Le nouveau Youssouph Badji

Faute d'avoir clos positivement les négociations autour de Bright Osayi-Samuel avant le bouclage de ce magazine, malgré les efforts considérables réalisés, le Club Bruges termine sa campagne de préparation sans le moindre renfort. Il n'y a pas (encore) beaucoup de pression, car personne n'est parti et les nouveaux venus ne particperont pas à la finale de la Coupe. Et il est encore temps, les transferts peuvent arriver jusqu'au 5 octobre. Une éternité.
...

Faute d'avoir clos positivement les négociations autour de Bright Osayi-Samuel avant le bouclage de ce magazine, malgré les efforts considérables réalisés, le Club Bruges termine sa campagne de préparation sans le moindre renfort. Il n'y a pas (encore) beaucoup de pression, car personne n'est parti et les nouveaux venus ne particperont pas à la finale de la Coupe. Et il est encore temps, les transferts peuvent arriver jusqu'au 5 octobre. Une éternité. C'est pourquoi nous avons choisi de mettre Youssouph Badji (18 ans) en évidence. Ce n'est pas un nouveau à proprement parler, étant donné qu'il a paraphé son premier contrat avec l'équipe à Noël. Mais c'en est bien un pour le public. Après tout, le Sénégalais n'a pas encore joué le moindre match sous le maillot blauw en zwart. Il y avait déjà bien un accord l'été dernier, mais en raison de son âge (17 ans à l'époque), le Club avait dû attendre jsuqu'au 20 décembre 2019, le jour de son 18e anniversaire, pour officialiser le Sénégalais. Le Club l'a emmené en stage, au Qatar, où il a découvert un garçon intelligent, grand (1m92), costaud dans les airs et à l'aise balle au pied, bon dans les combinaisons, mais trop jeune pour être lancé dans l'arène. D'où l'arrivée, fin janvier, du Tchèque Michael Krmencik, qui pouvait lui jouer directement. Badji est revenu du Qatar dans les équipes d'âge brugeoises quand le destin a frappé : pendant une rencontre de Youth League avec les Espoirs, il s'est fracturé le metatarse. Juste après, le corona déferlait sur le monde. Sa première saison s'est donc terminée brutalement, sans pouvoir montrer quoi que ce soit. Il a travaillé dur pendant le confinement, avec succès. Il s'est fait remarquer durant la préparation, grâce à ses buts réguliers. Philippe Clement se retrouve subitement avec un attaquant supplémentaire. L'hiver dernier, il était déjà parti avec l'équipe A en stage au Qatar (il y avait marqué contre l'Ajax) et cet été, il fait à nouveau partie des espoirs mis en lumière durant la campagne de préparation. Les jeunes du Club le savent : avoir du talent et recevoir la chance de le démontrer dans le noyau A est une chose, mais s'y inscrire dans la durée et recevoir du temps de jeu est encore une autre paire de manche. Suivre la voie tracée par Charles De Ketelaere ? Thomas Van den Keybus (19 ans) l'espère bien. Ils sont comparables, car polyvalent, principalement au milieu de terrain, mais aussi par leur apport offensif. Il est très doué techniquement, mais c'est un " tard mâture ". Il doit encore développer son corps pour être au niveau physiquement. Il a beaucoup travaillé cet aspect ces derniers mois chez les espoirs. Rick De Mil, son coach, le trouvait très fort mentalement. C'est nécessaire pour percer dans un environnement très compétitif. " Au Club ", expliquait encore De Mil dans une interview cet été, " vous avez besoin de qualités techniques et physiques, mais finalement, c'est l'aspect mental qui sera déterminant. "