1 Tous les scandales qui touchent notre foot, ce n'est pas fatigant pour ses acteurs, ceux qui sont dedans au quotidien ?

Bien sûr. Et c'est surtout très négatif par rapport à l'image qu'on essaie de donner tous les jours. Entre nous, ce sont des choses qui peuvent arriver dans tous les métiers... Mais, comme le foot est le sport national dans beaucoup de pays, le regard de l'extérieur pour dénigrer ce sport, il est terrible. Encore plus le regard des gens qui n'aiment pas le foot et qui, tout d'un coup, mettent leur nez dedans, critiquent, disent des choses qui n'ont absolument rien à voir avec le football.

2 Tu vois une solution à court terme pour faire changer les choses, pour modifier la perception ?

On ne peut que faire le dos rond et subir les choses, tout en gardant notre passion. Le football est quand même un rêve pour beaucoup de monde. Tout ça, il faut le protéger, il ne faut pas le dénigrer. Je pense qu'au fur et à mesure, vous allez vous mettre à perdre des licenciés, il y aura moins de jeunes en Belgique qui rêveront de devenir footballeur professionnel à cause de toutes les affaires. Et ça, ce serait vraiment malheureux parce que vous avez encore bien montré, l'été dernier, que la Belgique était une vraie nation de foot. Il faut bien garder en tête que les Diables Rouges étaient même plus forts que les Bleus, vous auriez pu la gagner, cette Coupe du Monde. Ça veut dire que le potentiel est énorme. Il faut le protéger, ce serait un immense gâchis si vous n'y arriviez pas.

Le produit qu'on vend le plus maintenant dans le monde, c'est le football. Ça commence à égaler la drogue... " Claude Makélélé

3 Il y a le même parfum de scandales en France avec toutes les révélations sur les montages financiers du PSG, de Monaco, etc. Même le pays champion du monde est touché !

Tu as raison, ça se passe partout, personne n'est épargné. Mais ça s'explique. Le produit qu'on vend le plus maintenant dans le monde, c'est le football. Ça commence à égaler la drogue... On en est arrivé à un stade où les sommes d'argent générées sont carrément dans le déraisonnable. Et ça suscite logiquement des envieux. Aujourd'hui, les gens qui veulent faire un drôle de business, hé bien ils viennent dans le foot !

4 Tu as déjà très bien gagné ta vie, mais là, on est encore dans une autre dimension. Les salaires qu'on donne aujourd'hui, ça va beaucoup trop loin, non ?

Là, non, je ne suis pas d'accord. Je ne dirai jamais qu'un joueur de foot est trop payé. Parce que les joueurs sont les vrais acteurs et c'est normal qu'ils soient les mieux rémunérés. L'argent généré, c'est d'abord grâce à eux. Et je pense que ce n'est pas fini. Les salaires vont continuer à exploser. C'est une évolution qui ne s'arrêtera jamais. Maintenant, il faut régulariser, remettre une hiérarchie. J'ai connu l'avant Bosman, c'était très différent de ce qu'on voit aujourd'hui. Le jeune pro était content de ce qu'on lui donnait et ça ne le dérangeait pas de voir que les meilleurs gagnaient une fortune. Tout était une question de niveau et de performance. Aujourd'hui, des joueurs moyens sont transférés pour des sommes folles et ils touchent des salaires de fous. À la limite, tu peux avoir un gars qui est pro depuis deux mois et qui est déjà transféré pour 40 millions parce qu'il a fait quelques bons matches. Ça, ce n'est pas normal.

5 Toi aussi, tu changeais d'agent continuellement, comme les footballeurs d'aujourd'hui ?

J'ai eu un seul agent pendant toute ma carrière de joueur. Et quand je suis devenu entraîneur, j'ai pris un avocat au lieu d'un agent. Oui, les joueurs actuels changent pour un oui, pour un non, mais il faut se demander pourquoi ils agissent comme ça. Moi, j'ai la réponse. Ils se sont tellement fait tordre, qu'ils n'ont plus confiance, alors ils vont voir ailleurs. Il y a tellement d'agents qui vendent du rêve aux footballeurs. On te dit que Barcelone a appelé pour toi, tu vas au rendez-vous, tu t'attends à rencontrer la direction du Barça, mais non, c'est Dupond et Dupont que tu trouves de l'autre côté de la table. Ça te refroidit, non ?

