COACH - Jorge Sampaoli

Qu'ils défendent les couleurs de leur pays, qu'ils ne peuvent jamais renoncer à leurs rêves, se livrer à 110 % en toutes circonstances et pas seulement jouer pour gagner de l'argent. De ce point de vue, je suis peut-être à part mais j'essaie d'offrir quelque chose de neuf à mes internationaux et de changer nos structures désuètes. Je suis modeste mais je travaille beaucoup, avec énormément de passion. Quand je partirai, je veux qu'on se souvienne de moi comme d'un homme normal qui a travaillé avec enthousiasme.
...

Qu'ils défendent les couleurs de leur pays, qu'ils ne peuvent jamais renoncer à leurs rêves, se livrer à 110 % en toutes circonstances et pas seulement jouer pour gagner de l'argent. De ce point de vue, je suis peut-être à part mais j'essaie d'offrir quelque chose de neuf à mes internationaux et de changer nos structures désuètes. Je suis modeste mais je travaille beaucoup, avec énormément de passion. Quand je partirai, je veux qu'on se souvienne de moi comme d'un homme normal qui a travaillé avec enthousiasme. Je veux avant tout montrer au monde que le Chili possède d'excellents footballeurs. Nous avons un collectif fort, qui est capable de signer des résultats et ne doit craindre personne. Nous prendrons l'initiative dans chaque match et nous attaquerons, quelle que soit la réputation de l'adversaire. La Roja ne restera pas dans son camp car il nous sera impossible de gagner si nous laissons l'initiative à l'adversaire. Nous devons obtenir la même possession de ballon que l'Espagne. Nous tenterons de priver les Pays-Bas de leur transition rapide tandis que l'Australie défend bien. Nous voulons tout gagner, mais sans perdre de vue ma philosophie du football, l'attaque. Je dormirais mal si nous gagnions un match d'une manière contraire à mes principes. Nos supporters font confiance à l'équipe. Nous restons sur une superbe campagne de qualification, clôturée en troisième position devant l'Equateur et l'Uruguay. Cela ne veut pas dire que nous allons être Champions du Monde. Le Brésil, l'Espagne, l'Argentine, l'Italie ou l'Allemagne recèlent plus de qualités individuelles. Nous devrons leur opposer un groupe qui acte en tant que tel. Quelques internationaux évoluent dans les meilleurs clubs du monde mais ils font souvent banquette. En novembre, nous avons battu l'Angleterre à Wembley mais quatre jours plus tard, nous avons été battus 2-1 par le Brésil. Cela veut dire qu'il n'est pas facile de jouer contre une grande équipe tous les quatre ou cinq jours avec un noyau limité.Bon à savoir? Les supporters du club chilien de Colo-Colo ont surnommé Alexis Sanchez El Niño Maravilla à cause de sa ressemblance avec The Boy Wonder, le bras droit de Batman. ? En 2011, quand il jouait à Udinese, la Gazzetta dello Sport l'a élu meilleur joueur de Serie A. ? Il est devenu le transfert le plus cher du Chili, devançant Marcelo Salas (17 millions) quand Udine a perçu 26 millions de Barcelone. ? Son transfert à Manchester City était déjà conclu quand Barcelone s'est présenté. ? Il a disputé 140 matches, marqué 47 buts et délivré 32 assists en trois saisons au Barça. ? Il est le fils d'un mineur du nord du Chili et a grandi dans la misère à Tocopilla. ? Son père a rapidement abandonné sa famille. Sa mère passait sa journée à nettoyer des poissons pour gagner sa vie. ? Le bourgmestre de Tocopilla lui a offert ses premières chaussures de football après l'avoir vu jouer pieds nus en rue. ? Comme son coéquipier Lionel Messi, il parle peu. Il préfère s'exprimer des pieds. ? Il a participé au Mondial 2010. Il avait 21 ans et le Chili de Marcelo Bielsa a été éliminé en huitièmes de finale par le Brésil." Le Chili va attaquer, quelle que soit la réputation de ses adversaires. "