E-mail : david.barnard@chelseavillage.com
...

E-mail : david.barnard@chelseavillage.com Site official : www.chelseafc.com Champion d'Angleterre : 1955, 2005 FA Cup : 1970, 1997 et 2000 Coupe de la Ligue : 1965, 1998, et 2005 Coupe des Coupes : 1971, 1998 Supercoupe d'Europe : 1998 La révolution russe. C'était la manchette de la presse britannique, l'été 2003, quand Roman Abramovich (39 ans) a repris Chelsea. Un bon titre, qui ne reflète cependant pas complètement la réalité. De fait, Abramovich est la figure clef de ce conte de fées, puisque le club tourne grâce à son argent. Il a racheté les parts de Ken Bates pour 42,5 millions d'euros. Orphelin à l'âge de quatre ans, il a fait fortune dans le pétrole, dans les années 90, non sans problèmes puisqu'en 1992, la police a perquisitionné ses entreprises, 55 wagons de diesel ayant disparu... Abramovich contrôle maintenant Sibneft, le géant du pétrole qui a investi 45 millions d'euros en 2004 dans le CSKA Moscou, récent vainqueur de la Coupe UEFA). Il a aussi des actions d'Aeroflot et d'une chaîne TV. Forbes l'a classé 49e fortune du monde en 2003 avec des avoirs estimés à six milliards d'euros. Il n'est cependant pas président. Il laisse cet honneur à l'Américain Bruce Buck, propriétaire d'une part (Abramovich en a 84 millions...) Buck était auparavant le responsable européen du bureau d'avocats Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom, spécialisé en fusions, reprises et gestion de fortune. Il a accompli diverses missions pour Sibneft ou Siberian Oil, ce qui l'a mis en rapport avec Abramovich. Le troisième directeur de Chelsea est un Canadien russe. EugeneTenenbaum est né en Russie, a suivi ses parents à Thornhill, Ontario, à l'âge de dix ans, et est revenu en Russie en 1991. Il travaille depuis des années au département financier de Sibneft et de Millhouse Capital UK, la société d'investissement anglaise d'Abramovich. Le quatrième génie est le chief excutivePeter Kenyon, l'Anglais de service. Il a appris son métier à Manchester United et a travaillé pour le géant anglais Umbro. Kenyon a fait scandale à deux reprises en approchant Ashley Cole (Arsenal) et Rio Ferdinand (Manchester United), alors qu'ils sont toujours sous contrat. Double champion avec Porto, vainqueur de la Coupe UEFA, de la Ligue des Champions, de la Coupe et de la Supercoupe du Portugal, le voilà maintenant champion et vainqueur de la Coupe de la Ligue avec Chelsea : José Mourinho, qui n'a encore que 41 ans, est un faiseur de champions. On connaît son histoire : il a appris son métier grâce à Bobby Robson, dont il était l'interprète quand celui-ci entraînait le Sporting Lisbonne. Robson l'a emmené à Barcelone mais Mourinho est resté interprète, scout et observateur, l'Anglais aimant trop le travail de terrain pour le lui laisser. C'est sous Louis van Gaal, qui déléguait davantage, que Mourinho a touché au terrain tant convoité et s'est préparé à devenir entraîneur en chef. Sa première affectation indépendante, à Benfica, n'a pas été un succès : celui qui l'avait enrôlé a perdu les élections présidentielles deux mois plus tard et José a dû faire ses bagages en même temps. Le succès est venu plus tard mais plus vite qu'escompté. Il a toutefois été surpris de la volée de bois vert que la presse anglaise lui a fait subir. Mourinho revient sur sa tactique initiale, très défensive : " L'essentiel était d'apprendre à conserver le nul pour que l'équipe prenne confiance ". Il savait que le beau jeu suivrait, dès qu'il pourrait faire appel à Damien Duff et Robben. Ce fut le cas. Récemment, il a avoué à Gary Lineker û l'ex-attaquant devenu star à la BBC û qu'il ressemblait assez à Louis van Gaal. Mourinho se décrit comme un homme à deux visages, pour lequel le match commence dès la conférence de presse de présentation et s'achève sur celle qui suit la rencontre. Selon lui, Arsène Wenger comprend très bien cette guerre psychologique, contrairement à l'icône qu'est Alex Ferguson, avec lequel il s'est déjà disputé. Par contre, il boit volontiers un verre de vin avec le Français... L'équipe qui a dépensé le plus d'argent sur le marché des