La dernière réunion de la saison de la Ligue Pro, avant l'assemblée générale du mois d'août, a été essentiellement consacrée à la répartition des droits télé pour le prochain contrat qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2005. Jean-Marie Philips aurait souhaité que le partage futur soit fixé, avant même que les accords soient scellés avec les chaînes. Les clubs ont préféré savoir d'abord ce qu'ils allaient globalement toucher avant de se ré...

La dernière réunion de la saison de la Ligue Pro, avant l'assemblée générale du mois d'août, a été essentiellement consacrée à la répartition des droits télé pour le prochain contrat qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2005. Jean-Marie Philips aurait souhaité que le partage futur soit fixé, avant même que les accords soient scellés avec les chaînes. Les clubs ont préféré savoir d'abord ce qu'ils allaient globalement toucher avant de se répartir la somme (15 millions d'euros par saison pour le contrat qui prend fin en juin 2005). On s'oriente vers un meilleur défrayement des clubs dont les matches sont diffusés en direct, visiteurs et visités étant mis sur un pied d'égalité (50-50) et ce, parce que les grands clubs sont le plus souvent sollicités pour les directs. Le reste serait pratiquement inchangé : répartition équitable pour le clair et 50 % du crypté, le reste suivant le nombre d'apparitions à l'écran, le classement des cinq saisons écoulées et de la saison en cours. La commission télé de la Ligue va devoir faire diligence dans les négociations avec les chaînes. Le contrat expire fin juin 2005 et il reste donc à peine douze mois pour arriver à un accord avec les diffuseurs. Un laps de temps qui risque d'être insuffisant. Pour ce qui est du nouveau contrat (2005-2008 ?), les choses seront plus compliquées qu'auparavant. L'accord, acquis en avril à l'unanimité des 18 clubs de la Ligue Pro, de négocier un contrat commun et non différents accords individuels comme le droit belge et la législation européenne l'autorisent, permet à la Ligue de négocier collectivement, comme ce fut toujours le cas jusqu'à présent. Car il ne s'agit plus cette fois de négocier uniquement les matches en direct cryptés et les résumés en clair. La Ligue souhaite aussi vendre des matches non considéré comme au sommet en direct et en clair à d'autres chaînes, de même que des magazines aux dernières-nées des chaînes belges, telles AB3 ou VT4. Cela fait beaucoup d'interlocuteurs avec qui il faut négocier d'autant plus que les deux Canal + (français et flamand) sont aujourd'hui deux sociétés totalement distinctes (Deficom et Télénet). Rappel : la diffusion de la Coupe de Belgique et des matches des Diables à domicile est la propriété de l'Union Belge et lui rapporte 2,546 millions d'euros. (G. Lassoie). G.Lassoie