Absent le week-end dernier , Salou Ibrahim n'a joué que dans six matches et marqué un seul but, contre St-Trond. Il avait été exclu face au Germinal Beerschot, était entré au jeu contre Beveren et avait disputé trois matches complets, contre Roulers, Mons et St-Trond. En pointe, il avait successivement été associé à Bosko Balaban, Kevin Roelandts, Mannaseh Ishiaku, Jeanvion Yulu-Matondo et DanielChavez...
...

Absent le week-end dernier , Salou Ibrahim n'a joué que dans six matches et marqué un seul but, contre St-Trond. Il avait été exclu face au Germinal Beerschot, était entré au jeu contre Beveren et avait disputé trois matches complets, contre Roulers, Mons et St-Trond. En pointe, il avait successivement été associé à Bosko Balaban, Kevin Roelandts, Mannaseh Ishiaku, Jeanvion Yulu-Matondo et DanielChavez... Salou Ibrahim : " La vitesse d'exécution ne me pose pas problème car elle était élevée à Zulte Waregem aussi. Par contre, passer d'un entraînement à deux par jour a requis une fameuse adaptation. Nous jouons en 4-4-2 et Zulte en 4-5-1. Dans la première formule, je suis associé à un autre avant alors qu'en 4-5-1, il faut compter davantage sur l'approvisionnement. Je dois encore trouver mes marques. Dans un grand club, il faut prester sous peine d'être remplacé. Chaque joueur apporte un plus et comme nous voulons prendre des points, peu importe qui joue à ma place. L'entraîneur me répète de prendre mon temps, de ne pas forcer mon talent. Il est convaincu de mes possibilités. Le Club ne me met pas la pression, elle vient plutôt de l'extérieur. Les supporters ont l'habitude de gagner ici... Je l'accepte. Sinon, autant aller jouer en D3. J'ai eu le malheur de déclarer que la chaleur de Zulte Waregem me manquait, sans qu'on me laisse le temps de m'expliquer. Mais je reste moi-même ". Stijn Meert, ancien coéquipier de Salou Ibrahim à Zulte Waregem et qui a connu Courtrai, St Trond et Anderlecht : " Avec une seule saison de D1 à votre actif comme lui, vous pouvez difficilement estimer la différence de niveau entre le Club et Zulte Waregem. Il pense, à tort, que tout ira de soi parce que son entourage le complimente. En fait, ce n'est qu'un début. Ceci dit, il est très pro et la mentalité de Bruges devrait lui convenir. Il doit affronter la concurrence de quatre ou cinq attaquants, désormais, donc toujours être à 110 %. A Waregem, il n'était pas sous pression. Il n'était pas nécessaire de le motiver, il savait qu'il avait une part importante dans notre succès. Il doit sans doute se débrouiller tout seul au Club mais il a déjà fait son chemin et il a émergé des niveaux inférieurs. Il y arrivera donc ". Franky Van der Elst, entraîneur adjoint au Club : " A Zulte, il était soutenu par des hommes qui montaient des flancs ou de l'axe. Il était le seul fer de lance. Il me donne l'impression de devoir s'imposer alors qu'il doit jouer dans son registre : être démarqué en profondeur, écarter le jeu, passer le ballon. Forcer les choses est une réaction normale quand on débarque quelque part mais il vaut mieux se concentrer sur ses atouts. Il peut être précieux, comme contre l'Union en Coupe, en restant dans le rectangle. Il a un bon bagage technique, il est puissant, grand, il fatigue la défense. Il a beaucoup de qualités. Il peut jouer au sein d'un duo d'attaque et le coach demande que les médians latéraux convergent vers l'axe afin de recevoir ses ballons en retrait. Cela le place dans une situation similaire à celle qu'il a connue à Zulte Waregem. Il a besoin de joueurs qui effectuent rapidement la jonction et nous demandons aux médians centraux de monter régulièrement pour faciliter la tâche des attaquants. Salou doit jouer simplement, en profondeur. Au début, il se laissait trop retomber dans l'entrejeu. Il veut avoir le ballon, va le chercher, dribble et se dirige vers les flancs. Comme nos médians axiaux ne montent guère, nous manquons de monde dans le rectangle si Salou se déporte. Mieux vaut laisser les flancs à KoenDaerden et GaëtanEnglebert ou aux arrières. Comme Bosko Balaban, il doit se mouvoir dans le rectangle. Celui-ci était une valeur sûre et l'autre poste était attribué en fonction de la forme du jour, de l'adversaire etc. Salou doit jouer dans son registre. C'est comme ça qu'il marquera ses buts. Il est respecté au Club. Il a de la personnalité ". Emilio Ferrera, l'entraîneur du Club : " Il est confronté à la concurrence de Balaban, Ishiaku, Roelandts, Yulu-Matondo... A Courtrai et à Turnhout, il a aussi joué avec un second avant. Sa complémentarité dépend de la façon dont nous l'utilisons. Je ne vois pas pourquoi on ne peut pas aligner deux avants rapides ou techniques de concert. Un attaquant rapide mais maladroit n'apporte rien. Il faut replacer la complémentarité dans le contexte de toute l'équipe. Salou n'a pas de problème, il doit simplement prendre son temps. Il a signé pour quatre ou cinq ans. Si AndriyShevchenko a besoin de temps à Chelsea, pourquoi Salou ne serait-il pas dans le même cas ici ? Il a une large marge de progression et Bruges a évidemment plus de deux bons attaquants ". Jean-Claude Lagaisse, l'agent de Salou Ibrahim : " A ses débuts au Standard, FrédéricDupré était parfois au bord des larmes, le soir. Les supporters veulent qu'un transfert soit immédiatement rentable. Salou est très calme, très réaliste. 40 kilomètres séparent géographiquement ses deux derniers clubs mais la distance est énorme sur le plan sportif. Salou travaille pour s'adapter au groupe. Il ne marquera jamais 15 buts par saison mais permet aux autres de mieux jouer. Pour faire des comparaisons de dix ans d'âge, il me rappelle un peu le Hollandais RenéEijkelkamp, qui attirait deux défenseurs. Il a besoin d'un homme doté d'un bon abattage à ses côtés, pour former un duo similaire au tandem JanKoller- TomaszRadzinski d'Anderlecht. Or, Balaban est plutôt un killer, il ne joue pas dans le registre collectif de Koller et Radzinski ". Jan Van Winckel, entraîneur adjoint du Club Bruges : " Il est en lutte avec lui-même mais se sent bien dans le groupe. Je ne pense pas qu'il ait besoin de chaleur humaine. C'est un chouette gars. Il s'occupe bien de MoustaphaDiallo et d' Elrio Van Heerden. J'ai déjà proposé à Elrio de m'accompagner pour ne pas se sentir seul mais il répond toujours qu'il sera avec Salou... Il les emmène en voiture. Ils forment une belle bande. Je trouve formidable qu'il réagisse ainsi. Il a bien passé le cap de joueur important dans une équipe modeste à celui de joueur banal au plus haut niveau ". RAOUL DE GROOTE