Bruges effacera probablement une larme de regret en entamant sa course au succès en Coupe de l'UEFA. La Ligue des Champions cadrait mieux avec ses ambitions et un prestige que le président, Michel D'Hooghe, ne veut pas écorner. Faute de grives, Bruges se contentera donc, pour le moment, des merles du Berry.
...

Bruges effacera probablement une larme de regret en entamant sa course au succès en Coupe de l'UEFA. La Ligue des Champions cadrait mieux avec ses ambitions et un prestige que le président, Michel D'Hooghe, ne veut pas écorner. Faute de grives, Bruges se contentera donc, pour le moment, des merles du Berry. La tempête s'est couchée sur les canaux de la Venise du Nord. Un moment inquiété par le tumulte, la déception de la direction, la colère des supporters et le vague à l'âme de quelques joueurs, Trond Sollied a retrouvé son calme de pêcheur de gros au large des fjords de Norvège. " Il est évident que nous espérions tous prendre part à la Ligue des Champions ", précise Gaëtan Englebert. " L'équipe s'était préparée en conséquence dès le premier entraînement. Bruges avait misé sur la stabilité d'un noyau ayant fait ses preuves. Jonathan Blondel et Bosko Balaban étaient arrivés au cours de la saison écoulée. Leur intégration ne posait plus le moindre problème. Le Club avait donc les moyens de prendre place en Ligue des Champions. Quelques instants de déconcentration en Ukraine en ont décidé autrement. C'est dur mais la défaite et la déception font partie du sport. Ceux qui sont capables de se relever après avoir mis un genou à terre sortent grandis de cette épreuve. Nous avons tout à gagner dans cette Coupe de l'UEFA. La saison passée, elle a été remportée par Valence qui a ensuite battu Porto, lauréat de la Ligue des Champions, en Supercoupe d'Europe. A mon avis, les poules de la Coupe de l'UEFA n'auront rien à envier à celles de la Ligue des Champions. Mais, pour en arriver là, il faudra éliminer Châteauroux. La chance nous a souri. Châteauroux ne carbure pas très bien pour le moment en L2. Mais, comme face à tout adversaire, il faudra faire preuve de sérieux et de patience. Je suppose que cette formation nous opposera son courage. J'en ai parlé avec Eric Deflandre. Du temps où il militait à Lyon, Châteauroux a joué des tours pendables à son équipe en Coupe de France. Il en fut de même la saison passée avec Monaco. Ce club aime donc l' espritcoupe, se glisse facilement dans un rôle d'outsider. Quoi de plus normal quand on joue en L2 ? Châteauroux se battra avec ses moyens, massera le gros de ses troupes devant son gardien de but. Bruges a assez de vécu pour surmonter cela mais la méfiance sera de rigueur. Nous devons absolument franchir ce cap et cela nous assurera ensuite de très belles affiches ". La machine brugeoise est moins hésitante en championnat de Belgique que sur la scène européenne. Avant leur voyage à Charleroi, les Brugeois n'avaient égaré que deux unités à Beveren. " Je trouve même que notre début de championnat est meilleur qu'il y a un an ", certifie Gaëtan Englebert. " Au virage de décembre, la saison passée, Bruges était loin du peloton de tête. Il a fallu un gros retour de notre part, et un effondrement du Standard, pour que nous raflions la deuxième place. Ce fut stressant et il serait préférable d'éviter le même scénario dans les prochains mois ". Est-il possible d'éviter les creux en cours de saison ? Même si le noyau n'a pas beaucoup bougé, la division offensive, par exemple, a subi deux ponctions importantes. Andres Mendoza joue désormais à Taras Boulba, dans les plaines d'Ukraine. Si son sabre est utile au Metalurh de Donetsk, il l'aurait été autant au stade Jan Breydel. Les folles chevauchées de ce cavalier sauvage ne furent-elles pas souvent utiles ? Bengt Saeternes apportait sa puissance. Que se passera-t-il le jour où Bosko Balaban accusera le coup, sera victime d'une crise de diva ou croulera sous les offres de grands clubs étrangers ? Avant d'en arriver là, il faut éliminer Châteauroux, et Gaëtan Englebert n'a jamais bâti de châteaux en Espagne. Pierre Bilic