Pauwels : J'ai l'impression que notre foot revient petit à petit à de vraies valeurs. Ce n'est plus des camions entiers d'Africains ou de Yougos qui débarquent. Aujourd'hui, on voit des petits Belges fouler nos pelouses. Et même bien. A un moment, c'était grave.
...

Pauwels : J'ai l'impression que notre foot revient petit à petit à de vraies valeurs. Ce n'est plus des camions entiers d'Africains ou de Yougos qui débarquent. Aujourd'hui, on voit des petits Belges fouler nos pelouses. Et même bien. A un moment, c'était grave. Degryse : Le Standard a été le déclencheur avec Fellaini, Witsel, Defour. Les autres ont suivi cet exemple. Wilmots : Reste maintenant à avoir une D2 professionnelle où l'on oblige les clubs à faire jouer du belge. Et je peux vous assurer que le meilleur buteur de D2, les clubs de l'élite viendront le chercher. Ce système créerait une émulation. Pauwels : Prenons Charleroi. C'est vrai que j'allume souvent ce club, mais si on analyse son équipe, on s'aperçoit qu'il ne donne quasiment pas la chance aux Belges. Les dernières semaines me contredisent quelque peu. Je dois aussi admettre que je suis le premier fautif dans cet arrivage de joueurs français. Wilmots : Pour prendre la défense de Steph, le système qui taxait les étrangers à 18 % faisait que tu ne pouvais pas faire autrement. C'était quasiment une obligation si tu voulais être compétitif. Pauwels : A La Louvière, quand j'y étais manager, je n'avais pas un balle. Trouver du belge d'un bon niveau, c'était donc impossible. J'ai alors été chercher - je n'ai pas peur de le dire - certains bras-cassés qui avaient quand même une certaine expérience et qui acceptaient 2.000 euros par mois. Charleroi continue ce procédé pour des raisons financières. La preuve, combien de jeunes issus du centre de formation sont dans l'équipe ? Charleroi est l'antithèse de ce qu'il faut prôner pour développer le football belge. Prenez Bruges, Anderlecht, les mentalités changent. Et surtout Genk qui est pour moi le club qui travaille le mieux en Belgique. Au niveau des jeunes, s'entend. Degryse : Mais quand tu regardes l'équipe première, c'est une catastrophe. Pourquoi avoir transféré autant de joueurs qui n'ont au final rien rapporté alors que tout le monde s'accorde à dire qu'ils ont de très bons jeunes ? Pauwels : C'est vrai, c'est incompréhensible. Mais y'a quand même des points positifs. Si aujourd'hui, tu dois retenir un nom cette année à Genk, tu retiens Kevin De Bruyne. Parce qu'il a du talent, est Belge et qu'il ose. C'est avec des gars comme ça que le foot belge ira de l'avant.