On en avait perdu l'habitude : la semaine dernière, l'actualité du Sporting de Charleroi s'est surtout écrite dans les coulisses.
...

On en avait perdu l'habitude : la semaine dernière, l'actualité du Sporting de Charleroi s'est surtout écrite dans les coulisses. Il y eut l'annonce d'une première européenne : un club de football devient véritable opérateur téléphonique. RCSC Mobile est désormais un concurrent de Proximus, Mobistar et Base. En optant pour cet opérateur, les supporters peuvent, via GSM, entretenir des rapports privilégiés avec le club et les joueurs (messages, infos, etc). Il y eut aussi le nouveau coup de sang des riverains, qui ne supportent pas que le démontage d'une partie du stade n'ait pas encore débuté. Ces voisins sont bien courageux mais ils s'attaquent à des monstres (Ville, Région) et il est fort probable qu'il faudra encore patienter une éternité avant une décision judiciaire définitive. Mais il y eut, surtout, l'affaire Mustapha Sama. Le clash Sama- Mogi Bayat. Goliath contre David. L'athlète face au manager de poche. Qui a insulté/touché/repoussé/empoigné/frappé l'autre ? C'est la parole de Sama contre celle de Bayat. Une seule chose est sûre : le grand défenseur sierra-léonais, qui réclamait des primes de victoire correspondant à la période pendant laquelle il était blessé, a reçu son C4. On imagine que Jacky Mathijssen, qui fait tout pour préserver une ambiance de travail sans heurts, n'a pas trop apprécié l'incident. Sait-il qu'en 1999, le renvoi du gardien croate Marjan Mrmic avait commencé à pourrir l'atmosphère dans le club alors que le début de championnat avait été très bon ? La similitude entre les deux affaires est étonnante : c'était aussi la parole du joueur contre celle de la direction. Gare ! Sama illustre en tout cas la malédiction qui pèse sur les défenseurs centraux de Charleroi depuis quelques mois. Michaël Ciani est parti, Ibrahim Kargbo, Mustapha Sama, Stéphane Ghislain et Thierry Siquet se sont occasionné des blessures sérieuses, Mahamoudou Kéré a pris une carte rouge dès le premier match de la saison. Et samedi dernier, à Gand, Kargbo a rappelé, en marquant contre son camp, que la sorcière ne voulait décidément pas décamper. (P. Danvoye)