A thos Brogno, Aramis Hendrickx et Porthos Mommens ont juré depuis longtemps fidélité à la cause des Zèbres. Mais le roman carolo ne pourrait plaire à AlexandreDumas père si les Trois Mousquetaires n'étaient pas quatre. Dès lors, Mogi d'Artagnan s'est joint à eux, leur a prêté son épée, afin de défendre, lui aussi, la cause de Louis XIII, pardon d' Abbas Bayat I.
...

A thos Brogno, Aramis Hendrickx et Porthos Mommens ont juré depuis longtemps fidélité à la cause des Zèbres. Mais le roman carolo ne pourrait plaire à AlexandreDumas père si les Trois Mousquetaires n'étaient pas quatre. Dès lors, Mogi d'Artagnan s'est joint à eux, leur a prêté son épée, afin de défendre, lui aussi, la cause de Louis XIII, pardon d' Abbas Bayat I. Même Richelieu ne parviendrait pas à leur poser autant de problèmes que ne leur en propose la situation présente au Sporting du Pays de Charleroi. Les choses ont été récemment définies en haut lieu politique. Abbas Bayat doit gérer les problèmes immédiats (dégraisser le noyau, faire baisser la masse salariale, respecter les prochaines échéances des différents plans de remboursement des dettes, etc.) tandis que le moyen et le long terme a été repris par Jean-Claude Van Cauwenberghe, Ministre Président de la Région Wallon et grand manitou carolo qui travaille en relation étroite avec Jean-Jacques Cloquet, responsable du marketing des Zèbres. Mogi Bayat veut des sous pour acheter des joueurs mais les forces vives de Charleroi cherchent d'abord des fonds pour recapitaliser le club. Ajoutez-y l'ombre de Saadi Kadhafi, le fils du Maître de Tripoli, et cela en dira long sur les énigmes carolos du moment. " Nos dossiers sont prêts ", avance pourtant Mogi Bayat. " Nous avons beaucoup travaillé mais si nous ne recevons pas un franc, Charleroi ne signera pas un seul transfert. On parle de millions partout, surtout dans la presse, mais, nous ne voyons rien venir : c'est zéro sur toute la ligne pour le moment. Nous n'avons pas un cent, pas une thune. Kadhafi ? La Libye est un gros marché pour Chaudfontaine. Si la famille Kadhafi avait des ambitions sportives et financières à Charleroi, mon oncle serait le premier à le savoir ". Selon certaines sources, Abbas Bayat suit évidemment le dossier Kadhafi à la trace et est régulièrement en contact avec l'ancien Diable Rouge Nicolas Dewalque, à la base de cet intérêt libyen pour les Zèbres. On se sait jamais... Le mois de juin est déjà bien entamé. Le 2 juillet exactement, Dante Brogno retrouvera son groupe à l'entraînement. Qui sera là ? Combien de départs aura-t-il enregistré ? Quels seront les renforts ? Pour le moment, c'est la bouteille à encre. Et c'est forcément assez inquiétant dans un club où le personnel a été réduit à sa plus petite expression. " Nous avons formé un quatuor afin d'étudier notre situation sportive ", dit Mogi Bayat. " Abbas Bayat a la décision finale mais il nous fait confiance dans nos analyses sportives. A quatre, nous limitons notre risque d'erreurs. Dante Brogno, lecoach, donne un avis technique. Il connaît exactement le type de joueurs dont il a besoin afin d'équilibrer son groupe. J'ai mes relations en France et ailleurs : elles ont déjà fait leurs preuves. Raymond Mommens est un expert. Il a l'art de décortiquer le style d'un joueur. Pierre-Yves Hendrickx sait exactement si les joueurs qui nous intéressent peuvent être repris, ou pas, dans la masse salariale du club. Il gère tous les problèmes d'accueil, les dossiers d'affiliation ". Le problème de Charleroi est facile à cerner. Vu l'importance des dettes, le budget a été ramené à quatre millions d'euros. L'enveloppe pour les salaires des joueurs et du staff technique ne peut pas dépasser 80 % de ce montant. La vente d' Eduardo à Toulouse fera rentrer de l'argent dans les caisses (un bon million d'euros ?), servira à boucher