1 Tous les scandales qui touchent notre foot, ce n'est pas fatigant pour ses acteurs, ceux qui sont dedans au quotidien ? Bien sûr. Et c'est surtout très négatif par rapport à l'image qu'on essaie de donner tous les jours. Entre nous, ce sont des choses qui peuvent arriver dans tous les métiers... Mais, comme le foot est le sport national dans beaucoup de pays, le regard de l'extérieur pour dénigrer ce sport, il est terrible. Encore plus le regard des gens qui n'aiment pas le foot et qui, tout d'un coup, mettent leur nez dedans, critiquent, disent des choses qui n'ont absolument rien à voir avec le football. 2 Tu vois une solution à court terme pour faire changer les choses, pour modifier la perception ? On ne peut que faire le dos rond et subir les choses, tout en gardant notre passion. Le football est quand même un rêve pour beaucoup de monde. Tout ça, il faut le protéger, il ne faut pas le dénigrer. Je pense qu'au fur et à mesure, vous allez vous mettre à perdre des licenciés, il y aura moins de jeunes en Belgique qui rêveront de devenir footballeur professionnel à cause de toutes les affaires. Et ça, ce serait vraiment malheureux parce que vous avez encore bien montré, l'été dernier, que la Belgique était une vraie nation de foot. Il faut bien garder en tête que les Diables Rouges étaient même plus forts que les Bleus, vous auriez pu la gagner, cette Coupe du Monde. Ça veut dire que le potentiel est énorme. Il faut le protéger, ce serait un immense gâchis si vous n'y arriviez pas. 3 Il y a le même parfum de scandales en France avec toutes les révélations sur les montages financiers du PSG, de Monaco, etc. Même le pays champion du monde est touché ! Tu as raison, ça se passe partout, personne n'est épargné. Mais ça s'explique. Le produit qu'on vend le plus maintenant dans le monde, c'est le football. Ça commence à égaler la drogue... On en est arrivé à un stade où les sommes d'argent générées sont carrément dans le déraisonnable. Et ça suscite logiquement des envieux. Aujourd'hui, les gens qui veulent faire un drôle de business, hé bien ils viennent dans le foot ! 4 Tu as déjà très bien gagné ta vie, mais là, on est encore dans une autre dimension. Les salaires qu'on donne aujourd'hui, ça va beaucoup trop loin, non ? Là, non, je ne suis pas d'accord. Je ne dirai jamais qu'un joueur de foot est trop payé. Parce que les joueurs sont les vrais acteurs et c'est normal qu'ils soient les mieux rémunérés. L'argent généré, c'est d'abord grâce à eux. Et je pense que ce n'est pas fini. Les salaires vont continuer à exploser. C'est une évolution qui ne s'arrêtera jamais. Maintenant, il faut régulariser, remettre une hiérarchie. J'ai connu l'avant Bosman, c'était très différent de ce qu'on voit aujourd'hui. Le jeune pro était content de ce qu'on lui donnait et ça ne le dérangeait pas de voir que les meilleurs gagnaient une fortune. Tout était une question de niveau et de performance. Aujourd'hui, des joueurs moyens sont transférés pour des sommes folles et ils touchent des salaires de fous. À la limite, tu peux avoir un gars qui est pro depuis deux mois et qui est déjà transféré pour 40 millions parce qu'il a fait quelques bons matches. Ça, ce n'est pas normal. 5 Toi aussi, tu changeais d'agent continuellement, comme les footballeurs d'aujourd'hui ? J'ai eu un seul agent pendant toute ma carrière de joueur. Et quand je suis devenu entraîneur, j'ai pris un avocat au lieu d'un agent. Oui, les joueurs actuels changent pour un oui, pour un non, mais il faut se demander pourquoi ils agissent comme ça. Moi, j'ai la réponse. Ils se sont tellement fait tordre, qu'ils n'ont plus confiance, alors ils vont voir ailleurs. Il y a tellement d'agents qui vendent du rêve aux footballeurs. On te dit que Barcelone a appelé pour toi, tu vas au rendez-vous, tu t'attends à rencontrer la direction du Barça, mais non, c'est Dupond et Dupont que tu trouves de l'autre côté de la table. Ça te refroidit, non ?