De même qu'un terrain est vert et qu'une banane est jaune, des souliers de foot, c'est noir. Na ! C'est ainsi que je vois notre monde footeux : les souliers ne sont que les outils des pieds et les valets du ballon, qu'ils restent dans l'ombre du jeu, ils n'ont pas à nous en faire voir de toutes les couleurs ! C'est dire que, quitte à passer pour un vieux con, je développe une allergie grandissante à tous ces tons flashy recouvrant les orteils de nos stars. Mardi dernier, il y eut notamment Lyon-Real Madrid. Oui, l'illustre Real dont l'équipement immaculé (maillot blanc, short blanc, bas blancs) assoit en principe la légende : celle d'une pérennité madrilène dans la lumière du ballon rond...
...

De même qu'un terrain est vert et qu'une banane est jaune, des souliers de foot, c'est noir. Na ! C'est ainsi que je vois notre monde footeux : les souliers ne sont que les outils des pieds et les valets du ballon, qu'ils restent dans l'ombre du jeu, ils n'ont pas à nous en faire voir de toutes les couleurs ! C'est dire que, quitte à passer pour un vieux con, je développe une allergie grandissante à tous ces tons flashy recouvrant les orteils de nos stars. Mardi dernier, il y eut notamment Lyon-Real Madrid. Oui, l'illustre Real dont l'équipement immaculé (maillot blanc, short blanc, bas blancs) assoit en principe la légende : celle d'une pérennité madrilène dans la lumière du ballon rond... Eh bien, à Lyon, Gonzalo Higuain était tout blanc avec des godasses rouge pute, Marcelo tout blanc avec des godasses bleu gnangnan, Sergio Ramos et Raul Albiol tout blancs avec des godasses vert vomi glauque, Kaká tout blanc de la tête aux pieds, Cristiano Ronaldo tout blanc avec des godasses jaune criard plus cocu tu meurs,... il devait en rester trois ou quatre dont les pattes demeuraient discrètes ! L'imbroglio de coloris a fait qu'au total, le prestigieux Real m'est apparu comme une prestigieuse équipe de clowns. Tout ça avec l'amen de leurs dirigeants, qui les laissent faire de leur nez avec leurs pieds durant le turbin, alors qu'ils les contraindront à porter tous le même costard lors des mondanités... Et avec l'amen des vieux du Board, qui chicaneront pour un maillot qui pendouille, ou pour des cuissards qui n'ont pas la couleur du short... Vous me direz d'aller me faire voir ou de vivre avec mon temps, je peux comprendre. Je peux même, sans me gratter, supporter la vue de chaussures qui ne soient pas toujours noires, mais à deux conditions. Primo, Ribocq ou Nique ou Pumadasse, qu'en tout cas les dix joueurs de champ soient chaussés de la même couleur : si tous les Madrilènes avaient porté blanc comme Kaká, ou bleu comme Marcelo, voire rouge pétasse comme Higuain, je n'appellerais pas à l'insurrection. Secundo, restent néanmoins des limites aux mariages de tons supportables : par exemple, si les bleus gantois de MichelPreud'homme optaient tous pour des pompes orange fluo, le petit être sensible que je reste pourrait avoir des haut-le-c£ur en suivant leur match... Vous vérifierez avec moi lors des prochains matches, mais j'ai la nette impression que les attaquants, davantage que les autres, aiment se singulariser par des godasses de type m'as-tu-vu. Contre la Fiorentina, le Bayern jouait aussi en blanc... et qui dribblait avec des pieds rouges ? Arjen Robben ! Et avec des pieds jaunes ? Franck Ribery ! Et durant Milan-Man U, Alexandre Pato dribblait jaune comme Nani, Wayne Rooney dribblait vert comme Klaas Huntelaar ! C'est bien là le fondement de mon irritation. Ces gars qui font le spectacle pratiquent un sport collectif, sont censés se fondre dans un ensemble, portent le même maillot que leurs équipiers, poursuivent le même but qu'eux : plus encore que le prestige d'un uniforme, ça devrait leur donner la fierté de l'uniformité, en même temps que l'envie de se distinguer par leur prouesses et par rien d'autre ! Au lieu de ça, bizness pour faire vendre ou pas, faut qu'ils choisissent des godasses flashantes, à croire qu'ils trouillent de passer inaperçus sans elles ! Faut qu'ils s'affichent différents de leurs potes avant même de toucher un ballon ! Rien à faire, je trouve ça un peu prétentieux et très infantile. A quand Ronaldo avec du vert pomme au pied gauche et de l'orange au pied droit ?... Si la maladie me semble essentiellement toucher les attaquants, elle n'exclut pas les autres. Contre Salzbourg, le défenseur rouche Eliaquim Mangala était chaussé de deux atroces appendices jaunes, qui nécessitaient presque des lunettes solaires. Le grand a un peu foiré sur les deux buts autrichiens, à croire qu'il était lui-même ébloui par ses pompes. Il était sur le banc dimanche à Bruges, ayant paraît-il souffert de maux d'estomac. Quand je vous disais que pareilles pompes peuvent filer des haut-le-c£ur... l par bernard jeunejeanA Lyon, Gonzalo Higuain avait des godasses rouge pute, Sergio Ramos et Raul Albiol des godasses vert vomi glauque et Cristiano Ronaldo des godasses jaune criard plus cocu tu meurs...