Nous n'avons pas obtenu de bons résultats pendant la préparation, jusqu'à notre victoire en Supercoupe, qui a rassuré tout le monde : nous étions prêts. Pourtant, nous avons connu un début difficile à Malines et nous avons ensuite peiné contre Lokeren. Le premier avertissement est venu à Dender. On a considéré ce match nul comme un accident de parcours mais il s'est reproduit. Nous avons eu du mal à tenir un résultat. On peut donc parler de mauvais premier tour, même si nous aurions tout aussi bien pu tenir notre rang...

Nous n'avons pas obtenu de bons résultats pendant la préparation, jusqu'à notre victoire en Supercoupe, qui a rassuré tout le monde : nous étions prêts. Pourtant, nous avons connu un début difficile à Malines et nous avons ensuite peiné contre Lokeren. Le premier avertissement est venu à Dender. On a considéré ce match nul comme un accident de parcours mais il s'est reproduit. Nous avons eu du mal à tenir un résultat. On peut donc parler de mauvais premier tour, même si nous aurions tout aussi bien pu tenir notre rang. Dans un championnat normal, il est impossible de refaire notre retard. Cependant, après cinq journées, on proclamait le Standard champion. Maintenant, on pense la même chose de Bruges alors qu'après son élimination européenne contre Brann Bergen, on le croyait hors course. Il s'est battu pour revenir. Si Anderlecht réalise un brillant second tour, tout n'est pas perdu. L'année dernière, nous avons signé une belle série après un début moindre. En Coupe d'Europe, nous avons tiré l'adversaire le plus difficile, Fenerbahçe. Ce n'est pas ici que nous avons perdu le tour préliminaire de la Ligue des Champions mais là-bas alors qu'à 1-0, nous avons eu l'occasion d'égaliser. En Coupe UEFA, l'égalisation tardive d'Aalborg nous a obligés à nous battre jusqu'à la dernière journée et nous avons même dû compter sur un coup de pouce du même club danois. Nous avons été contraints de faire appel à des joueurs qui n'avaient pas de base, revenant de blessure. Ils ont d'ailleurs rechuté après. Malgré tout, Frutos et Akin ont marqué des buts cruciaux. Sans eux, notre déplacement à Getafe eût été inutile. Nous devons nous analyser et non observer les autres. En janvier, nous aspirons à nous entraîner et à jouer avec un groupe au complet. Si nous y parvenons, nous aurons réussi notre premier et principal transfert. Normalement, Anderlecht doit compenser sans problème les blessures mais cette fois, la situation a été extrême, d'autant qu'il s'agissait chaque fois d'atteintes graves. Nous l'avons payé en obtenant de moins bons résultats ". Jonathan Legear Legear a pointé le bout du nez en fin de saison passée et a poursuivi sur sa lancée. Il n'a pas cassé la baraque mais les termes jeune, Belge et attaquant forment rarement une combinaison gagnante au Sporting. Il multiplie les prestations, devient plus régulier. Cyril Théréau Le Français illustre la mauvaise gestion des transferts. Il n'a pas été visionné, il n'a pas le bon profil mais il a été embauché et a échoué. Vercauteren l'a immédiatement lâché et malgré le grand nombre de blessés, il n'a guère quitté le banc. Jan Hauspie