Lorsqu'un joueur souhaite engager la responsabilité civile d'un adversaire pour des dommages-intérêts, il doit prouver la faute de ce dernier, le dommage qu'il a subi, ainsi qu'un lien de causalité entre cette faute et ce dommage.
...

Lorsqu'un joueur souhaite engager la responsabilité civile d'un adversaire pour des dommages-intérêts, il doit prouver la faute de ce dernier, le dommage qu'il a subi, ainsi qu'un lien de causalité entre cette faute et ce dommage. Afin de démontrer l'existence d'une faute - non pas de jeu, mais civile - le joueur blessé devra établir que son adversaire a violé l'obligation générale de prudence qui s'impose à tous. Le comportement qu'a eu l'adversaire sera comparé à celui qu'aurait adopté un footballeur normalement prudent, placé dans les mêmes circonstances. Le juge va donc tenter de savoir si, placé dans la même situation, face à Marcin Wasilewski qui tacle, n'importe quel footballeur aurait mis le pied comme l'a fait Axel Witsel. Si c'est le cas, le juge conclura que Witsel n'a pas violé le devoir général de prudence et n'a pas commis de faute civile, de nature à engendrer une obligation de dédommager Wasyl. Dans le cas contraire, Witsel devra indemniser le Polonais. Le devoir général de prudence s'apprécie de manière plus sévère à l'égard d'un pro que d'un amateur car le pro est censé mieux connaître les limites de ses possibilités et de sa technique. Important : une violation des règles du foot, donc une faute de jeu, ne constitue pas automatiquement une faute civile. Selon la Cour de Cassation, une telle violation fait partie des risques normaux inhérents à la pratique du football. Par contre, toute atteinte intentionnelle à l'intégrité physique d'un joueur est constitutive d'une faute civile. Le tacle est un mouvement dangereux mais rentrant dans les règles s'il est exécuté conformément à l'obligation générale de prudence. Ce geste ne peut être réalisé que si le ballon se trouve à proximité immédiate des pieds de l'adversaire et s'il est exécuté au ras du sol, en direction du ballon et non des jambes du joueur. Quelques attitudes ont été jugées comme constitutives de faute civile ou non. Faute civile : -un tacle excessivement violent, réalisé sans intention de jouer le ballon ; -s'approcher en biais par derrière d'un adversaire et lui donner un violent coup de pied de haut en bas avec la semelle sur sa jambe encore tendue après avoir dégagé le ballon ; -le fait pour un attaquant expérimenté de blesser un gardien plongeant dans ses pieds pour jouer le ballon ; -la perte de sang-froid. Pas de faute civile : -le fait de toucher la jambe d'un adversaire lors d'un tacle violent et de lui causer une double fracture ; -le fait, dans le feu de l'action et la dynamique du jeu, de porter un coup sans ménagement à un adversaire, sans avoir eu l'intention de le blesser. (SOURCE : E. MONTERO, R. MARCHETTI, La responsabilité civile dans le domaine du sport, Waterloo, Kluwer, 2007.) par tim baete"Est-on, ou non, resté dans les limites de la prudence ?"