"J'ai étudié le style de nos adversaires. J'espère que ça me permettra d'obtenir de bons résultats. Le football actuel ne recèle plus de secrets. Je sais que nos adversaires nous ont observés avec la même attention. J'ai moi-même délégué mes assistants visionner le jeu des autres.
...

"J'ai étudié le style de nos adversaires. J'espère que ça me permettra d'obtenir de bons résultats. Le football actuel ne recèle plus de secrets. Je sais que nos adversaires nous ont observés avec la même attention. J'ai moi-même délégué mes assistants visionner le jeu des autres.Nous sommes dans un groupe difficile, avec l'Allemagne, une équipe qui est coutumière des finales. J'ai récemment vu le Cameroun contre l'Argentine. C'était à s'en lécher les doigts. Ils sont vraiment bons. L'Irlande reste une équipe difficile à battre. Mais nous allons essayer de surprendre ces pays.Nous sommes très bien préparés. Nous sommes allés en stage en Italie, ce qui nous a permis de nous projeter dans d'autres conditions. Je sais que nous devrons manoeuvrer en bloc. Je ne dépends pas de l'un ou l'autre joueur. Nous opérons en équipe.Notre ambition est de confirmer et de rééditer nos bonnes prestations des éditions précédentes. En 1994, nous avons atteint le deuxième tour. Quatre ans plus tard, nous avons eu la malchance de nous retrouver dans une poule forte, avec notamment la France, future championne du monde. J'espère que mes joueurs seront en forme au coup d'envoi et qu'ils donneront une image positive du football d'Arabie Saoudite.Beaucoup de gens me rappellent que les pays arabes réussissent de bons matches contre l'Allemagne: Algérie-Allemagne en 1982, Tunisie-Allemagne en 1978, Maroc-Allemagne en 1970 et en 1986. Mais ça m'avance à quoi? C'est de l'histoire ancienne. Si nous sommes brillants contre l'Allemagne, ce ne sera pas grâce au passé mais au fait que nous nous serons très bien préparés et que nous aurons travaillé dur.Je suis le premier sélectionneur d'Arabie Saoudite à conduire mon pays au Mondial. Ce n'est pas important. Que peut faire un entraîneur? Motiver ses joueurs de son mieux et leur expliquer la tactique. Point à la ligne. En fin de compte, sur le terrain, les joueurs doivent assumer leurs responsabilités. Ce sont eux qui déterminent le résultat. Toutefois, ils montent sur le terrain en sachant qu'ils ont ma totale confiance. L'équipe est unanime. Tous ses éléments sont prêts à travailler les uns pour les autres et c'est sans doute notre principal atout dans cette Coupe du Monde. Grâce à cet esprit de groupe, nous sommes à même de réaliser des exploits, même dans un groupe aussi difficile.D'accord, le futur champion du monde ne viendra sans doute pas de notre poule. L'Argentine, le Brésil ou la France gagnera. Voir un autre pays sur la plus haute marche constituerait une surprise absolue. Toutefois, la révélation du tournoi est versée dans notre poule. Je parle du Cameroun. Il dispose d'une palette de footballeurs géniaux qui évoluent dans des championnats européens réputés. Ils ont donc l'expérience nécessaire, qui leur faisait défaut avant. En plus, ils ont remporté la Coupe d'Afrique des Nations. Je pense qu'ils vont poursuivre sur leur élan".