"Je ne pouvais imaginer un groupe plus difficile dans le pire de mes cauchemars: l'Argentine, l'Angleterre et la Suède. C'est épouvantable. Nous vivrons match par match. Je crois toutefois que nous pouvons nous qualifier. Nous ne manquons pas d'idées pour désarçonner nos rivaux.
...

"Je ne pouvais imaginer un groupe plus difficile dans le pire de mes cauchemars: l'Argentine, l'Angleterre et la Suède. C'est épouvantable. Nous vivrons match par match. Je crois toutefois que nous pouvons nous qualifier. Nous ne manquons pas d'idées pour désarçonner nos rivaux.Il ne serait pas correct de citer des vedettes nigérianes. Donner des noms reviendrait à placer les garçons sous pression. Notre échec en Coupe d'Afrique des Nations, où nous avons été éliminés en demi-finales par le Sénégal, a des conséquences sur la sélection: on ne peut pas tout mettre sur le dos du sélectionneur, après pareille déroute. Un grand nettoyage s'imposait donc. Partir au Mondial avec la même sélection aurait été idiot. Je ne tolérerai pas le moindre manque de discipline des joueurs. Pendant la CAN, l'ambiance est complètement retombée. Tout le monde s'est plaint de la mauvaise préparation, s'est rebellé, il y a eu des frictions avec les joueurs qui évoluent en Europe. Maintenant, les internationaux ont pu constater eux-mêmes à quelle catastrophe ça les a conduits. Ils doivent tous regarder dans la même direction. Le peuple nigérian a été particulièrement déçu de la manière avec laquelle son équipe s'est produite au Mali. Et bien, pendant le Mondial, ils verront un Nigeria dont ils pourront être fiers.Je veux que le Nigeria pratique un football qui corresponde à la culture de son pays. C'est justement ce jeu typiquement nigérian qu'on a abandonné ces derniers temps, avec les conséquences qu'on connaît. Je retourne aux bases. Le football national a toujours mis l'accent sur les ailes. Nous avons des joueurs rapides et je vais leur demander de procéder davantage par les flancs. C'est un système simple, qui a toujours été efficace. Les problèmes du Nigeria ont commencé quand il a modifié ce concept. Les joueurs doivent retrouver leur propre football, sans essayer de copier celui des autres.Je ne m'occupe pas des autres équipes. J'ai assez de travail avec la mienne. Préparer une sélection pour la phase finale du Mondial requiert toute votre attention, surtout dans les circonstances actuelles. Je suis déçu de la presse britannique, qui a tout fait pour dénigrer le Nigeria et tenter de nous intimider.Le climat n'est pas important. Nous sommes habitués à la canicule et la plupart des internationaux nigérians ont appris à s'adapter à tous les climats, puisqu'il jouent aux quatre coins du monde.Qui gagnera le Mondial? J'espère que ce sera le Nigeria... Nous allons enterrer nos problèmes pour relever le défi qui nous attend en Asie. Une chose est certaine: nous ferons de notre mieux".