"Nous allons avoir des matches difficiles. Nous sommes dans un des groupes les plus difficiles, sans le moindre doute. La France est championne du monde en titre. Le Sénégal a atteint la finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Et qui oserait sous-estimer l'Uruguay?
...

"Nous allons avoir des matches difficiles. Nous sommes dans un des groupes les plus difficiles, sans le moindre doute. La France est championne du monde en titre. Le Sénégal a atteint la finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Et qui oserait sous-estimer l'Uruguay?Notre atout, c'est notre capacité à nous estimer nous-mêmes. Nous savons de quoi nous sommes capables et nous restons fidèles au beau football. On rend un mauvais service à son sport en essayant de gagner sans y mettre la façon.Le Danemark ne possède plus de vedettes, mais j'ai de bons footballeurs, qui sont tous très complémentaires. Notre équipe est un bon mélange d'expérience et de jeunesse. Mais je ne peux pas citer un seul joueur dont le talent surpasse celui des autres. Il ne faut pas chercher un nouveau Laudrup dans l'immédiat. C'est d'ailleurs un phénomène général. Le football s'appuie de plus en plus sur le collectif. Il a pris beaucoup d'importance au cours des deux dernières décennies. Il reste évidemment des joueurs-clefs. Des footballeurs de la race de Zidane, Figo, Owen. L'Argentine et le Brésil vont certainement faire découvrir quelques stars mais je ne m'attends quand même pas à des noms vraiment nouveaux. Mon équipe comporte beaucoup de joueurs qui évoluent au Danemark. C'est un phénomène récent, qui a ses avantages. Depuis 30 ans, nous avions l'habitude de voir partir à l'étranger tous les joueurs qui devenaient internationaux. Ça arrive de nouveau à certains joueurs. Nous pouvons difficilement retenir au pays des garçons comme Peter Madsen et Christian Poulsen. Je trouve quand même important qu'une équipe nationale compte des joueurs du pays. Le temps des mercenaires danois est révolu, ce qui est encourageant, à mes yeux. Non, Peter Schmeichel ne sera pas de la partie. Il reste sur une carrière fantastique et il continue à bien tirer son plan à Aston Villa. Il est encore capable de disputer une Coupe du Monde mais il s'est retiré et nous possédons un formidable jeune gardien en la personne de Thomas Sorensen. La France et l'Argentine seront les équipes à battre. Il est difficile de pointer déjà des révélations. Il y a trois, quatre, voire cinq bonnes équipes. Le reste est d'un niveau similaire. Beaucoup d'équipes peuvent gagner contre n'importe qui. Il y aura toujours bien l'une ou l'autre surprise, peut-être du côté du Danemark. Mais il y a tellement peu de différences entre les participants que tout dépendra des circonstances. Un bon départ est susceptible de déboucher sur un tournoi de qualité.Les circonstances sont spéciales mais le football est tellement professionnel que chacun sera bien préparé. Les joueurs européens ne sont pas habitués à un taux d'humidité élevé mais le Vieux Continent maîtrise mieux que tout autre l'art de se préparer. Certains pays risquent des problèmes à cause des joueurs qui participent à la Ligue des Champions jusqu'à son terme. De toute façon, la plupart des internationaux restent sur une longue saison, chargée. Peut-être faudra-t-il miser davantage sur des joueurs qui ont manqué une demi-saison à cause d'une blessure et qui seront frais pour la Coupe du Monde".