Mons continue à être redoutable à domicile. Dimanche, c'est le GBA qui en a fait les frais. Après 30 secondes, le marquoir indiquait déjà 1-0 pour les Dragons: le premier but de Claude-Arnaud Rivenet pour l'Albert.
...

Mons continue à être redoutable à domicile. Dimanche, c'est le GBA qui en a fait les frais. Après 30 secondes, le marquoir indiquait déjà 1-0 pour les Dragons: le premier but de Claude-Arnaud Rivenet pour l'Albert.Franky Van der Elst a été impressionné par le niveau de jeu des Montois en première mi-temps. Ils ont souffert en deuxième période, surtout après l'exclusion d'Obadai! Marc Grosjean regrettait cette baisse de régime. "Nous avons entamé le match à du 100 à l'heure, mais il était impossible de maintenir pendant 90 minutes le rythme auquel nous avons joué pendant toute la première mi-temps. Il y a souvent eu un exclu dans l'équipe qui nous affrontait dans notre stade, mais cette fois, nous n'avons pas su en profiter. Cela confirme que les Anversois ne sont pas n'importe qui".Claude-Arnaud Rivenet: Je dirais que, sur l'ensemble du premier tour, nous avons disputé notre meilleure mi-temps contre le GBA et notre meilleur match entier face à St-Trond. Mais on ne doit pas se focaliser sur la qualité de notre jeu. Nous avions été très bons contre Anderlecht, Mouscron, Gand, Bruges et Genk, mais nous avions perdu tous ces matches. Alors, il ne faut pas faire la fine bouche quand on gagne en jouant une moins bonne mi-temps. Le match contre le GBA a en tout cas confirmé une nouvelle fois que 2-0 ne peut jamais être considéré comme un score définitif. J'étais passé plusieurs fois à côté de ce premier goal. Avant le match contre le GBA, j'avais eu quelques belles occasions à Lokeren. Mais je ne les avais pas transformées et cela nous avait empêchés de faire basculer cette rencontre en notre faveur. Heureusement, je n'ai pas gambergé et j'ai repris le travail comme si je n'avais rien raté là-bas. Aujourd'hui, je tiens enfin ce premier but et ça fait fort plaisir. Contre le GBA, on n'aurait même pas pu crier au scandale si j'en avais inscrit deux ou trois.Le 21 décembre, vous retrouverez La Louvière, le club qui vous a révélé en Belgique: comment appréhendez-vous ce match?Ce sera évidemment une soirée spéciale. Je me réjouis de revoir plusieurs personnes que je côtoyais là-bas. Je suis resté en bons termes avec pas mal de Louviérois. Mais je n'ai qu'une envie: aider mon équipe à les battre. Je sais que, si Mons perd, je me ferai chambrer: par mes anciens coéquipiers, par les supporters et par la presse. Je ne veux pas leur donner ce plaisir-là. Mais je n'aborderai pas ce match comme une revanche ou comme une guerre. (P. Danvoye)