Questions sans réponse

Carl Hoefkens a entamé son mandat d'entraîneur principal avec un foule d'interrogations. Il y a le feuilleton De Ketelaere, qui va partir, tôt ou tard, et la recherche d'un remplaçant. Cela va-t-il modifier le style de jeu, induire de nouveaux schémas, des automatismes différents? Lang, très motivé pendant la préparation, va-t-il rester? Il a en tout cas réalisé que ses déclarations à l'emporte-pièce ne facilitaient pas son transfert.
...

Carl Hoefkens a entamé son mandat d'entraîneur principal avec un foule d'interrogations. Il y a le feuilleton De Ketelaere, qui va partir, tôt ou tard, et la recherche d'un remplaçant. Cela va-t-il modifier le style de jeu, induire de nouveaux schémas, des automatismes différents? Lang, très motivé pendant la préparation, va-t-il rester? Il a en tout cas réalisé que ses déclarations à l'emporte-pièce ne facilitaient pas son transfert. Le Club Bruges est dans l'incertitude la plus totale, ce qui ne facilite pas la tâche de Carl Hoefkens. L'entraîneur s'appuie en grande partie sur les schémas d'Alfred Schreuder. Si le Club n'avait pas l'intention réelle de poursuivre sa collaboration avec le Néerlandais (l'offre de l'Ajax est un cadeau du ciel), celui-ci n'en était pas moins très apprécié du groupe. Alors que Philippe Clement s'était heurté à ses limites la saison dernière et n'était plus suivi par le noyau, Schreuder a réussi à instaurer un autre style de jeu, d'abord avec des accents espagnols puis avec plus de réalisme. Si le concept a progressivement évolué vers une version modernisée du style spécifique au Club, c'est grâce à Hoefkens. Schreuder a gagné 43 points sur 54, même s'il n'aurait jamais été champion sans Mignolet. Hoefkens va entamer l'exercice avec le 3-5-2 développé par Schreuder la saison passée. De ce point de vue, il ne doit pas procéder à beaucoup d'adaptations. La défense est en place, même si Hoefkens a l'intention d'y intégrer Odoi. L'entrejeu, actuellement privé de Rits, blessé, prend forme et l'entraîneur a même de nombreuses possibilités de remplacement. Mais si De Ketelaere et/ou Lang partent, le Club perdra en talent. Il aura moins de finesse, il sera moins surprenant, moins opportuniste. Et ça ne se résout pas d'un claquement de doigts. Les nouveaux doivent encore faire leurs preuves, même si l'avant espagnol Jutglà a déjà fait bonne impression pendant la préparation, bien plus que l'arrière gauche Meijer, issu du FC Groningen, qui doit encore s'intégrer et surtout passer la vitesse supérieure. Il faut aussi attendre avant de juger Larin, un attaquant trapu, difficile à écarter du ballon, qu'on peut servir en profondeur. De ce point de vue, les matches amicaux ne constituent généralement pas un bon baromètre. Le Club espère beaucoup de l'éclosion de ses extérieurs, Skov Olsen et Buchanan. La saison écoulée, ils ont varié et enrichi le jeu alors qu'ils n'étaient pas arrivés dans des conditions idéales. Buchanan venait d'achever une saison au Canada et Skov Olsen avait peu joué à Bologne et devait retrouver son rythme. Ces deux hommes ont un énorme potentiel et ils entament la saison dans des conditions bien différentes. La saison ne s'annonce pas facile pour le Club Bruges ni pour Carl Hoefkens. Le nouvel entraîne gère son groupe avec beaucoup de maturité. Il connaît parfaitement la culture du club et il se gardera de sombrer dans l'obstination dont a parfois fait preuve Schreuder. En coulisses, on raconte que Carl Hoefkens est déjà plus avancé dans sa carrière que Clement à son arrivée au Club. C'est éloquent. De fait, Hoefkens n'a pas dû effectuer de détours par Waasland-Beveren et le KRC Genk avant d'obtenir un contrat au stade Jan Breydel. Le Club Bruges se trompe rarement quand il choisit un entraîneur. Il a été sacré champion à cinq reprises ces sept dernières saisons. Avec quatre entraîneurs différents.