Manchester United, Chelsea, Atletico Madrid et les autres : Axel Witsel aurait le choix de sa prochaine destination. Plusieurs gros cubes européens seraient fous de lui. Et prêts à faire exploser leur cochon pour acquérir un renfort exceptionnel : le Soulier d'Or du championnat de Belgique. Allô Jorge Vidal ? L'agent de Witsel calme directement et fermement le jeu : " Je n'ai reçu aucune offre, Axel non plus, le Standard non plus. C'est ça, la situation concrète. "
...

Manchester United, Chelsea, Atletico Madrid et les autres : Axel Witsel aurait le choix de sa prochaine destination. Plusieurs gros cubes européens seraient fous de lui. Et prêts à faire exploser leur cochon pour acquérir un renfort exceptionnel : le Soulier d'Or du championnat de Belgique. Allô Jorge Vidal ? L'agent de Witsel calme directement et fermement le jeu : " Je n'ai reçu aucune offre, Axel non plus, le Standard non plus. C'est ça, la situation concrète. " Mais d'où viennent alors toutes les rumeurs ? " Il y a beaucoup de scouts à chaque match du Standard. S'il y en a 20 dans la tribune, il y en a peut-être 15 qui se sont déplacés pour Axel. Mais entre la présence d'un scout et une proposition concrète qui arrive au club ou à l'agent du joueur, le fossé est énorme. Manchester United et Chelsea ? Pour moi, ce n'est que du pipeau. "Et l'Atletico Madrid ? On a quand même surpris Witsel dans la capitale espagnole juste avant l'ouverture du mercato d'hiver ! " Ce club est venu voir Axel lors de Bruges-Standard au premier tour, c'est vrai ", reconnaît Vidal. " Et Axel est allé récemment à Madrid. Pour une simple visite... chez son sponsor habillement et chaussures. Atterrissage à Madrid, ensuite le court trajet vers le siège du sponsor, à Tolède. Mais évidemment, il a suffi qu'on le repère à Madrid pour qu'on tire des conclusions et qu'on fasse de gros titres dans les journaux. "Jorge Vidal ne veut pas se lancer dans le petit jeu de l'estimation du prix de son bijou : " Plus de 10 millions, c'est certain. Il fait partie des rares joueurs du championnat de Belgique qui peuvent provoquer une dépense pareille : il y a la moitié de l'équipe du Standard, Jan Polak, Mbark Boussoufa et peut-être un ou deux autres encore à Anderlecht. Il ne faut en tout cas pas se focaliser sur les 20 millions dépensés par Everton pour Marouane Fellaini : ce transfert était exceptionnel à plus d'un titre. " Le Soulier d'Or a-t-il fait exploser subitement la valeur d'Axel Witsel ? " Certainement pas ", tranche Vidal. " Il y a des clubs qui le suivent depuis longtemps et qui ne vont pas se laisser influencer par ce trophée. La seule incidence du Soulier d'Or, c'est peut-être que des clubs qui n'étaient pas encore sur sa trace vont peut-être commencer à le surveiller. Mais dans l'absolu, je ne pense pas que cette victoire changera quoi que ce soit à son destin. "Jorge Vidal n'exclut pas que Witsel, sous contrat jusqu'en juin 2013, soit toujours Rouche la saison prochaine. " Fellaini n'a pas eu le Soulier d'Or mais est parti. Steven Defour l'a reçu mais est resté. Il a refusé une bonne offre de l'Ajax parce qu'il se plaît beaucoup au Standard. Axel pourrait raisonner comme lui. La Ligue des Champions avec ce club, ça peut être un beau truc. Et le Standard ne se contentera pas d'une demi-mesure : pour 10 millions, il ne partira pas. " Ces avis personnels demandent une confirmation officielle, mais au Standard, le directeur Pierre François veut rester très discret : " La politique de la maison est de ne pas confirmer et de ne pas infirmer toutes les rumeurs qui paraissent dans la presse. " Le club n'a-t-il vraiment reçu aucune offre concrète ? " Pas de commentaire. "Witsel restera-t-il à coup sûr Standardman jusqu'en mai prochain au moins ? " Ah oui, ça, c'est certain. Tout le monde a la volonté de poursuivre ensemble jusqu'au bout de cette saison : Axel, son agent et le Standard. "Et l'effet du Soulier d'Or sur la valeur marchande du joueur ? " Nul. A l'étranger, on connaît depuis un bon moment la valeur de Witsel. Le Soulier d'Or, par contre, tout le monde n'est même pas au courant qu'il existe. "Un agent anglais qui a plusieurs stars de la Premier League dans son portefeuille est assez sceptique quand on évoque un intérêt de géants de ce pays pour Witsel : " Quand un club comme Manchester United veut vraiment un joueur, il le transfère souvent à la surprise générale car il l'a scouté sans se montrer : pour ne pas éveiller la curiosité d'équipes concurrentes et pour éviter de voir gonfler le prix. A partir du moment où les journaux écrivent que tel grand club s'intéresse à tel joueur important, il faut prendre cela au conditionnel. Qui savait qu'Everton était sur Fellaini ? Personne ou presque. En tout cas, les médias et le grand public n'en savaient rien. " Manchester United et Chelsea sur la trace de Witsel, ce serait donc du pipeau, comme le dit l'agent du joueur. A côté de cela, notre interlocuteur anglais est sûr d'une autre chose : " Si Witsel se retrouve à United, à Arsenal ou dans un autre grand club, il y réussira probablement. Regardez le déchet qu'il y a dans les transferts de ces équipes : c'est