Continuité

Jamais encore une équipe n'avait engrangé septante points en 29 journées du championnat régulier. Il est donc logique que le Club Bruges de Philippe Clement ait avant tout voulu conserver son noyau et prolonger certains contrats. Il n'y a pas encore de transferts.
...

Jamais encore une équipe n'avait engrangé septante points en 29 journées du championnat régulier. Il est donc logique que le Club Bruges de Philippe Clement ait avant tout voulu conserver son noyau et prolonger certains contrats. Il n'y a pas encore de transferts. Le Club doit notamment ses brillantes prestations à la solidité défensive de l'équipe. C'est un cliché, mais il défend collectivement. Évidemment, quand on dispose d'une ligne arrière composée de Clinton Mata, Brandon Mechele et Simon Deli devant Simon Mignolet, les flancs et les autres compartiments peuvent se permettre de perdre des plumes de temps en temps. Le Club n'a commis de faux pas qu'en Europe. À domicile contre le PSG et à Manchester United cette année. Dans ces matches, le Club n'avait plus de consistance. Au pays, il a été quasi invincible : il n'a encaissé que quatorze buts en 29 rencontres. Le mérite en revient à Mignolet, mais pas seulement. Le gardien ne s'est retourné que 0,4 fois par match, alors que la moyenne attendue était de 0,8. Avec 9,7 buts évités, Mignolet est le meilleur gardien de Belgique mais aussi des cinq grands championnats européens et de la compétition néerlandaise. La défense est intacte. Les doublures ( Odilon Kossounou pour Mata, Matej Mitrovic pour Mechele et Federico Ricca pour Deli) doivent attendre qu'un concurrent parte ou que Clement fasse tourner son noyau. Pas (encore) de changements dans l'entrejeu non plus. Ruud Vormer et Hans Vanaken sont incontournables. En l'absence de Vormer, le Club avait un problème sur les phases arrêtées. Krepin Diatta a dû s'en charger et il a été assez médiocre. La saison passée, Eder Balanta et Mats Rits se valaient. Ils se sont souvent relayés, mais le Colombien a souvent été victime de blessures. Le flanc droit est plus présent que l'autre. Diatta est plus affûté en attaque qu' Eduard Sobol, qui se distingue par son abattage. Il y a encore Siebe Schrijvers et Charles De Ketelaere, l'élégant gaucher qui a fait son apparition cet hiver. De Ketelaere, futur successeur de Hans Vanaken, est une véritable éponge. La deuxième année est toujours difficile, mais s'il se développe physiquement, il ne doit pas craindre de passage à vide. En revanche, un homme peut se poser des questions : Thibault Vlietinck. N'aurait-il pas intérêt à accepter une location pour relancer sa carrière ? C'est le choix qu'a fait Loïs Openda, prêté à Vitesse Arnhem .Emmanuel Dennis, David Okereke, Michael Krmencik, le jeune Youssouph Badji se disputent les places en pointe. Pendant la préparation, Clement, confronté à la blessure de Dennis, a associé Okereke à Krmencik. Le Tchèque s'est adapté et n'a plus d'excuses sur le plan physique : c'est maintenant ou jamais. Okerere a éclos il y a un an avant de disparaître, mais l'analyse de ses statistiques révèle son potentiel devant le but.