Si elle affiche un look plus classique que celui de sa cousine germanique, pour se démarquer, la Citigo mise plutôt sur les aspects pratiques. Raison pour laquelle, contrairement à la Up, la petite tchèque arrive d'ailleurs d'emblée en variante cinq portes au catalogue. L'accès libéré vers les places arrière, étonnamment habitables pour une voiture si courte, s'en voit évidemment largement facilité. Le volume de coffre n'est pas en reste. Certes, difficile d'y caser toutes les c...

Si elle affiche un look plus classique que celui de sa cousine germanique, pour se démarquer, la Citigo mise plutôt sur les aspects pratiques. Raison pour laquelle, contrairement à la Up, la petite tchèque arrive d'ailleurs d'emblée en variante cinq portes au catalogue. L'accès libéré vers les places arrière, étonnamment habitables pour une voiture si courte, s'en voit évidemment largement facilité. Le volume de coffre n'est pas en reste. Certes, difficile d'y caser toutes les courses du mois, à moins de rabattre les dossiers de la banquette. Mais avec 251l, il se profile comme un des plus vastes du segment (185l dans une Fiat 500, par exemple). Hormis ce penchant pour la praticité, on s'en doute, l'atout principal de la Citigo pour se démarquer face à son clone germanique VW Up sera évidemment son prix inférieur. Si les tarifs définitifs ne seront dévoilés qu'à la veille de la commercialisation programmée pour le mois de juin, elle devrait toutefois s'échanger de 3 à 5 % de moins que la Up à équipement égal. Soit environ le prix de la cousine Mii, badgée Seat cette fois, qui complétera l'offre du groupe Volkswagen sur le segment. Comme rien n'est gratuit dans ce bas monde, la Citigo fait payer son prix inférieur par quelques petites mesquineries d'équipement. Comme la disparition de la moquette habillant, et protégeant, les flancs du coffre, par exemple. Ou l'impossibilité d'opter, comme sur la Up , pour une planche de bord couleur carrosserie. Au volant, on retrouve les plaisirs simples procurés par une voiture légère (moins d'une tonne), basique et saine. Pour une citadine, la Citigo offre des suspensions assez confortables. Sur le plan mécanique, Skoda ne propose que le nouveau 1.0l de Volkswagen disponible en 60 ou 75 ch. Le couple restant identique dans les deux cas (95 Nm), autant opter pour la version d'accès si l'on envisage surtout des déplacements urbains. La version plus puissante ne prend, finalement, l'avantage que lorsque l'on cravache la mécanique sur les plus grands axes. La Citigo proposera, en option, le système de freinage automatique étrenné par la cousine Up !. Un capteur laser disposé sur le sommet du pare-brise scrute la route afin de déclencher automatiquement les freins si un accident semble inévitable. Actif sous 30 km/h, ce système permet d'éviter efficacement les accrochages de " distraction " dans les embouteillages.PAR JEAN-FRANÇOIS CHRISTIAENS