Les personnes qui n'ont pas vu ce match ainsi que les profanes en ont déduit que cette confrontation fut on ne peut plus spectaculaire. Ne boudons pas notre plaisir d'avoir vu 6 buts lors de cette rencontre mais il faut bien reconnaître que le niveau général n'a pas atteint des sommets.
...

Les personnes qui n'ont pas vu ce match ainsi que les profanes en ont déduit que cette confrontation fut on ne peut plus spectaculaire. Ne boudons pas notre plaisir d'avoir vu 6 buts lors de cette rencontre mais il faut bien reconnaître que le niveau général n'a pas atteint des sommets. Les Teutons ont fait preuve d'une très grande efficacité sur le plan offensif avec 4 buts inscrits dont 2 sur des frappes lointaines et extraordinaires de Philipp Lahm et de Torsten Frings. Pour le reste, il y a eu très peu d'occasions de but et de fluidité dans le jeu qui, certes, n'a jamais été une marque de fabrique de nos voisins d'outre Rhin, mais qui, si elle demeure à un tel niveau, est inquiétante pour la suite de la compétition. A l'inverse du Costa Rica, dont l'organisation n'était pas très claire, mais qui au départ du match était disposé en 3-5-2 (à mon avis, une des rares formations qui évoluera dans ce système), l'équipe de Jürgen Klinsmann évoluait dans un 4-4-2 des plus classiques avec une défense en ligne, un milieu de terrain de 4 joueurs disposés en losange et 2 attaquants très différents mais normalement complémentaires avec un pivot ( Miroslav Klose) et un feu follet ( Lukas Podolski ) qui tourne autour du target man et qui appelle le ballon en profondeur surtout sur les flancs. Lahm a beaucoup plus de participation offensive qu' Arne Friedrich sur l'autre côté. Il faut toutefois bien admettre que l'arrière latéral gauche a l'avantage de bénéficier de la présence d'un droitier ( BastianSchweinsteiger) qui est attiré naturellement vers l'intérieur du jeu et libère ainsi de l'espace dans son dos pour son coéquipier. Bien que Klose ait été élu homme du match par la FIFA, Lahm a été le détonateur du succès allemand avec l'ouverture magnifique du score après 5 minutes et en donnant l'assist pour le deuxième but de Klose (le 3e allemand). Si l'efficacité offensive a atteint pratiquement 100 % du côté de la Mannschaft, on ne peut pas en dire autant en ce qui concerne le comportement de l'équipe en perte de balle. Et à ce niveau, la défense en ligne a posé beaucoup de problèmes et le mauvais alignement, pas seulement sur les 2 buts inscrits par Paulo Wanchope, risque de se payer cash, s'il se répète contre des formations d'un autre calibre. Même si le deuxième but est inscrit à l'extrême limite du hors-jeu, les goals de Wanchope l'ont été sur un très mauvais positionnement de Friedrich qui couvre toute la défense (et qui plus est de plusieurs mètres !) alors qu'il a tout le jeu devant lui pour s'aligner aisément. La jeunesse de l'arrière-garde allemande (Lahm a 22 ans et Per Mertesacker 21) pourrait être une tentative d'explication mais c'est Friedrich qui a commis des erreurs de positionnement de débutant et il a 27 ans. D'un point de vue offensif, l'absence de Michael Ballack était certainement préjudiciable. En revanche au niveau défensif, le coach a peu de temps pour régler les problèmes car la deuxième échéance est déjà pour ce mercredi ! Enfin, on dit souvent que pour aller au bout dans ce type de tournoi, il faut commencer en mode mineur et augmenter son niveau progressivement. Si c'est le cas, l'Allemagne a une chance d'être sacrée le 9 juillet prochain ! etienne delangre