je aller faire là ? Mais les résultats m'ont donné raison. Ces caractéristiques m'ont facilité la tâche. Personne ne croyait trop en la réussite du projet, et j'ai pu m'y atteler sans subir trop de pression. " Qui est Imborgia ? Né le 21 août 1958 à Palerme, il a joué comme défenseur dans différents clubs, de Série B surtout : les RoseetNoir de sa ville natale, mais aussi Matera, Lecce, Reggiana et Catanzaro. Sa carrière fut stoppée à 28 ans par une blessure au genou. Il est alors devenu agent de joueurs (une activité qu'il ne pratique plus désormais) et s'est occupé notamment des intérêts de GabrielBatistuta, NunoGomes, FrancescoBaiano et PredragMijatovic. En 2001, il a entamé une carrière de dirigeant. Il a rempli le rôle de directeur sportif dans différents clubs également : Côme, Genoa, Salernitana, et, depuis l'an passé, Piacenza où il a donc côtoyé notre compatriote RadjaNainggolan. " Effectivement ", confirme l'international Espoir aujourd'hui à Cagliari. " Monsieur Imborgia est un homme très strict, qui ne transige pas avec la discipline mais qui est très correct. C'est aussi un grand connaisseur de football. Je pense qu'il l'a démontré en peu de temps à Eupen, puisque les joueurs qu'il a amenés ont directement eu un bon rendement. "Ce qui frappe dans le parcours d'Imborgia, c'est qu'il a eu la bougeotte : beaucoup de clubs différents, beaucoup de fonctions différentes aussi, comme s'il avait longtemps cherché sa voie. Pourquoi a-t-il aussi souvent changé d'air ? " Ce sont les aléas de la vie et du football qui l'ont voulu ", se contente-t-il de répondre. Le personnage a une bonne image comme nous l'ont confirmés plusieurs témoignages. Même si, un jour, RaiNews24 a affirmé que " dans une déposition, le patron de Genoa EnricoPreziosi, ex-président de Côme, a soutenu que BeppeMarotta, directeur sportif de la Sampdoria, se serait arrangé avec le directeur sportif de Côme, un certain... Antonino Imborgia, pour truquer le match de Série B Sampdoria-Côme en 2001-2002 (2-1). " En réalité, ce serait Imborgia lui-même, et le joueur MarcoNappi qui avait inscrit l'unique but de Côme, qui auraient révélé l'affaire ! Et Preziosi a été condamné pour une autre affaire au terme de la saison 2004-2005, qui avait vu Genoa, vainqueur du championnat de D2, être rétrogradé en D3 pour corruption ! L'arroseur arrosé, quoi ! " On a aussi entendu que l'ancien dirigeant de la Juventus LucianoMoggi aurait appelé Imborgia pour avoir certains joueurs qu'il avait dans son portefeuille. Mais il n'y a rien de répréhensible à ce sujet ", affirme DavidLasaracina, l'homme qui a servi d'intermédiaire entre Eupen et Imborgia. Lasaracina est un agent de joueurs montois, établi à Saint-Ghislain, qui s'est lancé dans la profession il y a une petite dizaine d'années et est agréé par la FIFA depuis quatre ans. Le premier coup qu'il a réalisé en Belgique fut rendu possible par RolandLouf, qui a engagé PeterOdemwingie à La Louvière. Lasaracina a aussi placé certains joueurs français à Mons, comme BenjaminNicaise, CédricCollet et Hocine Ragued, et est l'agent de Nainggolan : " Croyez-moi, je prends mes précautions. Je mets un point d'honneur à travailler avec des gens crédibles. Je suppose que ManfredTheissen, qui est un ancien commissaire de police, a lui aussi pris ses renseignements avant de faire confiance à Imborgia. Il faut cesser de faire des amalgames. Ce n'est pas parce qu'on est un agent de joueurs né à Palerme qu'on est forcément un mafieux. Au contraire : Imborgia est un homme connu et respecté en Italie. " Imborgia sait que sa présence à Eupen interpelle et ajoute : " Grâce à internet, je peux découvrir tout ce que l'on écrit à mon propos. J'aimerais qu'on sache, une fois pour toutes, que je ne suis pas venu en Belgique pour faire du commerce de footballeurs. Ce qui m'intéresse, c'est le football, tout simplement. Si j'étais venu pour faire du commerce, j'aurais déjà vendu quatre joueurs, car il y avait des bénéfices à réaliser. Je peux comprendre qu'il y ait des suspicions à mon égard vu qu'il y a eu certains précédents avec des gens qui n'étaient pas nécessairement bien intentionnés, mais on trouve aussi sur terre des gens bien intentionnés et j'ose croire que j'en fais partie. "Avant de porter leur dévolu