Si battants et techniciens sont bien deux styles de joueurs opposés, il n'en reste pas moins vrai qu'une équipe bien équilibrée est encore souvent composée de ces prototypes. C'est ici qu'apparaît la notion de complémentarité. Ainsi, deux joueurs sont complémentaires si leur prestation globale, lorsqu'ils sont alignés ensemble, est régulièrement supérieure à la somme des prestations individuelles lorsqu'ils ne sont pas sélectionnés en même temps.
...

Si battants et techniciens sont bien deux styles de joueurs opposés, il n'en reste pas moins vrai qu'une équipe bien équilibrée est encore souvent composée de ces prototypes. C'est ici qu'apparaît la notion de complémentarité. Ainsi, deux joueurs sont complémentaires si leur prestation globale, lorsqu'ils sont alignés ensemble, est régulièrement supérieure à la somme des prestations individuelles lorsqu'ils ne sont pas sélectionnés en même temps. Ceci est une belle définition théorique qui reste néanmoins difficile à comprendre de prime abord. Pour l'éclairer, nous distinguerons deux sortes de complémentarités : d'une part la locale, plus spécifiquement associée à deux joueurs qui jouent côte à côte, et d'autre part la générale, plutôt réservée à la convergence de deux intelligences de jeu quelles que soient les places occupées par les joueurs concernés. Physique-Technique : les deux joueurs alignés l'un près de l'autre apportent une plus-value au niveau de l'efficacité de l'équipe pour autant qu'ils décident de se compléter et donc de jouer l'un pour l'autre. L'association RobertoBiscontiû AlmaniMoreira en est un bon exemple. Le premier abat quasiment toujours un gros travail de récupération alors que le deuxième, super technicien, a suffisamment démontré qu'il était capable principalement de s'infiltrer, ballon au pied, mais aussi de donner l'assist décisif. Technique-Technique : deux techniciens, doués et intelligents, peuvent aussi augmenter leur créativité globale en mettant leurs habiletés au service du duo et de l'équipe. Dans certaines circonstances, aligner PärZetterberg à WalterBaseggio peut se révéler intéressant. Les combinaisons courtes du premier, associées aux passes longues ou tirs à distance du deuxième, pourraient s'avérer meurtrières pour certains adversaires. Physique-Physique : assez bizarrement à première vue. PhilippeClement, lorsqu'il est aligné à l'entrejeu avec GaëtanEnglebert, forme un duo de ce type. Si l'un est précieux à la récupération, l'autre ne vaut pas son pareil pour proposer des solutions dans divers espaces de jeu. Si l'un apporte de la masse athlétique et donc la présence au niveau des duels, entre autres aériens, l'autre a une endurance assez phénoménale pour se démarquer sans arrêt et proposer des solutions un peu partout sur le terrain. Un exemple un peu différent concerne le duo DanielVan Buyten et TimmySimons. Un défenseur axial à la taille et à la masse impressionnantes, mais pas des plus rapides, ni au retournement, ni sur les premiers mètres, peut former un couple défensif intransigeant lorsqu'il est associé à un partenaire physiquement moins impressionnant, mais très explosif. Volumes de jeu : la surface du terrain habituellement couverte par un joueur ou zone de prédilection peut aussi influencer la sélection d'un duo complémentaire. Associer un médian axial qui couvre bien la largeur du terrain avec un coéquipier qui évolue plutôt dans la profondeur peut être très stabilisant pour une équipe. BesnikHasi pour le jeu d'essuie-glace et Baseggio pour un rôle de relais et d'infiltreur offensif sont deux éléments d'un duo à volumes de jeu complémentaires. Les analyses statistiques de plusieurs matches de certaines équipes montrent que certains joueurs se cherchent de manière plus ou moins systématique quelle que soit la position qu'ils occupent dans l'équipe. Ils ne doivent pas nécessairement être voisins au niveau de l'occupation du terrain. Nous parlons alors de complémentarité tactique. La recherche visuelle et les nombreuses transmissions de Baseggio pour ArunaDindane en constituent un bon exemple. L'art de bien sélectionner et de bien disposer passe évidemment par des arguments de complémentarité. Notons que l'entraînement peut aider à transformer une complémentarité naturelle en complémentarité automatisée. Mais en football, il n'y aura jamais de vérité absolue ! Seuls les choix qui tiennent compte d'un bon équilibre défensifûoffensif de l'équipe et qui débouchent sur des victoires peuvent bien se justifier !par Frans Masson