Il y a trois vainqueurs de ce dernier week-end. D'abord cette belle surprise : la qualification de Charleroi pour les Plays-Offs 1. Il était quasiment impossible d'imaginer Charleroi dans les six meilleurs en début de saison. Et beaucoup pensaient encore que Genk allait ramener quelque chose de Sclessin. Au final, la sentence n'est que logique, tant les Carolos ont produit du très bon football sous l'égide d'un FeliceMazzu qui a imprimé sa marque de fabrique là-bas, à l'image d'YvesVanderhaeghe autre coach surprise de cette saison régulière avec le KV Courtrai.
...

Il y a trois vainqueurs de ce dernier week-end. D'abord cette belle surprise : la qualification de Charleroi pour les Plays-Offs 1. Il était quasiment impossible d'imaginer Charleroi dans les six meilleurs en début de saison. Et beaucoup pensaient encore que Genk allait ramener quelque chose de Sclessin. Au final, la sentence n'est que logique, tant les Carolos ont produit du très bon football sous l'égide d'un FeliceMazzu qui a imprimé sa marque de fabrique là-bas, à l'image d'YvesVanderhaeghe autre coach surprise de cette saison régulière avec le KV Courtrai. Preuve s'il en est qu'il y a assez de bons entraîneurs sur notre sol et qu'il n'est pas nécessaire d'aller chercher un Ecossais, comme l'a fait Genk. Qui peut me dire ce que McLeish a apporté au football belge ? Au-delà de Mazzu, il faut féliciter la gestion de MehdiBayat, bien aidé par son frère Mogi, qui ont réussi au-delà des espérances car les moyens restaient cette saison limités. Enfin ce succès zébré est une très bonne nouvelle pour le foot wallon. Cela prouve que le Standard n'est pas seul sur son île. Ça permet aussi de redorer l'image d'une région souvent critiquée et moquée. L'autre gagnant est le Club Bruges, qui a réussi un joli 9 sur 9 après n'avoir récolté qu'un point en trois matches. Et en Coupe d'Europe, les Blauw enZwart ont réussi à renverser la tendance, grâce notamment à un très bon FelipeGedoz pendant 45 minutes. Face à Westerlo, c'est JoséIzquierdo qui a repris les rênes pendant le même laps de temps. Avant la trêve hivernale, Bruges a souvent produit un jeu séduisant, tout en empochant les victoires. Après la période plus difficile de ces dernières semaines, MPH a modifié son système avec comme but unique la victoire. C'est moins beau à l'oeil mais diablement efficace. Le match face à Besiktas va être crucial. Si le Club venait à connaître l'enfer à Istanbul, cela pourrait avoir de lourdes conséquences sur la suite des événements et, a priori, sur la finale de la Coupe. Par contre, une qualification lui donnerait des ailes. Il ne serait pas question de fatigue mais bien d'un gros boost pour la suite. Je reste d'ailleurs persuadé que le Club décrochera cette saison un trophée. Si pas deux. Le troisième gagnant du week-end est Gand. Son très bon match à Anderlecht prouve qu'il va falloir compter avec lui. L'équipe est très bien en place et peut tabler depuis janvier sur un joueur fantastique : MosesSimon. Le Nigérian a tout : vitesse, vista et un sens du but aiguisé, ce qui manquait précédemment aux Buffalos. Dimanche, il a ridiculisé AnthonyVandenBorre, ce qui n'est pas rien. Il est le joueur-clé des Gantois comme le sont Vazquez à Bruges et Defour à Anderlecht. Peut-être Gand manque-t-il encore un peu d'expérience par rapport à Bruges et Anderlecht qui, au meilleur de leur forme, sont peut-être un rien supérieurs. Mais les succès récents des Gantois face à Bruges et Anderlecht vont produire une forme de déclic chez les hommes de HeinVanhaezebrouck. Pour la première fois depuis bien longtemps, il faudra compter sur eux dans l'emballage final. A Genk, par contre, c'est une saison noire. Cette " qualification " pour les Plays-Offs 2 doit permettre aux Limbourgeois de repartir de zéro et de réfléchir à long terme. Choisir un coach comme PeterMaes, par exemple, et tout reconstruire. La qualification de Charleroi démontre que le Standard n'est pas seul sur son île en Wallonie.