sur Eupen, les investisseurs italiens avaient sondé d'autres clubs francophones de D2 ou D3. Toujours via Lasaracina. " Le premier club contacté fut l'Union Saint-Gilloise, il y a trois ans déjà ", se souvient celui-ci. " L'accord était quasiment finalisé lorsque, subitement, tout a capoté pour des raisons que j'ignore encore aujourd'hui. "Il y eu ensuite l'Olympic, mais Imborgia recula devant les exigences du président de l'époque, AliBhai. Tournai fut sondé également. " Je connaissais Lasaracina depuis 15 ans, depuis l'époque où il était administrateur aux Francs Borains ", explique Jean- ClaudeStocman, le directeur général des Sang et Or. " Je le considère comme un homme sérieux, raison pour laquelle j'ai accepté de me mettre à table avec lui. Il m'a proposé un sponsoring en termes de joueurs, qui seraient placés dans le club avec un objectif : rejoindre la D1 dans un délai de cinq ans. Cela me paraissait intéressant, mais comme nous n'étions pas propriétaires du stade Luc Varenne, les Italiens exigeaient que la Ville - ou la Régie qui gère le stade - se porte garante de la mise en conformité de celui-ci pour la D1, le jour où on y accèderait. Mais la Ville a refusé et le projet a capoté. Les Italiens ne voyaient pas d'inconvénient à ce que le conseil d'administration déjà en place soit maintenu. Je pouvais rester. C'est, apparemment, aussi le cas à Eupen puisque le manager Theissen et le président DieterSteffens sont toujours là. La Ville d'Eupen, contrairement à la Ville de Tournai, s'est portée garante de la mise en conformité du stade du Kerhweg puisque j'ai lu qu'elle allait participer, avec la Communauté germanophone, au financement des travaux dont le coût est estimé à trois millions. C'est sans doute cela qui a orienté les Italiens vers les Cantons de l'Est. Je suis heureux pour mes collègues d'Eupen, car c'est une belle réussite : en 18 mois, ils ont réussi à passer de la dernière place de la D2 à l'accession à la D1. " Lasaracina joue désormais le rôle de conseiller à Eupen. " Mais sans fonction officielle dans le club ", précise-t-il. " Sinon, j'aurais dû renoncer à mon mandat d'agent FIFA, comme LucianoD'Onofrio a dû le faire lorsqu'il est devenu vice-président du Standard. Selon moi, il n'y a pas de mal à nouer certaines affinités avec un club. C'est un secret de polichinelle que l'agent de joueurs DidierFrenay soit très proche de MogiBayat par exemple. Je n'ai jamais facturé un euro d'honoraire à Eupen et je n'ai placé aucun de mes joueurs là-bas. Ou plutôt si : un seul, SofianeBenzouien, mais qui ne restera pas. Il devrait rejoindre MarcGrosjean à Dudelange. " Comment Lasaracina a-t-il fait la connaissance d'Imborgia ? " Lui, et ses partenaires italiens, sont des amis de longue date ", explique-t-il. " Lorsque j'ai fait sa connaissance, il était encore agent de joueurs. Un collègue, donc. Il m'a aidé à placer Nainggolan en Italie. Au fil du temps, une relation de confiance s'est établie entre nous. "C'est sur les conseils de Lasaracina que DannyOst a débarqué à Eupen il y a un an et demi. " Si j'ai suggéré à Imborgia de faire confiance à l'entraîneur bruxellois, c'est parce que j'estimais qu'au niveau du mental, il parviendrait à faire passer des messages et à revigorer un groupe qui était alors complètement aux abois, psychologiquement. Le premier objectif, qui était de maintenir le club en D2 alors que la situation était désespérée, a été réussi. Je crois que Danny a lui-même progressé au fil du temps, car il n'avait jamais travaillé dans un environnement aussi professionnel. Après, la réflexion a été de se demander : - Ostest- ill'hommecapabledehisserEupenenD1 ? On (c'est-à-dire le club et les investisseurs italiens) a choisi de continuer avec lui. Avec, toujours, le succès que l'on connaît. Aujourd'hui, la question qui se pose est : - Ostest- ill'hommecapablededirigerEupenenD1 ? " La décision finale appartient au grand patron sportif, Imborgia. " Je me suis entretenu durant cinq ou six heures avec Danny ", révèle celui-ci. " Il a rempli tous les objectifs qui lui avaient été assignés jusqu'ici. Je prendrai mon temps pour peser le pour et le contre. Une décision devrait tomber cette semaine. "Le pour, ce sont les résultats réalisés en D2. Le contre, c'est sans