minime. Parce que tout a été analysé : les qualités footballistiques mais aussi les atouts humains. Quand Manchester United met le gros prix pour un joueur, il a la quasi-certitude que le type en question est capable de se gérer, de s'adapter à la vie de folie des footballeurs de haut niveau dans le championnat d'Angleterre, de résister sereinement à des tentations qui sont énormes tous les jours. Il faut un gros mental pour tenir le coup et les recruteurs des grands clubs le savent. Donc, ils essayent d'avoir tous leurs apaisements avant de débourser. La vie à Londres ou à Manchester, c'est parfois terrible quand on est célèbre. Mais une fois que les clubs ont certaines garanties, ils n'hésitent plus à mettre le paquet. Le fait que Witsel soit encore sous contrat à Liège pour quatre ans et demi ne veut rien dire pour eux, ce n'est pas un frein. Everton s'est engagé dans la même voie que les plus grands clubs de ce pays : on y a mis en place une cellule de recrutement qui étudie tout, pas seulement la faculté d'un renfort potentiel à s'adapter au rythme du jeu de la Premier League. Quand Fellaini a signé pour 20 millions à Everton, toute la presse anglaise s'est posé des questions : -Comment est-il possible de mettre autant d'argent pour un inconnu du petit championnat de Belgique ? Mais les gens d'Everton savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils connaissaient déjà Fellaini comme leur poche. Aujourd'hui, Fellaini et Vincent Kompany ont une cote d'enfer chez nous : cela pourrait avoir une incidence sur le prix que des clubs anglais seraient tentés de mettre pour d'autres stars de votre championnat. Pour Witsel notamment. On sait maintenant en Angleterre qu'on peut trouver du très fort et du très costaud mentalement en Belgique. " Roger Henrotay sait de quoi il parle. Avec son fils Christophe, il gérait la carrière de Fellaini jusqu'à quelques heures de la conclusion de son transfert à Everton. Le joueur l'a éjecté dans la phase terminale des négociations. Pour Roger Henrotay, la valeur actuelle de Witsel sur le marché européen est impossible à estimer : " Si on m'avait dit au mois d'août de l'année dernière qu'un club mettrait 20 millions pour Fellaini, j'aurais cru à une bonne blague. Je ne pensais même pas que le Standard pourrait toucher 10 millions pour ce joueur. Il faut vraiment se méfier de tout ce qui s'écrit dans les journaux. Il y a beaucoup d'intox. J'ai été directeur du Standard pendant 10 ans et je sais comment ça marche. Au début, je croyais tout ce que les agents me disaient. Quand il y en a un qui me proposait autant de millions pour un joueur, j'étais très heureux et j'avertissais directement André Duchêne. Mais l'offre concrète ne venait jamais. On cite Witsel et d'autres stars du Standard à gauche et à droite, mais je me méfie. Pierre François m'a avoué récemment qu'il n'avait jamais reçu d'offre sérieuse pour Milan Jovanovic, par exemple. Ma seule certitude concernant Witsel, c'est qu'il rapportera vraiment un tout gros montant au Standard parce que le club ne le bradera pas. Il est riche et peut donc se permettre d'attendre. Seule une toute grosse équipe sera capable de mettre le prix que le Standard demandera. La direction ne négociera donc qu'avec des gros cubes européens. Quand Everton s'est manifesté pour Fellaini, Lucien D'Onofrio ne voulait même pas parler avec ce club au début ! " Autre agent qui connaît la maison Rouche car il y a travaille avec une star : Paul Stefani, le conseiller de Defour. " Depuis le début de cette saison, je dis la même chose : Witsel doit rester au moins jusqu'en mai. Son Soulier d'Or n'y change rien. C'est mieux pour lui et pour le club de ne pas partir avant la fin de ce mois-là. Tout le monde est bien d'accord pour dire que le Standard peut renouveler son titre et surtout aller loin en Coupe de l'UEFA. Imaginez qu'il se qualifie pour les demi-finales, voire la finale, ou qu'il la gagne même : la valeur d'un joueur comme Witsel pourrait alors être multipliée par dix ! Je connais suffisamment D'Onofrio : il va fermer toutes les portes jusqu'à la fin du mois de janvier en misant plutôt sur un départ en fin de saison. " Yves Baré, autre agent, est du même avis : " Qu'il ne s'en aille pas trop tôt et qu'on arrête surtout de citer des chiffres qui pourraient lui faire tourner la tête. De toute façon, les montants qu'on lit ne veulent rien dire. Personne n'est capable de prédire le prix pour lequel il sera vendu. Personne ! " Et quid de l'intérêt supposé sur le marché espagnol ? Juan Lozano, qui y a ses entrées (surtout au Real Madrid), sourit : " En Belgique, il y en a apparemment qui croient que le Real ou Barcelone va sortir subitement 25 millions pour un Axel Witsel. Il faut arrêter ! Ces clubs-là sont capables de faire un effort pareil pour un joueur qui a déjà confirmé à un très haut niveau ou pour un attaquant complètement phénoménal. Mais pas pour Witsel. En Espagne, j'estime sa valeur actuelle à une dizaine de millions, pas plus. Il est encore trop jeune et a encore trop à prouver pour que son transfert crève déjà les plafonds. " par pierre danvoye- photos: reporters