Deux joueurs sont complémentaires si leur prestation globale lorsqu'ils sont alignés ensemble est supérieure à la somme de chaque prestation individuelle théorique qu'ils auraient livrée s'ils n'avaient pas joué ensemble le même match. Cette approche, assez théorique, est évidemment plus facile à évaluer après une ou plusieurs rencontres...
...

Deux joueurs sont complémentaires si leur prestation globale lorsqu'ils sont alignés ensemble est supérieure à la somme de chaque prestation individuelle théorique qu'ils auraient livrée s'ils n'avaient pas joué ensemble le même match. Cette approche, assez théorique, est évidemment plus facile à évaluer après une ou plusieurs rencontres... Un coach soumettra toujours sa sélection à une critique basée sur les principes de complémentarité avant de définir ses choix. Le même raisonnement peut être étendu à l'équilibre du groupe et au choix des joueurs de base qui constitueront le noyau d'une équipe. En plus du fait, plus qu'évident, que les meilleurs devraient toujours recevoir la priorité, voici quelques critères de base qui peuvent aider à optimaliser la force collective d'un noyau.Complémentarité physiqueDeux joueurs à prédominance physique peuvent être complémentaires. Par exemple, si un des deux défenseurs axiaux d'une défense à quatre est grand, domine le jeu aérien et est un percuteur dans les duels, l'association d'un coéquipier plus petit, plus explosif et plus rapide au pivotement peut s'avérer judicieux.Complémentarité tactiqueCertains joueurs sont complémentaires au niveau de leur comportement tactique. Il est par exemple utile de disposer de quelques joueurs capables de jouer le contrepoids des pulsions, souvent offensives, du groupe ou de quelques partenaires rapprochés. Ainsi, un médian central qui veille à garder constamment un minimum d'organisation défensive à son équipe vaut de l'or pour un groupe.Offensifs et défensifsLe football moderne exige que tous les joueurs effectuent les deux parties offensive et défensive de leur travail. Il n'en reste pas moins vrai que certains d'entre eux ont plutôt une vocation offensive et d'autres une propension marquée pour le jeu défensif. Poser la question de savoir s'il y a suffisamment d'équilibre dans et entre les échelons du jeu est fondamental. Y a-t-il suffisamment d'équilibre entre offensifs et défensifs dans chacun des échelons de mon noyau que sont les défenseurs, les médians et les attaquants? Mais aussi, y a-t-il assez de joueurs défensifs dans cette sélection qui, par exemple, se doit de réaliser au moins un match nul?Techniciens et battantsUn certain équilibre entre créatifs, souvent axiaux, qui déterminent le style de jeu majeur de l'équipe et porteurs d'eau, souvent latéraux, qui usent physiquement les adversaires est indispensable. Y a-t-il suffisamment de battants dans le noyau? Distances et vitesses seront-elles suffisamment nombreuses et variées pour donner un certain confort technique aux techniciens? Y a-t-il suffisamment de joueurs qui ont la bonne mentalité? Le désir, la croyance et la persistance en la victoire sont-ils suffisamment présents?Régisseur et exécuteursDisposer d'un joueur qui impose naturellement son autorité, qui est donc respecté et écouté, est un atout fantastique. Disposer d'un relayeur du coach sur le terrain devrait être un must dans la mise en place du noyau futur. Diriger le groupe, être capable de le calmer dans les moments difficiles, le remettre sur la bonne voie ... ces qualités sont-elles en voie de disparition?Axiaux et latérauxCe critère d'équilibre par rapport aux zones du jeu mérite plus d'importance qu'on ne le lui attribue habituellement! En effet, nous pensons que jouer sur le flanc est plus difficile que jouer dans l'axe. Même si dans le deuxième cas, technicité des deux pieds, vitesse d'exécution et créativité sont de grandes exigences, il ne faut pas oublier que le joueur placé contre la ligne a beaucoup moins de choix dans ses directions de jeu et reçoit aussi nettement moins de soutien de la part de ses partenaires. N'importe qui ne s'improvise pas joueur de flanc! Droitiers et gauchersUn certain équilibre entre droitiers et gauchers est indispensable à une latéralisation du jeu riche et variée. Elle est également un plus au niveau des phases arrêtées.ConclusionFormer un groupe compétitif restera malgré tout toujours un art bien difficile. Beaucoup de facteurs incontrôlables interviennent. Seul le coach dont l'équipe gagne a raison!