doute le manque d'expérience de la D1 et aussi le fait qu'Ost ne possède pas la licence pro. En fin de semaine dernière, une solution envisagée était d'attirer MarioNotaro à ses côtés. L'idée d'investir dans un club étranger germait depuis un certain temps dans la tête d'Imborgia. Pourquoi a-t-il choisi la Belgique et Eupen ? " Question de prix ", pense Lasaracina. " En Belgique, un budget de deux millions suffit pour faire monter un club de D2 en D1, on vient de le démontrer. Cela n'aurait pas été suffisant en Serie C italienne... Et pourquoi Eupen ? Parce que les tractations avec les clubs sondés précédemment ont échoué et qu'il a découvert à Eupen un club qui n'avait pas les moyens financiers de se renforcer pour éviter la chute en D3, mais qui était stable et bien géré. Le contexte, pour y placer des joueurs était donc idéal. "Y placer des joueurs pour les mettre en vitrine et les revendre ensuite avec bénéfice ? " Au départ, je pense que l'idée était effectivement celle-là ", poursuit Lasaracina. " Mais je constate qu'aujourd'hui, alors que cinq ou six joueurs sont très convoités, leur revente n'est plus d'actualité. Imborgia a pris goût à Eupen... et les joueurs aussi. L'idée qui prédomine n'est plus le bénéfice financier, mais la réalisation d'un projet. "Imborgia confirme : " Je suis d'accord de vendre des joueurs, mais en aucun cas de les brader. Il faut que toutes les parties s'y retrouvent. Eupen aussi. Ce que je peux dire, aujourd'hui, c'est que de tout le noyau qui a disputé la saison 2009-2010, un seul titulaire, au maximum, s'en ira. Sauf offre exceptionnelle. "Les joueurs qui sont venus renforcer Eupen, depuis un an et demi, ne sont pas nécessairement italiens, mais ils proviennent tous de grands clubs de Serie A. A l'avenir, le club pourrait aussi porter son dévolu sur des joueurs belges. " Au départ, on était pressé par le temps puisqu'il y avait le feu à la maison, avec cette lanterne rouge de D2 ", explique Imborgia. " J'ai donc choisi des joueurs que je connaissais et dont je savais qu'ils pouvaient renforcer directement l'équipe. Maintenant que l'objectif initial est accompli, avec cette montée en D1, je suis moins pressé. La montée d'Eupen est une belle £uvre sociale pour la région. Les jeunes d'ici doivent être motivés à l'idée d'affronter le Standard, Anderlecht ou Bruges. Et peut-être pourront-ils, un jour, rejoindre ces clubs-là après avoir été formés ici. "Mais comment les joueurs de l'accession à la D1 se trouvaient-ils dans des clubs contre l'Inter, Milan, l'Udinese, la Fiorentina, Parme ou Bari ? En fait, ils ont été repérés très jeunes, parce qu'ils étaient internationaux dans les catégories d'âge de leur pays. " MatthiasLepiller était l'un des grands espoirs du football français et le directeur sportif de la Fiorentina croyait en lui ", explique Lasaracina. " Le club florentin a aussi acheté AlexDosSantos, à 18 ans, pour 750.000 euros à un club bulgare. MijatMaric était international suisse U21 lorsque Bari l'a recruté. Idem pour DanijelMilicevic. RadekPetr, le gardien tchèque, a été élu meilleur gardien du Championnat du Monde U20 en 2007 au Canada. Pour une raison ou une autre, ils n'ont pas percé directement en Italie et ont aujourd'hui besoin de temps de jeu. Mais, à la base, c'étaient des joueurs de talent. Un talent qui ne demande qu'à s'exprimer. " Lorsqu'on lui demande les ambitions d'Eupen pour la saison prochaine. Imborgia démontre qu'il a déjà tout compris à la nouvelle formule de championnat. " La D1, en fait, c'est un vaste barrage. On démarre à 16 équipes et il y a des barrages pour les six premiers, pour les huit du milieu et encore pour les deux derniers. Je ne me trompe pas, n'est-ce pas ? Alors, si l'on peut terminer 14e sur 16, ce sera déjà très bien. " Imborgia ne l'a pas dit, mais il sait sans doute aussi qu'une 14e place ne ferme pas nécessairement la porte à une qualification pour l'Europa League, Et lorsqu'il aura stabilisé Eupen en D1 belge, que fera Imborgia ? " On verra en temps voulu. Je ne me suis pas fixé de limite dans le temps pour mon projet. Je resterai aussi longtemps qu'il le faudra. " lpar daniel devos - photos: reporters/ gouverneurJe ne suis pas venu à Eupen pour faire du commerce de joueurs. (Antonino Imborgia)