transferts ces deux dernières années compte évidemment des vedettes en ses rangs. Dans le but, Peter Cech (23 ans), le meilleur gardien du monde actuel avec GianluigiBuffon. Ce Tchèque a signé un record au Sparta Prague à 19 ans en restant invaincu plus de 1.000 minutes. Il a été transféré à Rennes en 2002. Après deux saisons dans l'Hexagone, il a émigré à Londres l'été passé pour 10,5 millions d'euros. John Terry (24 ans), le local hero de Londres Est, capitaine de l'équipe, a les plus longs états de service. Il a été formé à Chelsea comme médian. En équipe fanion, il a glissé en défense, où il a profité du bagage de Franck Leb£uf et Marcel Desailly. Deux ans après être devenu titulaire, il a été élu Footballeur Pro de l'année. La presse a élu Frank Lampard (26 ans). Il a été formé à West Ham, dont son père est coach et ancienne vedette. En 2001, quand son père a été limogé, il a été transféré à Chelsea pour 16 millions d'euros et a longtemps été considéré comme une acquisition ratée. Le vent a tourné la saison passée et cette année, il est devenu un véritable héros. L'arrivée de Claude Makelele en 2003 n'est sans doute pas étrangère à son éclosion. Ce travailleur né au Congo mais international pour les Bleus, a transité par Nantes, Marseille et le Real, constituant partout une garantie de succès. Didier Drogba est le transfert le plus onéreux de l'été mais n'a pu convaincre les fans. Ce n'est pas vraiment une surprise car en France aussi, il ne brillait que par moments. Stamford Bridge préfère donc le rapide ailier hollandais Arjen Robben, âgé de 21 ans, acquis par Ranieri. Il a été affecté par trois longues blessures mais quand il est en forme, il retrouve immédiatement son niveau et entraîne les autres. Contrairement à Tottenham ou à West Ham, Chelsea ne s'est jamais appuyé sur la formation de ses jeunes. Pire, les conditions d'entraînement de l'équipe fanion ont longtemps été scandaleuses. Le groupe se retrouvait tous les jours à l'ombre d'Heathrow, sous le bruit des avions qui atterrissaient et décollaient. En guise de vestiaires, des containers améliorés... Aux yeux de la direction, qui préférait investir dans la rénovation du stade, ce n'était pas très important. Pourtant, l'école des jeunes a fourni quelques talents, à commencer par Terry, le capitaine de l'équipe championne, sans oublier Carlton Cole (un avant prometteur loué depuis trois ans, cette saison à Aston Villa) et Mikael Forssell, un Finlandais né en Allemagne et longtemps loué à Birmingham City. Peu de talents du cru émergent et Chelsea joue rarement le rôle principal dans la FA Youth Cup, jadis gagnée par des DavidBeckham et PaulScholes et cette saison par Ipswich. Cette année, Chelsea a été éliminé sans gloire au troisième tour par les jeunes de Colchester United. Le site web du club ne s'étend guère sur la formation ou l'academy. Cependant, en Réserves, les jeunes reçoivent leur chance et les û 18 ans ont terminé septièmes de leur série. Septièmes sur dix, plus précisément, avec huit victoires en 28 rencontres.... A la rubrique developing players, on trouve une série de jeunes que le club estime prometteurs. Parmi eux, le gardien belge Yves Makabu Ma-Kalambay, mais aussi Joe Keenan ou SebastianKneissl, qui n'ont certainement pas été les éléments les plus en vue de Westerlo cette saison. Ce n'est sans doute pas un hasard puisque l'entraîneur est portugais mais on retrouve aussi quelques Portugais parmi ces jeunes talents prêts à effectuer leur percée. Stamford Bridge est le bercail de Chelsea. Il ne peut abriter que 42.522 personnes, trop peu pour le succès actuel. Le stade a été agrandi ces dernières années mais a atteint la taille maximale, faute d'issues. Il n'y a qu'une seule route d'accès, en fait, Fulham Road, et cette voie ne permet pas d'absorber le trafic provoqué par un match. Il est impossible de déménager car il y a peu de terrains à bâtir dans ce quartier et les prix sont inabordables. Le club ne veut pas non plus s'installer dans le nouveau stade de Wembley. Ce stade n'est ouvert que toutes les deux semaines, soit quelque 25 jours par an. L'ancien propriétaire de Chelsea, Ken