CHANTIER DU COACH

Il y a des silences qui en disent long sur les intentions des gens. Les blancs peuvent être assourdissants. En fin de semaine passée, le Laatste Nieuws a diffusé une interview très intéressante de Michel Preud'homme. Malin, ce dernier a choisi ses relais dans la presse du nord du pays qui couvre quotidiennement La Gantoise : Stéphane Keygnaert ( Het Laaste Nieuws), Peter Vandenbempt ( Sporza Radio), Ludo Vandewalle ( Het Nieuwsblad) ou François Collin ( De Standaard).
...

Il y a des silences qui en disent long sur les intentions des gens. Les blancs peuvent être assourdissants. En fin de semaine passée, le Laatste Nieuws a diffusé une interview très intéressante de Michel Preud'homme. Malin, ce dernier a choisi ses relais dans la presse du nord du pays qui couvre quotidiennement La Gantoise : Stéphane Keygnaert ( Het Laaste Nieuws), Peter Vandenbempt ( Sporza Radio), Ludo Vandewalle ( Het Nieuwsblad) ou François Collin ( De Standaard). Tous les entretiens accordés à ces médias sont aussi importants que bien préparés. MPH en profite pour soigner son image et ses messages comme il le fait aussi dans le sud du pays. C'est de bonne guerre. Keygnaert a consacré une page au coach de Gand. Le journaliste du Laatste Nieuws a examiné tous les thèmes qui concernent son interlocuteur, sauf un... le fait que le T1 des Buffalos est cité au Standard. Pas une question à ce propos dans l'interview ! Cela ne peut évidement pas s'expliquer par un simple moment de distraction. Il y a gros à parier que le Special One de Gand aura exigé que ce sujet de conversation ne soit pas abordé lors de la conversation. Keygnaert a probablement accepté car MPH est hot en Flandre et avait été consulté avant même que ce journal ne dévoile que l'Union belge songe à lui pour succéder à Dick Advocaat... Pourquoi gommer le mot Standard ? Etait-ce une façon de calmer le jeu, de rassurer son effectif dans la lutte pour la deuxième place des play-offs avant d'aborder la finale de la Coupe, d'être parfaitement cool avec ses dirigeants actuels, d'éviter de jeter de l'huile sur le feu de ses relations tendues avec une mini-frange des supporters gantois ? Il ne faut même pas en douter : c'est l'explication la plus plausible. MPH a même précisé dans ce reportage : " Je ne veux pas de dispute après cet interview. " Il n'y en a pas eu mais le Liégeois a précisé : " Je sais qu'il sera difficile de faire mieux la saison prochaine. " C'est un élément de réflexion à verser au dossier d'un retour éventuel à Sclessin. Mais si le Liégeois avait voulu affirmer qu'il était plus que jamais sur la même longueur que ses dirigeants actuels, c'aurait été le moment idéal pour affirmer haut et fort qu'il n'était " absolument pas question de vivre une nouvelle expérience au Standard ". Si on lui avait posé une question à ce propos, il aurait été obligé de biaiser ou de mentir. L'absence de question et de réponse quant au Standard n'a pas évacué cette éventualité mais l'a, au contraire, renforcée. Après le match contre Courtrai, MPH a échangé une poignée de gros mots avec quelques spectateurs gantois. Ce n'est pas la première fois cette saison... Le coach l'a dit : " Ils me prennent pour un fou, cela ne me dérange pas. " Cet éloignement qui n'a certainement pas échappé à Lucien D'Onofrio contraste avec la chaleur qui marquerait un retour à Sclessin. MPH est-il encore heureux chez les Buffalos ? Il en voudrait un peu à ses dirigeants actuels que ce ne serait pas étonnant. Son président, Ivan De Witte, a décidé qu'il ne pouvait pas discuter avec l'Union belge. MPH aurait aimé écouter la fédé et prendre lui-même une décision. De Witte a en quelque sorte tranché à sa place. Ce n'est certainement pas pour lui plaire. Dans quel état d'esprit restera-t-il au stade Jules Otten, même avec une Coupe en poche ? Lucien D'Onofrio, qui attend patiemment que le fruit mûr tombe de l'arbre, sait que l'ancien meilleur gardien de but du monde a intégré cette évidence. " La direction de Gand adore son entraîneur ", nous a dit un insider de Gand. " Elle est prête à aller loin pour qu'il prolonge son contrat qui se termine fin 2010-2011. Mais les huiles de ce club n'ignorent pas que ce coach est terriblement ambitieux et que leur T1 songe désormais à des horizons qui ne sont pas la portée d'un club de cette taille. Preud'homme devrait partir pour donner une autre dimension à sa carrière. Des entraîneurs sont déjà prêts à faire acte de