En début de saison, Bordeaux pratiquait un jeu de qualité en faisant tourner le ballon pour obliger l'adversaire à courir. Les Girondins jouaient à l'image du joueur Laurent Blanc, doté d'exceptionnelles qualités de récupération et de relance du jeu, avec en prime une fameuse lucidité. L'entraîneur précédent, le Brésilien Ricardo avait prôné pendant deux ans un jeu extrêmement défensif et très ennuyeux. Le renouveau de Bordeaux vient aussi d...

En début de saison, Bordeaux pratiquait un jeu de qualité en faisant tourner le ballon pour obliger l'adversaire à courir. Les Girondins jouaient à l'image du joueur Laurent Blanc, doté d'exceptionnelles qualités de récupération et de relance du jeu, avec en prime une fameuse lucidité. L'entraîneur précédent, le Brésilien Ricardo avait prôné pendant deux ans un jeu extrêmement défensif et très ennuyeux. Le renouveau de Bordeaux vient aussi de là. Désormais, les Girondins évoluent clairement vers l'attaque. Mais ce début d'année 2008 marque une évolution notoire. Critiqué pour un certain manque de combativité de ses joueurs, ce qui a valu aux Bordelais d'encaisser quelques buts idiots en début de match, Blanc oriente aujourd'hui le jeu de son équipe vers plus de solidarité et de rigueur. Une évolution dictée également par les circonstances, par exemple comme lorsque Bordeaux se retrouve réduit à 10, après le carton de rouge de Franck Jurietti (45e), face au Mans le 19 janvier lors de la 21e journée de championnat. En dépit de ce handicap numérique, Bordeaux avait su empêcher Le Mans de frapper au but durant toute la seconde mi-temps et obtenir une précieuse victoire qui leur a permis de revenir à 3 points seulement de l'Olympique Lyonnais. " La technique ne suffit pas, il faut aussi être présent dans les duels pour gagner. Dès qu'on se relâche sur le plan de l'engagement, on prend un but ", explique Fernando, le médian brésilien. Construite autour de joueurs expérimentés comme Jurietti et Mathieu Chalmé en défense, ou de Johan Micoud (17 sélections en équipe de France) et Alou Diarra (2 sélections en équipe de France) au milieu, Bordeaux intègre progressivement des jeunes prometteurs comme Benoît Trémoulinas (22 ans), Florian Marange (21 ans) ou Pierre Ducasse (20 ans). Dans les buts, Ulrich Ramé (2e gardien en équipe de France, 12 sélections) est également une garantie en termes d'expérience. Mais la grande révélation de ce début d'année reste le buteur argentin Fernando Cavenaghi. Ancien de River Plate et du Spartak Moscou, il est arrivé à l'hiver et flambe depuis le départ à la Coupe d'Afrique des Nations de Marouane Chamakh, titulaire en attaque. Ce dernier devrait être de retour le 13 février pour le match aller entre Anderlecht et Bordeaux vu que le Maroc a été éliminé. Fan de son compatriote Gabriel Batistuta, el Torito n'a qu'une faiblesse, les cartons...