La carte d'identité de ce solide attaquant, 1,86m et 82 kg, signale qu'il est né le 4 septembre 1971 à Pauillac. Un coin mythique pour tous les amateurs de bons vins avec ses merveilles : Château-Lafite, Château-Latour, Mouton-Rothschild, etc. Même si le vignoble français connaît des moments difficiles, suite à l'assaut des bouteilles du nouveau monde, cela fait rêver. La carrière de Lilian Laslandes vaut un grand cru. Après avoir joué à Pauillac, Mérignac et Saint-Seurin, il se retrouve à Auxerre de 1992 à 1997. Là, il apprend son métier, débute en L1 à Lens le 8 août 1992, marque son premier bu...

La carte d'identité de ce solide attaquant, 1,86m et 82 kg, signale qu'il est né le 4 septembre 1971 à Pauillac. Un coin mythique pour tous les amateurs de bons vins avec ses merveilles : Château-Lafite, Château-Latour, Mouton-Rothschild, etc. Même si le vignoble français connaît des moments difficiles, suite à l'assaut des bouteilles du nouveau monde, cela fait rêver. La carrière de Lilian Laslandes vaut un grand cru. Après avoir joué à Pauillac, Mérignac et Saint-Seurin, il se retrouve à Auxerre de 1992 à 1997. Là, il apprend son métier, débute en L1 à Lens le 8 août 1992, marque son premier but en championnat le 28 novembre de cette année-là face à Toulon. La suite, ce sont quatre belles saisons à Bordeaux, des aventures plus hésitantes à Sunderland et à Cologne, une bonne campagne à Bastia et une autre du même acabit à Bastia avant le retour à Bordeaux. Il contacta lui-même le club afin de proposer ses services au coach, Michel Pavon. Sa femme attend un heureux événement et avait envie de revenir dans le Bordelais. Laslandes avait pourtant quitté les Girondins par la petite porte. En 2001, certains supporters, mal renseignés, estimaient que Laslandes marquait moins de buts à cause du bar-restaurant qu'il avait ouvert. Le temps a passé et le joueur revient avec la ferme intention de réussir un coup. A 32 ans, 307 matches de L1 et 112 buts à son compteur, il veut aider Bordeaux. " Il sera difficile de tenir la roue des grands ", déclare-t-il. " Mais il est toujours possible de réaliser un truc en Coupe de France ou en Coupe de la Ligue. Quand on dispose d'une équipe jeune, le facteur confiance est important. Les débuts sont souvent déterminants. Si Bordeaux enchaîne les bons résultats lors des cinq ou six premières journées, il pourra peut-être envisager un avenir doré en fin de saison ". Lilian Laslandes a assez de métier pour bien étudier les potentialités de son groupe. Il achèvera sa carrière à Bordeaux. Sur sa carte de visite, on notera aussi deux championnats de France (1996, 1999), deux Coupes de France (1994, 1996) et 7 sélections avec les Bleus. (P. Bilic) BIXENTE LIZARAZU a signé pour deux ans à Marseille qui la semaine passée songeait à Jan Koller et à Aruna Dindane. Mathieu Flamini, un jeune du club, jouera quatre ans à Arsenal. LENS a changé d'optique et recruté des joueurs habitués à la L1 plutôt que des Africains sans vécu en France. MONACO a engagé Mohamed Kallon de l'Inter Milan avant d'en faire autant avec l'international uruguayen de Lecce, Javier Chevanton. ISTRES a embrigadé Florian Maurice et Nisa Saveljic. EDMILSON devrait quitter Lyon afin de rejoindre Barcelone. JUSTICE : deux faux managers ont été mis en examen. Quelques clubs sont inquiétés dont Guingamp où un de ces personnages était intervenu dans le cadre du transfert de Moumouni Dagano venu de Genk. JEROME LEROY quitte Guingamp et rejoint Lens. DIDIER DROGBA : 5 % des 37,5 millions d'euros versés par Chelsea à Marseille seront ristournés vers les clubs formateurs où il joua entre 12 et 21 ans : Vannes (180.000 euros), Levallois-Perret (750.000 euros) et Le Mans (750.000 euros). P.Bilic