Dans le lot des équipes larguées figurent quelques clubs qui avaient des prétentions.
...

Dans le lot des équipes larguées figurent quelques clubs qui avaient des prétentions.CharleroiEmilio: "Si on considère que le Sporting a lutté pour son maintien la saison dernière et qu'il se situe dans le ventre mou du classement actuellement, le résultat n'est pas mauvais dans l'absolu. Mais si on considère l'évolution de la saison actuelle, la chute est dramatique. Je compare cela à une équipe qui mène 0-4 à Anderlecht à un quart d'heure de la fin et qui repart battue. La gestion est catastrophique et me laisse penser qu'être gestionnaire d'un club de football ne s'improvise pas. Charleroi a un marchand d'eau minérale au poste de président, un journaliste au poste de manager et un joueur qui vient d'arrêter sa carrière au poste d'entraîneur. Trois postes-clefs sont confiés à des gens qui n'ont pas reçu la formation adéquate. Le problème vient de là: il faut mettre les gens de métier à leur place". Manu: "L'objectif de Charleroi n'était pas d'être européen au départ. L'appétit est venu en mangeant et la troisième place que le Sporting a occupée en début de saison a donné des idées. Ces résultats ont été obtenus avec le groupe qui avait assuré son maintien lors de la dernière journée de championnat. Sept joueurs avaient été acquis durant l'entre-saison, mais six d'entre eux étaient indisponibles. La métamorphose s'expliquait uniquement par un état d'esprit positif. Et c'est cela qui a été cassé lors de mon licenciement. Je n'ai pas la prétention d'affirmer que je suis le meilleur entraîneur de Belgique, mais l'état d'esprit n'a plus été le même après cela. Neuf nouveaux joueurs ont été amenés. Des tests sont effectués en permanence. C'est perturbant. Depuis qu' Enzo Scifo a repris l'équipe, elle est dernière au classement". LierseEmilio: "Il y a deux ans, on parlait énormément des jeunes du Lierse. Cette année, on n'en parle plus. J'ignore les causes de cette décadence, mais je constate. Il y a aussi un gros problème offensif au Lierse. Depuis deux ans, le meilleur buteur de l'équipe est Eric Van Meir. C'est anormal". Manu: "Le Lierse avait de grandes ambitions en début de saison, mais il a raté ses transferts. Peut-être une certaine lassitude se fait-elle sentir également?" GenkEmilio: "J'ai vécu brièvement la situation de l'intérieur. Le classement très décevant de Genk ne m'étonne pas. S'il y a des gens très compétents au niveau commercial, ils le sont beaucoup moins sur le plan sportif. Quand on transfère des joueurs pour plusieurs centaines de millions, on n'a pas le droit de se tromper à ce point. C'est Johan Boskamp qui les a choisis? D'accord, mais qui a choisi Johan Boskamp?" Manu: "Même si Genk remporte la Coupe, sa saison ne sera pas sauvée. Il y a 20.000 abonnés, un public extraordinaire et des moyens financiers impressionnants, mais les résultats sportifs sont catastrophiques. Un état de panique s'est déclenché lors du départ d' Aimé Anthuenis? Je crois surtout que les dirigeants ont eu la folie des grandeurs. Jos Heyligen était quatrième lorsqu'il a été limogé. Mais, avec 20.000 abonnés, il fallait être premier. Les dirigeants avaient peut-être trouvé l'entraîneur qu'il fallait, mais ils ne l'ont pas compris".