candidature à Gand. Il y a des signes qui ne trompent pas. "A 50 ans, MPH rêve de l'étranger mais ne décrochera pas la lune en décollant de Gand. Cette base-là n'est pas assez prestigieuse. Sclessin serait plus intéressant. Un nouvel exploit à Liège cumulé aux relations de Lucien D'Onofrio lui ouvriraient bien plus facilement les portes d'un grand club étranger. Tout en espérant que cela aboutisse sans donner l'impression de vouloir piquer le coach sous contrat d'un concurrent, le Standard a exploré d'autres pistes dont la possibilité de continuer avec le duo Dominique D'Onofrio- Jean-François de Sart. Et ceci alors que la rumeur apporte les noms de Luka Peruzovic, Trond Sollied, etc. Les Liégeois veulent une main de fer dans un gant de velours. Le travail ne manque pas dans un club où on nous a dit : " Dominique et Jean-François ont bien bossé. Ils ont sauvé ce qui a pu être sauvé. Quand ce duo a pris le commandement, tout venait d'être détruit... "A chacun ses explications. Il n'en reste pas moins que le chantier est impressionnant. Les premiers départs sont connus ( Milan Jovanovic, Igor de Camargo) et des noms sont désormais cités en tant que renforts de l'effectif joueurs. Une priorité semble se dégager. Tous les regards liégeois semblent tournés vers Kevin De Bruyne, 18 ans, la nouvelle jeune perle de Genk. Le Standard, Anderlecht et le Club Bruges se sont lancés dans la bagarre. Sclessin adore les joueurs formés dans le Limbourg. Son prix flirterait actuellement avec les 3, 5 millions d'euros. Originaire de Drongen, près de Gand, ce talent vit dans une famille d'accueil de Genk et vient de déclarer : " Je n'ai de contact avec personne. Je me concentre sur mon football. Pour moi, l'essentiel est de jouer le plus possible. Je sais ce dont je suis capable et surtout ce que je ne peux pas faire. Je rêve de jouer un jour à l'étranger. Le football pratiqué en Hollande devrait me convenir mais je songe aussi à la Premier League car une partie de ma famille est anglaise. " Et comme pour conforter ses mots, la presse anglaise ( The Mirror) fait état d'un intérêt d'Everton pour lui : ce club serait prêt à dépenser 1,1 million d'euros. C'est trop peu, Lucien D'Onofrio le sait. Il n'a jamais dépensé 3,5 millions pour un joueur mais les caisses sont pleines et il aurait bien besoin de ce talent pour composer la " ligne médiane belge " dont il rêve. Et, de plus, en recrutant le grand talent belge de demain, il met Steven Defour sous pression. Avec un De Bruyne dans les pattes, le capitaine du Standard devrait sortir au plus vite le grand jeu pour retrouver son importance d'antan. Un problème à l'horizon : De Bruyne est le client de Didier Frenay. Or, cet agent de joueurs ne serait pas en odeur de sainteté à Sclessin. " Je ne suis pas au courant... ", affirme ce dernier avec diplomatie. " Nous avons mis le Standard sur la piste de Marcos. Et notre agence a fait rentrer de l'argent dans les caisses de ce club en transférant Dante à Mönchengladbach. Je sais que l'agent de joueurs Paul Stefani a été mandaté par le Standard pour tâter le terrain. Cela ne me dérange pas et, en accord avec Kevin, je ferai le point. Ne vaut-il pas mieux rester un an de plus à Genk ? Doit-on négocier avec le top 3 belge et la dizaine de clubs étrangers qui s'intéressent à lui ?" La partie de poker pour De Bruyne a commencé. Le Standard serait prêt à miser gros. A Sclessin, on songerait aussi à Faris Haroun (Germinal Beerschot) qui a le style maison par son abattage, sa vitesse, son sens de la verticalité. Un milieu de terrain avec De Bruyne, Axel Witsel, Defour et Mehdi Carcela serait intéressant. Sjerjill Mac Donald se mord les doigts suite à son refus d'échanger le Kiel pour Sclessin en hiver : est-ce trop tard pour toujours ? Pour le moment, l'autre grand chantier concerne l'attaque. Dieumerci Mbokani est mis sous pression par des offres venues d'Allemagne et d'Italie (Stuttgart, Genoa) mais le Standard serait plus décidé que jamais à le garder un an de plus. Dieu serait le leader d'une attaque qui accueillera le revenant de Courtrai, Christian Benteke. On chuchote que le Standard s'intéresserait à un jeune attaquant de l'Etoile Rouge Belgrade : Slavko Perovic (20 ans, 1,83m). Cette saison, il a marqué 7 buts en 23 matches de championnat. On le voit : Preud'homme (ou un autre) aura du pain sur la planche... "Pour Preud'homme, Lucien D'Onofrio attend patiemment que le fruit mûr tombe de l'arbre."