Avec l'arrivée d'Eleven, vous avez perdu des contrats importants (NBA, ...) et on prédisait le pire pour la Premier League et la Pro Ligue. Finalement, vous avez préservé vos deux produits " vedettes ". C'est une revanche ?

Non. La Ligue Pro était satisfaite de notre ligne éditoriale et de la manne financière promise. Il y avait une logique à continuer à travailler ensemble. Notre lien avec Eleven est paradoxal car nous sommes partenaires et concurrents. C'est un intermédiaire international en plus dans les négociations, dont nous proposons des produits. Chacun en appréciera l'utilité.
...

Non. La Ligue Pro était satisfaite de notre ligne éditoriale et de la manne financière promise. Il y avait une logique à continuer à travailler ensemble. Notre lien avec Eleven est paradoxal car nous sommes partenaires et concurrents. C'est un intermédiaire international en plus dans les négociations, dont nous proposons des produits. Chacun en appréciera l'utilité. Il y a une poussée " inflationniste " mais la somme devait rester dans des limites raisonnables. On ne double pas notre nombre d'abonnés chaque année. Pareil pour le prix de nos abonnements. La difficulté, c'est que le foot n'a pas de valeur intrinsèque... sauf celle que ceux qui négocient sont prêts à lui donner ! Estimer le juste prix est toujours très difficile. On offre ces contenus qui ont beaucoup de valeur émotionnelle pour nos abonnés et c'est à nous de trouver les moyens de poursuivre cette stratégie. C'est de bonne guerre de lancer des chiffres hauts. Je n'en sais rien. La somme actuelle est belle si on la compare à des pays avec le même nombre d'habitants (Pays-Bas, Suède...). La Belgique se porte bien. Ne parlons pas des cinq grands championnats : ils sont hors catégorie. C'est notre plus grand contrat. Il a donc le plus de répercussions sur notre travail interne, l'organisation commerciale, etc. Année après année, le stress persiste mais on arrive à gérer de manière plus sereine. Bon, j'avoue que le jour où les résultats ont été communiqués, nous étions rivés sur nos écrans et nos portables pour guetter la moindre info. Le coup de fil positif a été très libérateur. C'est difficile à mesurer car il y a une combinaison de facteurs : le pouvoir de la marque, la manière de proposer les services, le professionnalisme, etc. Il est rare qu'une personne choisisse un opérateur pour un seul contenu. Evidemment, le foot belge est essentiel. Les résultats de clubs comme Anderlecht, Charleroi ou le Standard ont un impact. Quand ils performent, cela se ressent chez nous. par SIMON BARZYCZAK " Prolonger le foot belge n'est pas une revanche par rapport à Eleven. " - Christian Loiseau