Les Carolos filent du mauvais coton avec deux petits points dans leur besace après cinq matches. Et la suite du programme est salée avec deux matches consécutifs face à des cadors de l'élite belge (Genk et Anderlecht), un voyage à Mons et la venue de Bruges.
...

Les Carolos filent du mauvais coton avec deux petits points dans leur besace après cinq matches. Et la suite du programme est salée avec deux matches consécutifs face à des cadors de l'élite belge (Genk et Anderlecht), un voyage à Mons et la venue de Bruges.Mais s'il y a eu quelque chose d'animé, c'est bien le match au Canonnier car l'Excel enfonça six boulets dans les filets d' IstvanDudas. L'équipe d' Etienne Delangre a collectionné les erreurs de marquage au coeur de sa ligne arrière, dépassée par les événements. A oublier au plus vite mais le trésor en points est maigre et cette disette ne peut pas se prolonger. Charleroi n'est pas Malines, heureusement, mais les petites affaires s'y multiplient et, à la longue, cela peut aussi jouer sur la confiance du groupe. Un agent de joueurs, BrunoHeiderscheid, et le club se sont retrouvés devant les tribunaux. Même si l'affaire a été reportée au rôle, ce qui semble être un succès pour les Zèbres, les comptes du club sont bloqués. La société de management anglaise Pall Mall (sponsor des Zèbres avant l'EURO 2000) réclame des dédommagements (1,5 million d'euros?) car elle n'avait pas reçu les billets promis pour que ses clients puissent suivre les matches de l'Angleterre, à Charleroi, lors de l'EURO. Charleroi revendique des montants non acquittés (150.000 euros) par Pall Mall. Là aussi, l'affaire sera plaidée plus tard. Comme si cela ne suffisait pas, un quotidien a affirmé, avant le voyage à Mouscron, que le coach carolo avait reçu un ultimatum de son président, que Khalid Karama, son adjoint, pourrait le remplacer, etc. Ces affirmations ont fait du bruit. La direction a immédiatement diffusé un communiqué afin de démentir les propos contenus dans l'article en question. Etienne Delangre était outré, parlait de manoeuvre orchestrée en faveur de Danny Ost, qui avait failli décrocher le poste de coach des Zèbres en été. L'Ardennais a finalement perdu pas mal de temps afin d'expliquer au groupe, avec l'appui de la direction, que c'était totalement faux. Selon lui, il était impossible d'ignorer cet article et de ne pas en parler au groupe. Préparer un match, ce n'est décidément plus une mince affaire, surtout à Charleroi. (P.Bilic)