Le coureur Sky l'a souvent répété, avant et pendant le Tour : il avait adapté son programme d'entraînement pour enfiler le maillot jaune à Paris mais aussi le maillot rouge de leader de la Vuelta à Madrid, le 10 septembre. La fraîcheur est un élément crucial s'il veut réussir. Il a été quatrième en 2012 puis deuxième en 2011, 2014 et 2016. Mais, d'après Froome, le tour d'Espagne était alors un exutoire alors que samedi, à Nîmes, il entame une " mission mûrement réfléchie ".
...

Le coureur Sky l'a souvent répété, avant et pendant le Tour : il avait adapté son programme d'entraînement pour enfiler le maillot jaune à Paris mais aussi le maillot rouge de leader de la Vuelta à Madrid, le 10 septembre. La fraîcheur est un élément crucial s'il veut réussir. Il a été quatrième en 2012 puis deuxième en 2011, 2014 et 2016. Mais, d'après Froome, le tour d'Espagne était alors un exutoire alors que samedi, à Nîmes, il entame une " mission mûrement réfléchie ". S'il réussit, le Britannique sera le premier à réaliser le doublé depuis Bernard Hinault en 1978 et le troisième depuis Jacques Anquetil (1963). Mais avant, la Vuelta se déroulait en mai, avant le Tour. La course n'a été postposée à l'automne qu'en 1965, afin d'attirer en Espagne les spécialistes des classiques soucieux de préparer le Mondial. Ces dernières années, la manoeuvre a moins de succès à cause du tracé, de plus en plus ardu. En 2016, le peloton a franchi 54.000 mètres et cette année, il s'en coltinera 47.000. A titre de comparaison, le Tour 2017 comptait 2017 mètres de dénivelé. Les lauréats en titre du Tour de France sont moins attirés par l'Ibérie depuis 1995. Indurain, Riis, Ullrich, Pantani, Armstrong (7x), Contador (2x), Evans, Wiggins et Nibali : tous ont déclaré forfait, fatigués par le mois de juillet. Le vainqueur du Tour n'a pris le départ de la Vuelta que cinq fois en 22 ans. Avec des succès mitigés : après sa surprenante victoire en 2006, acquise grâce à la disqualification de Floyd Landis, Oscar Pereiro a terminé 49e, Carlos Sastre est monté sur la troisième marche du podium en 2008, Andy Schleck a été retiré de l'épreuve par Bjarne Riis en 2010, suite à une " escapade nocturne ", Chris Froome a abandonné en 2015 suite à une chute et a terminé deuxième l'année passée alors qu'il aurait gagné si Nairo Quintana n'avait fomenté un coup dans la fameuse étape de Formigal. En résumé, depuis 1995, le podium espagnol n'a comporté que deux lauréats du Tour. Même quand la Vuelta se déroulait en mai, elle ne paraissait pas appétissante aux yeux des coureurs qui préparaient le Tour. Miguel Indurain n'a couru le tour de son pays qu'une fois, en 1991, et a terminé deuxième derrière Mauri. Les autres recordmen du Tour ont souvent considéré la Vuelta comme une épreuve annexe : Hinault a tenté le doublé en 1978 mais avec succès, Eddy Merckx n'a pris le départ qu'une fois, en 1973, quand il a boudé le Tour mais a réalisé le doublé Giro-Vuelta, et Anquetil a participé deux fois la même année aux deux tours. Il a été le premier à gagner les deux, en 1963. En 1962, le Français a certes été le meilleur au Tour mais il a abandonné en Espagne. De tous les autres maillots jaunes, quatre ont parcouru l'Espagne en mai. Sans succès : Roger Walkowiak (1956) et Federico Bahamontes (1959) ont abandonné, Jan Janssen et Laurent Fignon ont été respectivement sixième et septième en 1968 et en 1983, avant leur triomphe à Paris. Conclusion : s'il réussit le doublé, Froome peut écrire une page d'histoire. A moins que Contador ne lui joue un tour, lors de ses adieux au peloton ? Jonas Creteur