Bates, avait d'autres projets. Il a transformé Stamford Bridge en Chelsea Village, un complexe hôtelier de détente, avec une salle de fitness, une piscine, des restaurants et tout le tralala, destiné aux supporters bien nantis. Ceux-ci peuvent même faire appel au ChelseaTravel Center pour réserver leurs voyages. Ce n'est pas vraiment une idée de génie. Les hôtels entravent un nouvel agrandissement du stade mais on ne va pas les démolir ni les fermer. Les nouveaux propriétaires tentent de les rentabiliser mais avouent publiquement qu'ils n'auraient jamais appliqué d'eux-mêmes pareille idée : " Ce que le supporter veut, c'est du football, pas des événements annexes ". On n'en veut pour preuve que la fête organisée le week-end dernier à l'attention des supporters et qui a été annulée mardi, tant la prévente était médiocre. Quand la saison est finie, le portefeuille est vide... Chelsea FC fait tout autrement. Les frères Gus et JohnMears avaient érigé un stade à Fulham et l'avaient proposé au club local de football. Celui-ci déclina l'offre et les frères durent fonder eux-mêmes un club pour occuper leur stade. Ce fut Chelsea, baptisé du nom du quartier. Le club était membre de la FootballLeague avant même d'avoir joué un seul match... Qui sont ses fans ? Essentiellement des Blancs, plutôt bruyants et pas très malins, d'après le courrier que nous avons lu sur Internet. Que pensez-vous de ces deux blagues ? On demande à un chirurgien londonien quel est son patient préféré : - Donnez-moi un supporter de Chelsea. Il n'ose rien, n'a pas de colonne vertébrale ni de c£ur et on peut intervertir le devant et le derrière. Ou celle-ci : -Qu'arriverait-il si Newcastle était relégué ? (L'Angleterre n'a pas très haute opinion des supporters de ce club.) Chelsea gagne 50.000 fans !Ses concurrents estiment en fait que le club se comporte comme un vulgaire nouveau riche et ses supporters sont victimes de cette étiquette. Tout acheter avec de l'argent ne rend jamais populaire mais les supporters s'en fichent. Ils ont attendu 50 ans pour gagner un deuxième titre et leur explosion de joie a révélé l'ampleur de leur frustration passée. Encore un mot : le fan doit être assez bien nanti, vu le prix d'un abonnement. Une saison à Stamford Bridge coûte 1.000 euros minimum à un adulte. Le prix moyen est d'environ 1.200 euros. Chelsea est-il riche ? Oui et non. Dans la dernière édition de FootballMoney League, qui estime les revenus annuels des clubs les plus riches, Chelsea est passé de la dixième à la quatrième place avec des rentrées de 217 millions durant la saison 2003-2004. Mais face aux rentrées, il y a les dépenses. Les chiffres 2004 donnent une tout autre image : pour le fisc, Chelsea a perdu 130 millions. Peter Kenyon ne s'attend pas à ce que le club équilibre son budget avant la saison 2009-2010. Il n'y a pas de problème commercial : Samsung va débourser 75 millions pour figurer pendant cinq ans sur les maillots, ce qui est un record, même en Angleterre. Et en 2006, Adidas reprendra le contrat d'Umbro. Ce sont les dépenses qui posent problème, surtout au poste des joueurs : 270 millions par an en transferts, une masse salariale annuelle de 175 millions. Ce poste absorbe actuellement 76 % des revenus annuels du club. Peter Kenyon est chargé de ramener ce pourcentage à des normes acceptables : 55 %. En principe, pareille comptabilité mène n'importe quel club à la faillite. Pas Chelsea car son propriétaire s'est porté garant d'un emprunt d'environ 175 millions d'euros. Les chiffres lui donnent raison : on peut acheter un club et le succès, du moins si on a vraiment beaucoup d'argent. Ces deux dernières saisons, 300.000 supporters de plus ont grossi l'assistance et le stade est comble à chaque match. Une joute à domicile rapporte environ 2,25 millions d'euros, autant qu'à Manchester United, qui reste le modèle en Angleterre. Comme lui, Chelsea a l'intention d'être plus prudent sur le marché des transferts. Théoriquement, le club ne transférera plus un Didier Drogba, qui avait coûté 36 millions. A moins, évidemment, que Chelsea ne nous surprenne une fois encore... Peter T'Kint