Quel est le point commun entre Grenoble, lanterne rouge de la L1 et les Diables Rouges de Manchester United ? Et bien dans une journée, on saura si Grenoble co-détiendra le record européen du plus grand nombre de défaites d'affilée en ouverture de championnat - à savoir 12 - propriété de ManU depuis la saison 1931-1932. Et vu que la 12e journée envoie Grenoble à Monaco, surprenant 3e de la Ligue 1, on peut imaginer le voir pénétrer le grand livre des statistiques du foot européen... D'un point de vue national, le GF38 vient depuis samedi soir et sa défaite face à Lille d'égaliser le record du plus grand nombre de défaites consécutives toutes périodes de championnat confondues détenu jusque-là par le Cercle Athlétique Paris (période 1933-1934). Celui de la plus mauvaise entrée...

Quel est le point commun entre Grenoble, lanterne rouge de la L1 et les Diables Rouges de Manchester United ? Et bien dans une journée, on saura si Grenoble co-détiendra le record européen du plus grand nombre de défaites d'affilée en ouverture de championnat - à savoir 12 - propriété de ManU depuis la saison 1931-1932. Et vu que la 12e journée envoie Grenoble à Monaco, surprenant 3e de la Ligue 1, on peut imaginer le voir pénétrer le grand livre des statistiques du foot européen... D'un point de vue national, le GF38 vient depuis samedi soir et sa défaite face à Lille d'égaliser le record du plus grand nombre de défaites consécutives toutes périodes de championnat confondues détenu jusque-là par le Cercle Athlétique Paris (période 1933-1934). Celui de la plus mauvaise entrée en matière de l'histoire du championnat de France avait déjà été battu depuis la 7e journée... Alors comment expliquer une telle débandade pour un club qui s'était sauvé aisément l'an dernier (13e) sans jamais sentir le souffle de la relégation ? Certains évoqueront la poisse mais c'est surtout le cruel manque de réalisme qui est à mettre au banc des accusés. Déjà l'an dernier, les Isérois s'étaient maintenus en inscrivant seulement 24 buts en 38 matches : une première en L1 pour une attaque aussi faiblarde. Cet été, le club avait attiré Danijel Ljuboja, passé précédemment par Strasbourg et le PSG, mais qui s'était quelque peu enterré en Allemagne après des couacs à Stuttgart, Hambourg ou Wolfsburg. Auteur de 4 des 5 buts inscrits depuis le début de saison, le Serbe n'est assurément pas le premier coupable de ces résultats historiques. C'est plutôt du côté défensif que cela vacille sérieusement avec 23 buts encaissés en 11 rencontres. Après la nouvelle désillusion face au LOSC, le gardien Ronan Le Crom a balancé dépité : " Je crois qu'il faut penser à l'année prochaine et qu'il faut bien la préparer. " L'entraîneur MechaBazdarevic, qui avait fait monter le club en L1 et dont tout le monde louait les qualités l'an dernier, est plus que jamais proche de la sortie. Et ce malgré le soutien (public) de la direction japonaise du groupe Index Corporation (actionnaire principal du club depuis janvier 2004), dont on dit qu'elle pourrait retirer ses billes en cas de retour en L2... LANDREAU a effectué son retour dans la cage du LOSC lors du déplacement à Grenoble seulement quatre mois après une grave blessure au genou. Et pour une première, elle fut réussie puisque l'ex-Parisien fut l'homme du match. GRIPPE A : Après que l'effectif du PSG ait été touché par la grippe A, c'est celui de Saint-Etienne qui s'est mis en quarantaine. Ilan et Jérémy Janot sont les deux joueurs contaminés par le virus H1N1. CLASICO II : le match aller Marseille-PSG aura bien lieu avant son retour puisqu'il a été fixé au 20 novembre, deux jours seulement après les barrages entre la France et l'Eire. Cette date a été contestée (mais finalement acceptée) par les dirigeants marseillais qui arguaient d'un calendrier chargé à cette période... GOVOU A PÉCHÉ. Une sortie nocturne durant la nuit de jeudi à vendredi dernier a privé Sidney de son brassard de capitaine pour le derby face à Saint-Etienne. Un écart dont le Gone s'est rendu coutumier ces dernières années. THIRIEZ À LA BARRE. Le président de la Ligue s'est expliqué devant le report du match Marseille-PSG après avoir été vivement critiqué dans les médias : " J'ai fait prévaloir la santé des joueurs (sur celle de l'ordre public) et je pense qu'on aurait tort de me le reprocher. " Un argument qui n'a pas fait mouche. NICOLLIN DÉRAPE. " C'est une petite tarlouze ". Voici comment le président montpelliérain a parlé de Benoît Pedretti au micro de Canal+ après la défaite à Auxerre. " On s'en occupera au retour ", a-t-il également lâché. Louis râlait sur l'Auxerrois prétextant que ce dernier aurait fait exclure Costa, un de ses joueurs. Allô, le Conseil d'Ethique ? THOMAS BRICMONT