Pourquoi cette réorganisation ?

A cause de plusieurs éléments liés aux programmes et à l'extra-sportif. Le paysage audiovisuel évolue vite avec le développement de l'OTT (NDLR : services de médias par Internet), l'apparition de nouveaux acteurs, etc. Les abonnés demandent des offres plus spécialisées et segmentées. Nous pensions depuis un petit temps à séparer le sport du reste. Désormais, l'abonné a le choix. Cela nous permet d'être le moins cher du...

A cause de plusieurs éléments liés aux programmes et à l'extra-sportif. Le paysage audiovisuel évolue vite avec le développement de l'OTT (NDLR : services de médias par Internet), l'apparition de nouveaux acteurs, etc. Les abonnés demandent des offres plus spécialisées et segmentées. Nous pensions depuis un petit temps à séparer le sport du reste. Désormais, l'abonné a le choix. Cela nous permet d'être le moins cher du marché. On voulait aussi être plus lisible. Il y avait des soucis de cohérence au niveau éditorial entre Be tv et le sport. Il était plus évident de ramener le sport sous la bannière de VOO. Oui. Les chaînes VOOsport proposent les championnats belges de foot, de basket et de hockey. Ce sont plus des chaînes événementielles, avec des directs quelques jours par semaine. Ce sont des droits importants, ceux qui attirent le plus de public. A côté, l'offre internationale est assez lisible. Le téléspectateur fera la part des choses. Oui. Ce n'est pas par plaisir que nous avons perdu les droits. Nous avons notre propre rédaction et nous préférons éditorialiser nos contenus. Dès le moment où Eleven a choisi de travailler avec Proximus via des contenus non exclusifs, nous avons dû emboîter le pas. Même si les compétitions sont sur Eleven, nous sommes heureux de les proposer à notre public. Nous voulons garder notre identité éditoriale. Nous avons l'offre la plus spectaculaire sur le marché : Bundesliga, Premier League, Coupes d'Italie et d'Espagne, tournois ATP 1000 et 500, l'Euroligue de basket et les Belgian Lions, le golf,... Nous diffuserons aussi les qualifications des pays européens pour le prochain Mondial. Sans arrogance, c'est énorme par rapport à la concurrence. Pour la Premier League, nous finalisons avec Telenet, notre partenaire historique, et nous sommes optimistes. Pour ce qui est du foot belge, des discussions du bout des lèvres ont déjà eu lieu avec la Pro League, à qui nous avons demandé d'être pro-active. Le but est d'éviter de conclure en été, en dernière minute. PAR SIMON BARZYCZAK" VOO détient l'offre sport la plus spectaculaire " CHRISTIAN LOISEAU