Après avoir perdu la Ligue des Champions au profit de Club RTL au moment même où Anderlecht retrouvait un niveau plus digne de son passé, la RTBF avait calmé le jeu, disant qu'elle proposerait autre chose, comme un Week-End Sportif plus fourni, la Coupe de l'UEFA avec Bruges et surtout les matches des Diables Rouges.
...

Après avoir perdu la Ligue des Champions au profit de Club RTL au moment même où Anderlecht retrouvait un niveau plus digne de son passé, la RTBF avait calmé le jeu, disant qu'elle proposerait autre chose, comme un Week-End Sportif plus fourni, la Coupe de l'UEFA avec Bruges et surtout les matches des Diables Rouges. Bref, même mené au score, Reyers donnait l'impression de garder le match en main. Un an plus tard, toutefois, la chaîne de l'avenue Ariane vient d'inscrire un deuxième but qui risque de peser très lourd au décompte final. Jeudi dernier, Tout Foot s'est en effet payé une troisième soirée d'affilée pour offrir aux amateurs wallons ce qu'ils attendaient vainement du service public: les images en direct de Bordeaux-Standard. Car, une nouvelle fois, nous estimons qu'il est du devoir d'une chaîne régionale de diffuser les rendez-vous de ses représentants sur la scène européenne. A la RTBF, le sujet irrite. En guise d'excuse, on évoque les difficultés budgétaires et, surtout, les "sommes mirobolantes" exigées par les détenteurs des droits. Il est vrai, par exemple, que la firme Verhulst demande 25 millions pour Tchéquie-Belgique mais, dans une économie de marché basée sur l'offre et la demande, ce sont de toute manière les chaînes qui fixent les prix, d'autant que les détenteurs des droits doivent également tenir compte de la possibilité pour eux de promouvoir leurs sponsors. Dans le cadre de Bordeaux-Standard, il faudra quand même qu'on nous explique comment une chaîne privée qui ne reçoit pas de subvention et ne peut pas compter sur des abonnés parvient à s'offrir les droits que la RTBF juge hors de prix. RTL ne nous offre certes pas le nec plus ultra en matière de commentaires et place certainement ses employés dans des conditions de travail moins confortables que la RTBF, mais au moment d'établir son programme TV de la soirée de jeudi dernier, le téléspectateur, lui, avait vite fait son choix. Et à long terme, cela permettra sans doute à RTL-TVI d'augmenter ses recettes et la qualité de ses retransmissions. A la RTBF, on a manifestement opté pour un raisonnement à plus court terme qui consiste à couper dans les dépenses. Un exercice dans lequel il convient de manier les ciseaux et le peigne fin plutôt que la tronçonneuse. (P. Sintzen)