les trous mais ne sera pas consacré à la politique des transferts. La cellule sportive chargée du recrutement n'ignore pas ce problème. " A un moment, j'étais tellement découragé que j'ai failli rendre mon tablier ", lance Dante Brogno. " J'étais déçu par notre manque de moyens. Mais quand on n'a pas de pétrole, il faut des idées. A la fin du premier tour de cette saison, nous avons su trouver des solutions afin de sortir du trou. Sportivement, tous les nouveaux n'ont pratiquement rien coûté, à l'exception de Sama. En somme, nous avons réalisé une bonne partie de nos transferts en décembre dernier ". Raymond Mommens embraye tout de suite : " Ce furent autant de réussites. Bertrand Laquait est très vite devenu un des meilleurs gardiens de but de D1. Il apporte beaucoup sur le terrain et son impact mental est considérable. Le Français réveille les ambitions de chacun au quotidien. Charleroi avait besoin d'un tel leader dans son vestiaire. Les autres clubs ont également relevé sa valeur et son importance. L'ancien dernier rempart de Nancy a été cité à Anderlecht et à Bruges. S'il quitte les Zèbres, ce ne sera que pour une équipe du top, afin de jouer, pas pour cirer le banc des réservistes. Nous avons également réussi un coup fumant avec Laurent Macquet qui a dynamisé la ligne médiane qui avait besoin d'idées et de fraîcheur ". Mogi Bayat estime que tous les nouveaux joueurs ont aussi été analysés sur le plan mental. " Ils ont relancé leur carrière chez nous car leur volonté était intacte. Tous avaient faim de football et leur réussite prouve que nous savons cerner les potentiels des joueurs qui nous intéressent. La France est un immense réservoir de bons footballeurs. Mais pour le moment, ce n'est pas notre seul terrain de chasse. Nous avons une liste de 15 joueurs qui, tous, seraient des renforts. Nos priorités vont vers un flanc gauche et surtout un solide attaquant de pointe ". Pierre-Yves cite des chiffres : " On peut dire que 60 % de ces 15 joueurs évoluent en France, d'autres en Belgique et ailleurs. En décembre, Charleroi avait été chercher Boeka-Lisasi à Malines. Dante est contacté régulièrement par des joueurs belges qui ont envie de jouer chez nous. De plus, il ne faut pas oublier que Dante a réamorcé une pompe : le chemin de la D1 est à nouveau ouvert pour les gens du cru. Charleroi a toujours lancé beaucoup de jeunes mais on avait oublié cette richesse régionale. Or, elle a toujours joué un rôle important dans le passé. Dante a lancé Detal et Ghislain, d'autres suivront. Cela a été fait avec doigté. Je ne crois pas que les Carolos ont besoin de noms ronflants. Les stars ne viennent de toute façon plus en Belgique. Non, nos supporters veulent un groupe qui se bat, comme durant le deuxième tour ". Pierre-Yves Hendrickx sait qu' André Collasse, Aimé Anthuenis, Georges Heylens, Luka Peruzovic et Robert Waseige ont dégrossi beaucoup de jeunes durant les années '80 et '90 : Fabrice Silvagni, Didier Beugnies, Dante Brogno, Rudy Moury, MarcoCasto, Roch Gérard, Olivier Suray, Laurent Wuillot, Philippe Albert, Daniel VanBuyten, etc. La pression sera plus forte que la saison passée sur les épaules de Dante Brogno. Le maintien ne suffira plus. " J'ai l'habitude. A Charleroi, c'est toujours chaud ", précise-t-il. " Il est évident que nos jeunes vont monter en grade. J'ai été très prudent lors de leurs débuts. Leur aventure était magnifique mais mon plus grand souci était surtout de ne pas les griller alors que les Zèbres jouaient leur tête en D1. Je ne les ai pas alignés lors de tous les matches car ils avaient besoin de plages de repos afin de terminer leurs humanités ". Peut-on imaginer des pressions internes pour que le coach aligne des renforts ou des jeunes ? Actif, nerveux, Mogi Bayat a du poids. Au point d'avoir une grosse influence dans les choix sportifs ? " Je suis le patron de mon noyau ", précise tout de suite Dante Brogno. " Nous travaillons à quatre mais tout le monde connaît parfaitement ses responsabilités. Je sais que ce ne sera pas facile la saison prochaine mais je suis confiant. Je sais aussi que mon noyau ne sera pas tout à fait complet à la reprise des entraînements. Nous nous adapterons ". Raymond Mommens s'est beaucoup démené afin de créer un nouveau réseau de recruteurs, principalement dans le Hainaut. En France, il y a une nouvelle tendance dans les centres de formation. Les clubs ont constaté que le taux d'échec sportif était plus élevé dans le cas des jeunes séparés brutalement de leurs familles. Ainsi, Nancy préfère désormais recruter de préférence en Lorraine. " Une vingtaine de proches du club ont sillonné notre coin ", avance Raymond Mommens. " Nous avons déniché beaucoup de jeunes très prometteurs ". N'en déplaise aux Zèbres, c'est La Louvière qui a donné le ton dans le Hainaut en gagnant la Coupe de Belgique. Les Loups n'ont-ils pas montré la voie à suivre en réussissant beaucoup de transferts gagnants ? Eux aussi ont acquis de bons joueurs en France, des footballeurs sans contrat en Belgique, etc. Les Mousquetaires carolos montent sur leurs grands chevaux. " La différence est finalement minime entre les Zèbres et les Loups au classement général ", note Dante Brogno. " Sans nos problèmes du début de saison, nous les aurions précédés sur la ligne d'arrivée. Je suis persuadé que notre groupe détient plus de potentialités que celui du Tivoli. Je ne vois pas quel Loup pourrait renforcer notre noyau ". C'est oublier très vite leur succès en Coupe de Belgique, leur organisation, leur excellente division offensive africaine. " Nous avons une autre façon de voir le football ", prétend Pierre-Yves Hendrickx. " Notre public ne supporterait pas d'assister à de tels matches dans notre stade. C'est trop défensif. Charleroi veut d'abord du spectacle ". En attendant, ce n'est pas Charleroi qui jouera en Coupe de l'UEFA : la pilule est difficile à avaler, semble-t-il. Raymond Mommens abonde dans le même sens que Pierre-Yves Hendrickx : " Ce sont des écoles différentes. Ce football passe à la Louvière, pas à Charleroi ". C'est le Hainaut Calcio. En Italie, l'AC Milan joue d'une façon, l'Inter d'une autre... Mais finalement, les Mousquetaires ne dévoilent pas leur liste de 15 joueurs devant remplacer les partants. " Des parasites ont essayé de nous piquer Eduardo ", surenchérit Mommens. " Ils l'ont proposé un peu partout en affirmant qu'il était gratuit : c'était faux. La Belgique peut être une terre de transition. Eduardo s'est bien adapté chez nous, a appris le français et ces étapes augmentent ses chances de réussite en France. Remacle a pris le chemin d'Oberhausen en Allemagne. Milambo, Calvo, Aliaj, Boon ont été libérés. Mons s'intéresse à Christopher Fernandez mais nous le céderons pas pour rien. Il a peut-être besoin d'une saison de plus afin de trouver ses marques. Etchi n'est pas libéré. Godart le sera probablement. Alex Di Gregorio pourrait partir mais à condition que toutes les parties y trouvent leur compte. Yazdani, Kolotilko et Emamifar sont en fin de contrat : nous négocions avec eux. Enfin, il y a Kargbo qui plaît beaucoup à Metz et à deux autres très bons clubs français de D1 ". Cela fait beaucoup de départs. A ce rythme-là, la liste des 15 ne sera pas suffisante pour combler les places vides. " La famille Bayat respecte ses engagements ", dit Mogi Bayat. " Mon oncle a finalisé un accord avec Coca-Cola et s'est porte garant, en premier rang, d'un emprunt de 2, 5 millions d'euros. J'espère que tout le monde joindra le geste à la parole ". Pierre Bilic" J'ai failli rendre mon tablier " (Dante Brogno)" Si nous ne recevons pas un franc, Charleroi ne signera pas un seul transfert " (Mogi Bayat)