Je viens encore d'entendre l'expression, elle me fait toujours ricaner: c'était cette fois Broos avant le match au Panathinaikos, envisageant la non-sélection de Deschacht et disant qu'elle résulterait d'un " choix purement tactique". Pléonasme, Hugo, ...cherche pas le dico, je t'explique! Cela veut dire que tu emploies deux mots au lieu d'un, comme si tu disais une mer aquatique, un tir shooté ou un ballon de foot rond: car tous les choix sont tactiques!
...

Je viens encore d'entendre l'expression, elle me fait toujours ricaner: c'était cette fois Broos avant le match au Panathinaikos, envisageant la non-sélection de Deschacht et disant qu'elle résulterait d'un " choix purement tactique". Pléonasme, Hugo, ...cherche pas le dico, je t'explique! Cela veut dire que tu emploies deux mots au lieu d'un, comme si tu disais une mer aquatique, un tir shooté ou un ballon de foot rond: car tous les choix sont tactiques! Si tu ne prends pas tel gars dans ton onze de départ, ça veut dire que tu estimes avoir moins de chance de gagner en l'alignant lui, plutôt qu'en alignant quelqu'un d'autre. Tout simplement. Cela veut dire que ce gars manque de physique si tu veux du physique, ou de technique si tu veux du technique; qu'un autre gars est meilleur que lui, défensivement si tu veux défendre, offensivement si tu veux attaquer: et tout le reste est littérature, diplomatie, langue de bois! Mais je reconnais que, lorsque le mec évincé est gentil et un peu con, il digère mieux son éviction quand le coach parle de "choix tactique" plutôt que d'énumérer ses manquements à toute la presse: surtout si, concomitamment, le coach lui tapote l'épaule en lui précisant qu'il n'a pas "démérité". Ceci dit, quand l'évincé est méchant et con, ou gentil mais pas con, le coach, quoi qu'il dise en public, doit alors choisir entre-quatre-z-yeux un autre baratin: encore un choix tactique... Coach en foot. Drôle de boulot dans un drôle de sport, voyez le Barça et Van Gaal aujourd'hui viré. Onze victoires consécutives en Ligue des Champions, en même temps qu'un début de trouille de relégation en Liga espagnole: plus j'examine ce sport, moins j'arrive à objectiver ce que sont une équipe et un coach performants! Je crois seulement qu'un coach est bon sans équivoque quand il obtient plusieurs fois des résultats annuels inattendus, ...et je m'abstiens de juger dans tous les autres cas! Gagner une Coupe d'Europe avec le Real ou le Barça, ou même deux, ça n'a rien d'inattendu, c'est dans la plausibilité des choses du foot, que le coach ait nom Cruijff, Van Gaal ou Del Bosque... Faire un truc gigantesque et inattendu comme le fit de Mos avec Malines, mais pour ensuite se faire virer durant dix ans en n'effectuant jamais une saison complète, ça n'est pas probant non plus: une "génération spontanée" de bons joueurs, ou simplement un coup de bol, ...et tu rentabilises ça durant des années via des flopées de dirigeants friqués, benêts et avides de gloriole. That's football! Exercer longtemps et continûment, rester plusieurs années dans un même club sans (se) lasser, ne se faire virer au maximum qu'une année sur quatre, ne pas "faire descendre" l'équipe qu'on entraîne, de temps en temps réussir avec elle un résultat supérieur aux espoirs de départ. Tels sont, ce me semble, les paramètres constituant le "bon" coach sans risque d'erreur: c'est dire que l'opinion ne se forge qu'à long terme,et que le doute est permis dans tous les autres cas ! Mais de ce point de vue, et quelles que soient leurs divergences de qualités, Goethals, Waseige, Anthuenis, Broos sont par exemple de bons coaches de chez nous. Ou encore MichelLeFlochmoan, le GuyRoux gaumais, qui a amené Virton en D2 et qui l'y stabilise. Le Flochmoan dont on a beaucoup causé dans le Sud récemment, parce qu'il a osé s'opposer à des supporters de son club: des sifflets lors d'un remplacement l'ont tellement irrité qu'il a empêché ses joueurs d'aller saluer la foule comme d'hab' à l'issue du match (victorieux!), et qu'il a envisagé (à chaud) de quitter le club! Les sifflets, râle Le Flochmoan, sont irrespectueux à la fois pour le joueur, et pour lui-même qui a suffisamment fait ses preuves à Virton! D'accord, l'idéal serait d'être au-dessus de tout ça, n'empêche que de tels coups de gueule sont assez plaisants: quand je constate la facilité avec laquelle les publics se désolidarisent des coaches, je ne vois pas pourquoi un p'tit coup de situation inverse serait interdit!: et peu nombreux sont les entraîneurs suffisamment arrimés à leur poste pour pouvoir se permettre de le rappeler à leurs minorités hargneuses. Bien fait pour elles. Tout n'est pas permis sous prétexte qu'on a payé sa place