Ce soir, la quatrième édition de la Coupe des Confédérations débute en France. Petite dernière des compétitions organisées par la FIFA, il s'agit d'une sorte de Supercoupe pour équipes nationales, qui regroupe les champions des cinq continents. Les grands pays n'y accordent pas la même importance qu'à la Coupe du Monde ou au Championnat d'Europe, par exemple, mais la perspective de revivre une finale France-Brésil au Stade de France, comme en 1998, rend le tournoi de cette année alléchant. Et ce, même si ni Ronaldo ni ZinedineZidane ne sont pas annoncés.
...

Ce soir, la quatrième édition de la Coupe des Confédérations débute en France. Petite dernière des compétitions organisées par la FIFA, il s'agit d'une sorte de Supercoupe pour équipes nationales, qui regroupe les champions des cinq continents. Les grands pays n'y accordent pas la même importance qu'à la Coupe du Monde ou au Championnat d'Europe, par exemple, mais la perspective de revivre une finale France-Brésil au Stade de France, comme en 1998, rend le tournoi de cette année alléchant. Et ce, même si ni Ronaldo ni ZinedineZidane ne sont pas annoncés. La France, qui organise la compétition, partira avec les faveurs du pronostic dans le groupe A. Les Coqs sont en quête de réhabilitation après une Coupe du Monde 2002 complètement manquée. Depuis lors, le sélectionneur JacquesLemerre a quitté le navire. JacquesSantini, ancien joueur de St-Etienne et ex-entraîneur de Lyon, a pris le relais. Ses premières sorties furent laborieuses. Entre-temps, il a commencé à imposer ses vues et son style. Le principal défi qu'il s'est fixé est d'assurer la transition entre la génération dorée, qui a remporté la Coupe du Monde 1998 et l'EURO 2000, et la nouvelle vague. De jeunes talents ont saisi leur chance sous sa direction, comme SydneyGovou, SteveMarlet et DjibrilCissé. Battue 0-2 en match amical contre la République Tchèque, la France survole son groupe qualificatif pour l'EURO 2004, assez facile il est vrai. La Colombie est présente en tant que vainqueur de la Copa America, le Championnat sud-américain des Nations. Une compétition un peu dévaluée, car les grandes nations du continent latino n'avaient envoyé qu'une équipe B. Beaucoup sont donc sceptiques quant à la valeur réelle qu'il faut accorder à ce titre. Les Colombiens, qui avaient battu le Mexique 1-0 en finale grâce à un but d' IvanCordoba, sont un peu considérés comme les éternels espoirs du football sud-américain. Souvent, ils ont présenté une formation pleine de promesses, mais qui n'a pas répondu à l'attente lors des grands rendez-vous. Absents lors de la dernière Coupe du Monde, ils sont décidés à enfin faire parler d'eux lors d'une compétition majeure. Ils pourraient bien y parvenir lors de cette Coupe des Confédérations, grâce à une équipe composée d'un savant mélange entre les joueurs du championnat national et d'autres qui se sont déjà faits un nom à l'étranger, comme le défenseur de l'Inter Milan Ivan Cordoba et le milieu de terrain d'Aston Villa JuanPabloAngel. Le Japon arrive en France en qualité de Champion d'Asie. Les joueurs du pays du Soleil Levant conservent le souvenir d'une Coupe du Monde enthousiasmante. S'ils n'avaient pas brillé autant que leurs voisins sud-coréens, co-organisateurs, ils avaient donné du fil à retordre à bon nombre d'équipes réputées et s'étaient qualifiés pour le deuxième tour en compagnie des Diables Rouges. Depuis lors, l'entraîneur français PhilippeTroussier a fait ses valises. Zico, ancienne star de l'équipe nationale brésilienne lors des Coupes du Monde 1982 en Espagne et 1986 au Mexique, a pris le relais. Le football japonais n'a plus de secrets pour lui. Il a terminé sa carrière dans la J-League au début des années 90 et est ensuite devenu le manager des Kashima Antlers. Son objectif est de poursuivre le travail entamé par son prédécesseur. " A cette différence près que Philippe Troussier n'avait pas dû qualifier l'équipe pour la Coupe du Monde ", précise-t-il. " Si nous voulons encore être de la fête en Allemagne en 2006, il faudra passer par les éliminatoires. La Coupe des Confédérations constituera une excellente occasion de se préparer ". La Nouvelle-Zélande sera un outsider. Elle en est déjà à sa deuxième participation à la Coupe des Confédérations. En 1999, au Mexique, elle avait perdu les trois matches qu'elle avait disputés. Son objectif sera simplement de décrocher ses premiers points dans la compétition. En Océanie, elle ne rencontre guère d'opposition. Le parcours éliminatoire, face aux îles et îlots avoisinants, n'est généralement qu'une promenade de santé jusqu'à la traditionnelle finale contre l'Australie. C'est encore ce qui s'est produit cette fois-ci. Les Socceroos ont été battus 1-0 grâce à un but inscrit par RyanNelsen à dix minutes de la fin. A défaut d'avoir un talent footballistique hors normes, les Néo-Zélandais ont surtout un grand c£ur. Le Brésil débarque en France tout auréolé d'un cinquième titre de champion du monde conquis en Asie l'an passé, sous la direction de LuizFelipeScolari, désormais sélectionneur du Portugal. C'est la troisième participation des pentacampeaos à la Coupe des Confédérations. Ils avaient conquis les lauriers en 1997 en Arabie Saoudite et perdu une finale très spectaculaire sur le score de 4-3 en 1999 au Mexique face au pays organisateur. En 2001, au Japon et en Corée du Sud, ce fut la désillusion : ils furent battus par l'Australie au premier tour, puis encore par la France en demi-finales. L'édition de cette année fournira l'occasion au nouveau sélectionneur CarlosAlbertoParreira (qui avait été champion du monde aux Etats-Unis en 1994) d'imposer ses idées. Avec son nouveau directeur technique MarioZagallo (champion du monde en 1970) qu'il apprécie énormément, il a déjà décidé de revenir à une défense à quatre en ligne. Les Etats-Unis sont présents en qualité de vainqueurs de la Gold Cup, le Championnat nord-américain des Nations. Depuis qu'ils ont décidé de donner davantage d'essor au soccer, les Américains sont en progrès constants. Ils restent sur la meilleure Coupe du Monde de leur histoire. En Asie, ils avaient battu des formations réputées comme le Portugal et le Mexique, avant de chuter face à l'Allemagne, future finaliste. Le coach BruceArena emmènera dans l'Hexagone une grande partie des joueurs présents en Asie, parmi lesquels certains ont fait leur trou dans de grands championnats européens, comme l'attaquant BrianMcBride (élu MVP de la Gold Cup 2002) à Everton et le gardien BradFriedel (ex-Liverpool et désormais Blackburn). Le Cameroun représentera le continent noir, en tant que vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations. Considérés depuis quelques années comme l'une des nations-phares d'Afrique sur le plan footballistique, les Lions Indomptables ont vécu une Coupe du Monde 2002 décevante. Malgré cela, le sélectionneur allemand WinfriedSchäfer est resté en place et compte entamer le processus de rajeunissement. " Le pays possède plusieurs jeunes de très grand talent qui laissent augurer d'un avenir radieux ", affirme-t-il. L'une des plus belles promesses est MohammoudouIdrissou, qui évolue à Hanovre 96 en Bundesliga allemande. La Turquie, dont ce sera la première participation, a remplacé l'Allemagne sur le plateau de la Coupe des Confédérations 2003. ClaudeSimonet, le président de la fédération française, n'y voit aucun inconvénient. " C'est l'une des nations montantes du football européen et elle constituera certainement une attraction de la compétition ", affirme-t-il. Médaillés de bronze à la dernière Coupe du Monde, les hommes de SenolGünes sont en effet portés par une vague d'enthousiasme. Ils attendent avec impatience le rendez-vous du 23 juin contre le Brésil, qu'ils avaient affronté à deux reprises en Asie (lors du premier tour et en demi-finales) et face auquel ils s'étaient à chaque fois inclinés de justesse. Les Turcs attendent avec impatience leur rendez-vous du 23 juin contre le Brésil